Qui peut dire ce que l’avenir réserve, ou quel tournant nos vies vont prendre, il y a des moments où la synchronicité nous mène au-delà de nos rêves les plus audacieux…!

Le Père Juan Solana dirigeait le Centre Notre-Dame de Jérusalem des Légionnaires de l’ordre religieux du christ depuis dix ans. En 2004, lorsqu’il a été informé par le Vatican qu’il était envoyé en Israël, le jeune prêtre catholique d’origine mexicaine a trouvé la perspective intimidante, et même un peu effrayante. Car Israël était au milieu d’une Intifada violente.

Le Père Juan ne connaissait pas la langue du pays. En outre, il y avait des problèmes à Notre-Dame et il sentait qu’il ne possédait pas l’expérience nécessaire pour les résoudre. Autrement dit – il craignait de ne pas être tout à fait à la hauteur.

Avant de partir pour le Moyen-Orient, Père Juan s’est envolé à Rome pour s’y renforcer spirituellement. Dans une petite chapelle du Vatican, il s’est trouvé en face d’un autel inconnu. En priant, il a levé les yeux et regardé la mosaïque sur le mur, une scène sur la mer de Galilée où Jésus réprimande son disciple Pierre. Au-dessus, il y avait une citation de l’Évangile : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »

A partir de ce moment, Père Juan a su qu’il était sur la bonne voie. Même si, dans ses rêves les plus fous, il ne pouvait imaginer à quel point il avait raison.

Une fois en Terre sainte, le hasard l’a conduit vers une découverte unique et merveilleuse.


Le Père Juan a passé l’une de ses premières nuits en Israël sur les rives du lac de Tibériade. En marchant près de l’eau, à l’aube, il a vu un pêcheur filer ses filets en face de lui. Et il s’est mis à rêver de ce qu’il pouvait accomplir en Terre Sainte.

Très vite, il apprit que les pèlerins chrétiens en Israël avait fait deux étapes importantes : ils ont exploré les Lieux Saints de Jérusalem, et suivi les traces de Jésus autour du lac de Tibériade. De toute évidence, un autre Centre Notre-Dame, ou quelque chose de semblable, s’imposait en Galilée.

En 2005, après avoir appris qu’une propriété appelée « Hôtel de la plage d’Hawaii », dans le village de Migdal, au nord de Tibériade, était en vente, le Père Juan a commencé le processus long et compliqué d’achat de la propriété.

Des plans détaillés pour un centre cultuel avec gîte et restaurant ont été établis, et la construction a commencé en 2009. Sans surprise, l’étude archéologique du site – requise par la loi israélienne avant toute construction – a rapidement mis au jour des antiquités enfouies sous des monticules de terre.

Des experts de l’Autorité des antiquités d’Israël ont commencé à effectuer des fouilles. En fin de compte, le Père Juan a décidé de suspendre temporairement la poursuite des travaux de ce site destiné aux pèlerins.


Les pelles ont permis de découvrir une synagogue du premier siècle – il n’y en a qu’une poignée dans l’ensemble du pays -, composée des bancs de pierre, de mosaïques et de fresques. Plus important encore, dans les débris de la synagogue, les archéologues ont trouvé une unique table de pierre – un autel – datant de 2 000 ans.

Alors que les fouilles se poursuivaient, de plus en plus de trésors ont fait leur apparition.

Les archéologues ont découvert les maisons et des magasins de Magdala, une implantation juive du Second Temple sur les rives du lac de Tibériade, et la maison de l’amie et disciple de Jésus, Marie-Madeleine.

Parmi les découvertes les plus passionnantes, des bains rituels – les seuls connus aujourd’hui dont l’eau provienne de l’aquifère (une couche souterraine contenant de l’eau de roche poreuse).

L’un des quatre bains rituels retrouvés au site archéologique de Magdala, en Galilée, qui sont les plus anciens jamais connus dans le pays et qui étaient remplis d’eaux souterraines

Autre trouvaille : un attirail de pêche, enterré dans les ruines de l’édifice de deux étages nommé la Maison du Pêcheur.

Jusqu’à la fondation de Tibériade, Magdala fut l’une des principales villes de Galilée, célèbre pour son industrie de pêche et abritant des milliers de résidents.

Une variété de pièces de monnaie ont été trouvées sur le site. Elles datent de l’an 20 à 67/68 de notre ère, permettant aux archéologues de déterminer exactement quand la ville a prospéré.

Cependant, la découverte la plus étonnante à ce jour est l’autel de pierre, trouvé dans l’épave de la synagogue, raconte l’archéologue Arfan Najjar.

le Père juan et Arfan Najjar

Najjar et d’autres experts estiment que l’autel est un modèle du Temple de Jérusalem, créé par un artiste de l’époque qui l’a vu de ses yeux.

Gravées sur le dessus de la table et ses côtés, des gravures des arcades parallèles, colonnes, poutres et arches du Temple. Des réceptacles, des outils et des brosses, qui auraient été utilisés pour les sacrifices et pour le nettoyage, sont très visibles. Et – cerise sur le gâteau – sculptée sur la face de la table, une Menorah, semblable à celle qui se trouvait dans le Temple.

