Environ une heure avant la première réunion du gouvernement inaugural d’Israël, le 14 février 1949, David Ben-Gourion entre dans la synagogue Yeshurun de Jérusalem. Il y est allé après avoir promis à un éminent rabbin sioniste religieux de le faire.

C’est la première fois que le père fondateur laïque de l’État juif se trouve dans une synagogue en Terre d’Israël pendant les prières. Il vivait déjà en Terre d’Israël depuis une quarantaine d’années.

Cet événement inhabituel et incongru est peut-être un signe avant-coureur de ce qui attend le premier gouvernement national d’Israël, étrange et, à certains égards, novateur.

Voter pour autre chose

Les élections de la première Knesset d’Israël, en 1949, ont été marquées par le taux de participation le plus élevé jamais enregistré dans le pays (environ 87 % des électeurs éligibles).

Pourtant, les quelque 440 000 personnes qui ont voté ne votaient pas du tout pour la Knesset !


Ils votaient pour l' »Assemblée constituante », un organe destiné à créer une constitution pour le jeune État juif, sans nécessairement le gouverner.

Bureau de vote à Abu Gosh pendant les élections de l’Assemblée constituante, 1949 (Photo : Keren Hayessod). De la collection nationale de photographies de la famille Pritzker à la Bibliothèque nationale d’Israël.

Deux jours après leur première réunion, une proposition menée par David Ben-Gourion est adoptée et l' »Assemblée constituante » devient la « Knesset ».

Il faut  savoir qu’à ce jour, Israël n’a pas de constitution.

La coalition laïque, socialiste, ultra-orthodoxe, sioniste religieuse, sépharade-orientale, libérale et arabe

Les deux plus grands vainqueurs de l’élection, le parti Mapai de Ben-Gourion et le parti Mapam de Meir Yaari, étaient tous deux de gauche et laïques. Pourtant, Ben-Gourion a refusé d’inclure le Mapam dans sa coalition, préférant l’inclusion de quatre plus petits partis présentant un groupe plutôt divers et apparemment bizarre de Haredim, de sionistes religieux, de juifs sépharades, de laïcs libéraux et d’Arabes

Ben-Gourion, cependant, avait bien sûr ses raisons de choisir ces partenaires. Il était important pour lui que des partis représentant des groupes d’intérêt divergents – en particulier des communautés plus établies et traditionnelles – fassent également partie du premier gouvernement du pays, afin de lui apporter une légitimité et un soutien plus larges, plutôt que de s’appuyer simplement sur les sionistes laïques traditionnels.

Le parti le plus important de la coalition, outre le Mapai, était le Front religieux uni, composé de quatre partis religieux allant des partis historiquement antisionistes (et plus tard non sionistes) Haredi Agudat Yisrael et Poalei Agudat Yisrael aux partis sionistes fervents et religieux Mizrachi et Hapoel Hamizrachi.


Le Front religieux uni a remporté 16 sièges et reste à ce jour le parti religieux le plus large à se présenter à une élection de la Knesset (ou, dans ce cas, de l’Assemblée constituante).

Premier vote de l’Assemblée constituante, le 14 février 1949 (Photo : Marlin Levin). De la collection Meitar, collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël.

Le parti connu sous le nom de « Sépharades et communautés orientales » rejoint également Ben-Gourion, dans le but de promouvoir les intérêts de sa circonscription éponyme dans le nouvel État. Le Parti progressiste s’est également joint à lui. Bien qu’il ne soit pas socialiste comme le Mapai, il est aussi largement représentatif des Juifs ashkénazes laïques.

Le plus petit parti de la coalition, avec deux sièges, est la Liste démocratique de Nazareth, dirigée par deux Arabes de la ville galiléenne : Seif el-Din el-Zoubi, qui avait combattu dans la Haganah, et Amin-Salim Jarjora, un éducateur et juriste respecté. La Liste démocratique de Nazareth s’alignait sur le Mapai, dans le cadre des efforts de Ben-Gourion pour montrer que Juifs et Arabes pouvaient coexister dans le nouvel État d’Israël.

