Nous avons déjà pu lire des informations sur le royaume juif romain de Calalus en Amérique du Nord, en lien avec les artefacts de Tucson, en Arizona, ainsi que sa connexion avec le royaume juif de Septimanie et la royauté galloise et espagnole.

Le nom de Sinclair (Synclar) apparaît souvent dans les livres d’histoire parallèle concernant les sociétés secrètes.

Par association à la chapelle de Rosslyn, haut lieu du mystère construit par un des membres de la famille, ils sont associés à la supposée présence de Templiers en Écosse après la dissolution de leur Ordre.

La chapelle naquit dans l’imagination de l’énigmatique William Sinclair, dernier Prince d’Orkney, qui mourut six ans avant la fin des travaux. On sait aujourd’hui que les fondations de l’édifice s’étendent à 30 mètres au delà de l’entrée originale, ce qui laisse supposer qu’un ensemble bien plus vaste était prévu.

La chapelle de Rosslyn fut tour à tour un lieu important d’hospitalité, déchiré entre deux religions, puis le témoin oublié d’un monde disparu.

La chapelle est soutenue par 13 piliers ciselés et sculptés avec soin, dont les plus importants sont appelés le pilier de l’Apprenti et le pilier du Maître. Les sublimes gravures d’inspiration biblique, celtique et nordique ne cessent d’intriguer les visiteurs. Se distinguent également une centaine de représentations de l’homme vert ou Homme Plante, symbole qu’on a qualifié de païen et associé au printemps et à la fertilité, sans vraiment connaître ou reconnaître l’origine de ce mystère ancien…


A ce sujet, je vous convie à prendre connaissance de ce message de Shmouel Hanavi :

Quoi qu’il en soit, les liens supposés de la chapelle de Rosslyn avec la franc-maçonnerie et les chevaliers du Temple fascinent les adeptes de l’ésotérisme templier. Saviez-vous d’ailleurs qu’une partie du roman « Da Vinci Code » de Dan Brown se déroule dans cette chapelle?

Mais toute l’histoire que je vais vous conter, petit à petit, dans cette grande saga va obligatoirement vous forcer à vous poser des questions !

Par exemple, comment expliquer les sculptures d’épis de maïs et de cactus aloe vera présentes dans la chapelle? Le maïs, comme l’aloe vera sont des plantes américaines qui auraient été découvertes, comme l’Amérique, en 1492. Et pourtant la chapelle fut construite 50 ans auparavant…! L’église a été bâtie de 1440 à 1490 par Sir William Saint-Clair dont le grand père Sir Henry (1345 – 1400), était un explorateur parti au Groenland…

Armoiries de Henry Sinclair, comte d’Orkney.

Henry Sinclair est le fils de William Sinclair Lord de Rosslyn (+ 1358) et de son épouse Isabelle fille de Malise V de Strathearn. En tant que comte des Orcades, Henry Sinclair comme tous ses prédécesseurs étaient sujets des rois de Norvège pour ces îles nordiques. Il est investi du titre de comte des Orcades comme héritier de son grand-père maternel par le roi Haakon VI de Norvège en 1379.


En 1389, Henry Sinclair assiste au couronnement du roi Éric de Poméranie en Norvège, et met en gage son serment de fidélité.

En 1391, il élimine des Orcades son cousin Malise Spare et contrôle également les Îles Féroé et le Groenland pour le compte d’Éric de Poméranie futur roi de l’Union de Kalmar.

Il est identifié au mystérieux prince Zichmni, décrit dans les lettres écrites à la fin du XIVe siècle par les frères Zeno de Venise. Ce courrier raconte la description des voyages effectués dans tout l’Atlantique nord sous le commandement de Zichmni-Sinclair.

Zichmni, a voyagé non seulement au Groenland mais jusqu’en Amérique, plus précisément en Nouvelle-Écosse actuelle, où il aurait pu entrer en contact avec les Indiens Micmac. Il aurait peut-être atteint le Massachusetts, et son expédition pourrait être à l’origine de la construction de la tour de Newport.

L’historien amérindien Evan Pritchard a affirmé que Glooscap, la figure du héros spirituel du peuple Mi’kmaq , était en fait une représentation d’un des premiers explorateurs européens, très probablement Henry Sinclair. Les Mi’kmaq sont une des Premières nations  du Nord -Est Woodlands, indigènes dans les régions maintenant connues sous le nom du Canada de provinces de l’Atlantique et la Gaspésie du Québec, ainsi que la région nord-est du Maine.

Drapeau de l’État de Míkmaq (Canada),

La lignée des Sinclair ou Saint Clair, serait originaire de Normandie, plus exactement de Saint-Clair-sur-Epte. Un illustre aïeul, Guillaume de Saint Clair fut compagnon de Guillaume le Conquérant, qui s’empare de la couronne d’Angleterre après sa victoire à la bataille d’Hastings, en 1066. Nous savons que cette bataille fut remportée avec l’aide des juifs repliés à Rouen après la chute du Royaume de Narbonne.