La synagogue et sa table sont d’une importance énorme pour les Juifs, car c’est la première fois qu’un autel de pierre richement décoré du premier siècle est trouvé en Israël.

Maddala a peut-être été le refuge d’une des familles sacerdotales qui a fui Jérusalem vers la Galilée après la chute du Second Temple tombé entre les mains des Romains.

La pierre, qui aurait été sculptée à partir de la description d’un témoin oculaire qui aurait vu le Temple et le Saint des Saints, est considérée comme l’une des découvertes archéologiques les plus impressionnantes du dernier demi-siècle en Israël.

En plus de la représentation de la menorah, la pierre sculptée de Magdala a également quatre protubérances en forme de corne qui rappellent les cornes des autels sacrificiels.


Selon les experts, c’est un autre lien entre le site et le « culte du temple » contemporain à Jérusalem.

D’autres découvertes démontrent la pratique de rites sacerdotaux ressemblant à celles du Temple et qui incluent des contenant en pierre de craie qui ont été utilisés pour conserver l’eau purifiée nécessaire à des fins rituelles, des lampes à huile comme celles utilisées par les prêtres à Jérusalem et une pelle qui est une copie exacte de celles utilisées pour ramasser les cendres d’encens de braise au Temple.

« Les lampes à huile sont associées à l’élite et au Temple de Jérusalem – nous les voyons sculptés sur la pierre de Magdala aussi » indique un expert.

Alors que la vie juive à Jérusalem devenait de plus en plus intenable sous l’invasion romaine, on peut supposer que les classes sacerdotales ont quitté la ville pour la Galilée.

Dans ce contexte, il est possible d’imaginer que certains de ces groupes qui ont migré vers le nord, loin de l’occupation romaine dominante, ont cherché un lieu pour respecter leurs lois et leurs traditions, et se sont réfugié à Magdala.

Cette théorie des prêtres qui ont fui vers la Galilée a un soutien traditionnel et archéologique.


« Théoriquement, il est possible de relier les bains rituels ou les contenants en pierre trouvés dans divers sites en Galilée avec des prêtres qui résidaient dans ces lieux après les années 70 de notre ère », a écrit le professeur de l’université hébraïque Zeev Weiss dans un essai datant de 2012. Il existe des registres certifiant que certains prêtres sont des rabbins, et même aujourd’hui, il existe des rôles spéciaux pour les Cohanim (prêtres) dans les services à la synagogue.

La ville de Marie-madeleine

Appelé Taricheae dans les textes grecs anciens, il y a 2 000 ans Magdala était une ville prospère vivant de la pêche et du commerce le long des rives de la mer de Galilée. Pour Jésus et ses disciples, la pêche était une pierre angulaire pour les métaphores religieuses.

Durant l’époque de Marie-Madeleine et avant sa destruction en 67 de notre ère, la population de Magdala était d’environ 30 000 habitants, selon Joseph Flavius, qui était à cette époque le gouverneur de la région.

Dans son livre « Guerre juive », Joseph Flavius ​​parle de Titus « sautant sur son cheval » et au-dessus de l’eau pour conquérir la ville alors que les « rebelles » embarquaient dans les bateaux et s’enfuyaient. (Fait intéressant, le Talmud décrit la chute de Magdala en raison de la « dépravation morale » de ses habitants).

Magdala se trouve à plusieurs égards à la croisée des chemins entre l’histoire juive, romaine et chrétienne, il y a 2 000 ans.


Bien que quelque 800 bains rituels anciens aient été découverts en Israël, les quatre découverts à Magdala sont les seuls trouvés dans les « villes non-juives ».

Magdala est aujourd’hui devenue un lieu saint pour les chrétiens, car il est très probable que Jésus priait dans cette synagogue, prêchant dans les localités juives entourant la mer de Galilée.

Une maison d’hôtes et un centre pour les visiteurs ont été placés un peu plus au nord, de façon à ce que la synagogue puisse devenir un élément central du site.

A la disposition des touristes chrétiens, a été créé un beau centre de prière et de réflexion appelé « Duc in Altum », d’après l’Evangile de Luc, et signifie « plonger dans l’eau profonde » ou, au sens figuré, « essayer de nouveau, sans crainte ».

Très impressionnant, il contient un espace situé en face de la mer de Galilée qui peut contenir jusqu’à 250 visiteurs. En outre, quatre chapelles latérales pouvant accueillir 50 personnes sont décorées de magnifiques mosaïques. Conçu comme une église byzantine avec des mosaïques, d’icônes et de piliers. Le centre dispose également d’un grand atrium rond consacré aux femmes.

En creusant les fondations du centre de prière, les travailleurs ont découvert une place de pierre du premier siècle qui menait probablement au port.


Elle reste in situ, donnant une atmosphère ancienne à une chapelle œcuménique.

Dépourvue de symboles chrétiens, elle est conçue comme un lieu de culte pour toutes les religions.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et surtout, n'oubliez pas de partager sur les réseaux sociaux.... Merci.


Bonjour à tous. Je vous avais promis de remettre Terre Promise en ligne après Souccot. C'est fait... Soyez patients avant de retrouver tous les meilleurs articles sur l'histoire juive méconnue, car je travaille seule, mais je ferais le maximum....

Votre aide est importante pour continuer...


Terre Promise © Elishean/2009-2020


Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here