L’inscription de Nazareth a fait l’objet de débats passionnés au cours des dernières décennies, mais des études récentes suggèrent qu’elle n’a peut-être rien à voir avec le Christ.

Une équipe interdisciplinaire de scientifiques américains a procédé à une analyse chimique de l’inscription dite « de Nazareth », qui aurait protégé la tombe de Jésus-Christ contre les pillards après la disparition de sa dépouille. D’après les analyses, la tablette a été réalisée beaucoup plus tôt que prévu, et dans un endroit complètement différent.

Historique de l’inscription de Nazareth et études récentes

La tablette entière qui fait maintenant l’objet de recherches sérieuses depuis des mois. Crédit : BnF

L’histoire de l’inscription de Nazareth est assez vague. On pense qu’en 1878, la tablette de marbre est devenue la propriété de l’ancien propriétaire du Louvre, Wilhelm Frener. Il l’a achetée à un antiquaire inconnu à Paris et l’a conservée dans sa collection personnelle jusqu’à sa mort.

C’est lui qui a laissé derrière lui une note mystérieuse affirmant que la tablette de marbre « provenait de Nazareth ». Sur la base de cette note, l’archéologue français Franz Cumont a suggéré en 1930 que l’artefact avait un rapport avec la disparition du corps de Jésus-Christ du tombeau dans lequel il avait été déposé après la crucifixion.

Les résultats de l’étude, menée par une équipe dirigée par l’historien américain Kyle Harper et des géochimistes de l’université de l’Oklahoma, sont rapportés par les scientifiques dans un article de la revue ScienceDirect. Les experts ont reçu l’autorisation de prélever un petit échantillon à l’arrière de la dalle de marbre, qui est désormais conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Un texte ancien a été gravé sur la table, avertissant ceux qui osent dévaliser des funérailles qu’ils encourent la punition la plus sévère – la mort s’ils osent voler la dépouille. Ce texte est connu sous le nom d’« Inscription de Nazareth ».

On pense qu’il a été consigné dans un décret de l’empereur Claude, publié après la disparition de la tombe du corps de Jésus-Christ. Cependant, de nouvelles recherches montrent que la plaque n’a pas été créée après la mort du Christ, mais bien avant sa naissance. De plus, l’artefact n’a rien à voir avec Nazareth.

Les experts en géochimie sont parvenus à leurs conclusions après avoir broyé un milligramme de l’échantillon de marbre et effectué des analyses à l’aide d’une technologie laser moderne. Les scientifiques ont mesuré le rapport entre les isotopes du carbone et de l’oxygène, une sorte d’« empreinte » chimique qui permet de déterminer le lieu où le marbre a été extrait. Dans ce cas, l’empreinte chimique indique une petite carrière située sur l’île grecque de Kos.

Selon les scientifiques, il s’agit là d’une preuve indiscutable que le carreau de marbre « ne vient pas de Nazareth ». Dans le même temps, les experts reconnaissent toutefois que les résultats de leur étude ne réfutent pas un scénario possible dans lequel le marbre de l’île grecque a été livré à Nazareth, où l’inscription a été gravée sur la pierre. Toutefois, les chercheurs sont convaincus qu’une telle hypothèse est très peu probable.

Raisons de croire cette étude

Premièrement, parce que ce type de marbre grec n’a pas été trouvé jusqu’à présent à Nazareth ou dans ses environs. Deuxièmement, une analyse a été faite du texte lui-même, gravé sur la tablette. Sur la base du style et de l’âge de la carrière d’où le marbre a été extrait, Harper et ses collègues ont émis l’hypothèse que la stèle a été gravée au premier siècle avant J.-C., c’est-à-dire bien avant la naissance du Christ. Il s’ensuit que l’artefact n’a pas été créé pour protéger le tombeau immédiatement après la mort de Jésus.

L’inscription aurait été réalisée après la mort de l’un des souverains de l’île de Kos, resté dans l’histoire comme un tyran absolu – Nikias. Quelque temps après sa mort, vers 20 avant J.-C., les habitants de l’île de Kos, en colère, ont ouvert sa tombe et en ont retiré les restes. Octave Auguste, alors seul maître de Rome, connaissait bien Nikias.

Il est possible que ce soit Auguste qui ait ordonné le rétablissement de la loi et de l’ordre dans la région troublée, et que l’inscription sur la dalle de marbre soit une conséquence de ses ordres. Pour confirmer cette hypothèse, les chercheurs prévoient d’effectuer des analyses chimiques d’autres artefacts en marbre romains et grecs.

Source : Curiosmos


Partagé par Terre Promise ©

Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Previous articleUne histoire des Juifs algériens avant et après Crémieux
Next articleDe la race qui précéda les Sémites en Chaldée et en Susiane

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here