« Vivre dans un film »

Une expression populaire hébraïque signifiant « vivre dans un film » est souvent utilisée pour décrire une personne, un événement ou une situation improbable, irréaliste ou incroyable.

Si les circonstances entourant la création de la « première Knesset » ou sa composition n’étaient pas suffisantes pour employer cette expression, alors le cadre de ses réunions pourrait certainement l’être, car le premier gouvernement israélien s’est réuni dans un cinéma.


Oui, un cinéma…. et un nommé le « Magic Cinema », rien de moins.


Lorsqu’il a ouvert ses portes en 1945, le cinéma Kesem (« Magic » en hébreu) de Tel Aviv était le plus luxueux de la ville, avec plus de 1 100 sièges rembourrés et la projection des superproductions internationales de l’époque.

Le bâtiment de la Knesset, anciennement le cinéma Kesem à Tel Aviv, 1949 (Photo : Beno Rothenberg). De la collection Meitar, collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël.
Intérieur du bâtiment de la Knesset, anciennement le cinéma Kesem à Tel Aviv, 1949 (Photo : Beno Rothenberg). Collection Meitar, Collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël.

La vie de la structure en tant que cinéma, cependant, a été de courte durée.

Avec la création de l’État d’Israël en 1948, le Kesem a été réaffecté pour servir de quartier général à la marine israélienne.

En 1949, il est devenu le bâtiment du Parlement, la Knesset s’y étant réunie pendant la majeure partie de son année inaugurale. S’il peut sembler étrange qu’un organe législatif national se réunisse dans un cinéma, étant donné la pénurie de grandes salles de réunion et le fait que le Kesem était relativement neuf, spacieux et situé au centre, il était en fait très logique que le « cinéma magique » accueille la première Knesset.


En plus des réunions régulières de la Knesset, le Kesem a également été le théâtre d’une tentative bizarre et presque réussie d’assassinat de David Ben-Gourion par un berger kibboutznik dérangé qui est simplement entré dans le bâtiment du cinéma avec une arme automatique et une valise de brochures qu’il avait imprimées et qui décrivaient ses plans pour apporter la paix dans le monde.

Un policier avec la valise et l’arme de l’assassin manqué, publié dans Maariv, 13 septembre 1949. De la collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

Bien qu’il ait prétendu vouloir se suicider à la Knesset afin d’attirer l’attention sur son projet, certains rapports contemporains relatent que le futur assassin a crié « Je vais tuer Ben-Gourion ! » après avoir été plaqué au sol.

La fin

Le premier gouvernement d’Israël n’a pas duré beaucoup plus longtemps après cela – il s’est terminé de manière plutôt abrupte (et absurde) lorsque Ben-Gourion a démissionné le 15 octobre 1950.

La raison ?

Il voulait nommer un nouveau ministre du commerce et de l’industrie, et selon les règles de l’époque, la nomination d’un nouveau ministre exigeait la démission de tout le gouvernement…

Cette règle a été rapidement corrigée, mais les prochains gouvernements dirigés par Ben-Gourion n’ont pas duré longtemps non plus. Il démissionne une nouvelle fois au début de 1951, une nouvelle fois en 1952 et une nouvelle fois l’année suivante.

David Ben-Gourion le premier jour de l’Assemblée constituante, le 14 février 1949 (Photo : Marlin Levin). De la collection Meitar, Collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

L’importance de la mise en place d’un premier gouvernement fonctionnel – aussi éphémère soit-il – ne peut être sous-estimée. Ben-Gourion et ses divers alliés politiques ont un grand mérite à cet égard.

À bien des égards, ce premier gouvernement plutôt étrange a également préparé le terrain pour que le paysage politique du pays « vive dans un film » que nous vivons aujourd’hui… La coincidence des opposés…

Coincidentia oppositorum: le nouveau gouvernement israélien s’aligne sur la théorie de Pythagore


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Article précedentLe christianisme au miroir du judaïsme: Regards des juifs de France
Article suivantUne histoire de dragon en terre d’Israël

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here