En raison de ses exploits, Guillaume de Saint Clair reçut en héritage, la baronnie de Roslin ou Rosslyn en Écosse, sur laquelle les descendants de la famille Saint Clair édifièrent par la suite la chapelle de Rosslyn.

Mais revenons aux voyages de Henry de Saint Clare ou Saint-Clair, qui aurait redécouvert le Groënland et aurait mis le pied en Amérique presque un siècle avant Christophe Colomb.

Toutes ces informations sont également liées au mystère des Tuatha de Danaan, les premiers irlandais.

Le Sidhe des Tuatha

Les Celtes les tenaient pour des dieux venus de la terre verte… Les Tuatha roux et blonds, étaient aussi appelés les Elfes…

Dans la mythologie celte d’Irlande, « les Tuatha Dé Danaan (le peuple de la déesse Dana) sont des dieux venus de quatre îles du nord, Falias, Gorias, Findias et Murias, d’où ils apportent cinq talismans, la lance de Lugh, l’épée de Nuada, le chaudron et la massue de Dagda et la Pierre de Fal. »

Des Hébreux en Ibérie après la sortie d’Egypte

Le peuple Manannan ou Danaan de la tribu de Zebulon était aussi connu comme les Frisons.

Les Frisons étaient maîtres dans l’artisanat, notamment militaire, supérieur à celui de leurs voisins. Les armes forgées par les Frisons étaient populaires.

Vers 250, suite d’une détérioration de leur environnement due à une remontée du niveau de la mer, les Frisons durent abandonner leurs terres inondables protégées par des « tertres ». Pour la plupart, ils s’établirent dans la Flandre maritime, dans le Kent et sur la côte de la mer du Nord en Bretagne insulaire.

Quant aux Frisons demeurés dans le nord-est des Pays-Bas et le nord-ouest de l’Allemagne actuelle, ils se heurtèrent au pouvoir des Francs. Devenus les dangereux voisins des royaumes mérovingiens, ils profitèrent des troubles liés aux successions et imposèrent un tribut aux mérovingiens en 515.

Au début du VIIe siècle, alors que la richesse des Francs était essentiellement terrienne, les commerçants et les pirates frisons entretenaient des relations avec le monde scandinave et contrôlaient la majorité des côtes méridionales de la mer du Nord : cette dernière était connue pour cette raison sous le nom de « mer frisonne » et les territoires dominés par les Frisons formaient alors une « grande Frise » (magna frisia), s’étendant de l’Escaut jusqu’à la Weser et dont on ignore à peu près tout dès que l’on s’éloigne du littoral et des fleuves.

Les Frisons de Calalus

Autour de 650-700 après JC ils avaient quitté le royaume à Calalus et s’installèrent sur l’île de Man ainsi qu’un autre groupe en France dans la région de La Mans (Maine) et dans la région de Frise ainsi que leur pays d’origine, Frisland ou Lochlann.

Certains des Frisons avaient embrassé le Judaïsme ou le Catholicisme, tandis que d’autres restaient ou ré-embrassaient le paganisme et d’autres tenaient à des éléments des trois cultures mélangées.

Le terme Manannan (Manaan / Manaanan, Maine et autres variantes) fait référence aux terres occidentales du Maine (Amérique) et peut prêter à confusion car c’est un nom utilisé pour les Frisons ainsi que pour les habitants britanniques ou gallois de Calalus.

Le vieil anglais et le vieux frison sont des langues très proches qui descendent des langues de zebulonite, dont l’allemand ancien, le vieux yiddish et le vieux néerlandais sont aussi des branches.

La langue basque était cependant la langue qui se développa à Calalus parmi les Rhodans en s’inspirant des langues aquitalienne, ladino et galloise avec aussi quelques contributions de la langue Tolteca (Ogham) d’Amérique ainsi que du latin et de l’hébreu.

Ainsi les Mananaans (Manaans) parlaient Anglo-Frisian et les Calalusiens Britanniques une version de Cymric (Gallois) et les Rhodans Vieux Basque-Aquitain.

La langue originale de zébulonite trouvée en Europe de l’Ouest s’est développée à partir d’un mélange de l’hébreu-araméen du nord d’Israël mélangé avec la langue atlante (ancienne langue gréco-hébraïque).

En fait, le yiddish occidental peut être la langue des Juifs Synklar de Calalus qui se sont installés en Allemagne et en Pologne à partir du Xe siècle et se sont mélangés avec les Juifs parlant l’araméen d’Ashkenaz.

Ce yiddish Synklar a influencé le moyen haut-allemand. La langue yiddish occidentale se serait répandue à l’est et se serait mêlee à la langue juive basée sur le slavisme pour créer le yiddish oriental.

Ces Juifs Synklar qui ont rejoint les communautés juives ashkénazes appartenaient à la fois aux haplogroupes Manaan et Rhodan. Malheureusement, ces Juifs ont subi la plus grande perte en nombre pendant l’Holocauste.

Les Zebulonites occidentaux étaient considérés, au temps du royaume de l’Atlantide du Nord, en tant que membres des Fils de Léa. C’était à l’époque de l’Empire Atlante et après cela, les Zebulonites aux yeux bleus et aux cheveux blonds, connus sous le nom de Danaan, se sont installés en Amérique.

Ils y rencontrèrent les Rhodanim à peau rouge bronze ou les Toltecas, vraisemblablement descendants aux cheveux rouges à peau blanche de Manassé. D’où le nom Manaanan ou Manaan fut donné comme nom pour l’Amérique.

Le nom de Tarshishim dans la tradition juive d’un groupe d’anges, a été tiré des zébulonites aux cheveux blonds, à la peau blanche et aux yeux bleus, descendus de Helon.

Dans la langue du sud de l’Atlantide et le grec mycénien, ils étaient connus sous le nom d’Akero (les messagers) et dans la langue nord-atlante des Helonites, ils devinrent Agelo et en allemand occidental, Eadgil ou Engel.

Les mystérieux chachapoyas à la peau blanche et aux cheveux blonds du Pérou sont les descendants des Chauci qui étaient l’un des groupes de zebulonites de l’Allemagne de l’Ouest proches des Frisons et des Angles.

La forteresse de Kuelap, sorte de Macchu Pichu du nord, immense citadelle perchée seulement découverte au milieu du XIXe siècle, raconte beaucoup des talents d’architectes de ces Chachapoyas, et de leurs connaissances en astronomie, de leur cosmologie et de leurs croyances. Les Chachapoyas croyaient en une vie après la mort et soignaient leurs pratiques funéraires.

Les momies retrouvées lors de fouilles, étaient emmaillotées dans des ballots de tissus. Les crânes de certaines momies découvertes laissent voir de fins cheveux blonds. Pas châtains ou blancs, mais blonds, vraiment blonds. Les chroniqueurs espagnols du XVIIe siècle marquent d’ailleurs leur étonnement lorsqu’ils entreprennent de décrire ce peuple à la peau presque blanche, aux yeux parfois clairs, à la taille haute et à la beauté si particulière.

Hans Giffhorn, célèbre archéologue allemand, à effectué des analyses génétiques sur les descendants des Chachapoyas. Celles-ci ont révélé qu’ils auraient des gènes similaires à ceux des habitants de Carthage, en Afrique du nord : les Hébreux-Phéniciens…

Ainsi circule l’idée parmi un certain nombre d’archéologues que des peuples de l’Antiquité auraient « découvert » le continent américain bien avant Christophe Colomb.

Les Chachapoyas étaient connus pour être un peuple insoumis. Ils construisaient leurs cités à des milliers de mètres d’altitude, dans les endroits les plus inaccessibles et défendaient farouchement leur territoire. A l’arrivée des Espagnols, la rébellion chachapoya perdurait et Pizarro eut l’idée de s’allier à leurs guerriers pour conquérir le Pérou.

Les Chauci ont disparu de l’Europe au 4ème siècle en se déplaçant vers les Amériques.

Au cours des trois premiers siècles de notre ère, les Frisons, les Angles et les Chauci vivaient dans la région de l’Elbe. Ils étaient connus comme les Elben ou les Elfes.

Les Saxons s’installèrent dans les anciennes zones du Chauci.

Les Saxons ou Sacae étaient originaires de la tribu d’Issachar. Il semblerait que les Angles, les Frisons et les Chauci soient venus de l’ancienne Calalus (Calchi) sur l’Elbe en Europe après que Calalus et le Mexique aient été conquis des Olmèques et des Toltèques par des Romains. Il semblerait également que certains de ces tribus se soient alliées avec les Romains pour construire la civilisation de Teotihuacan après leur défaite.

La culture dite zapotèque est celle des Danaan ou des Frisons qui étaient connus aussi sous le nom de Be’ena Za’a (Peuple des nuages) qui est aussi le nom donné aux Chachapoyas.

Avant de se déplacer vers le sud et d’établir la culture zapotèque vers 600 av. J.-C., ils (Angles, Frisons et Chauci) sont venus de Calalus d’Atzlan (région du Colorado et de l’Utah – une île dans un ancien lac).


Il y a quelques histoires documentées sur des navires faisant route sur cette ancienne Mer de Sel et des références concernant 7 villes sur une île, au milieu d’une mer, qui serait le lieu mythique appelé Aztlan. Une ville se serait appelée Avlon et les documents parlent aussi de ce fameux lac de Copala que les géologues appellent le lac Uinta, vieux de 33 millions d’années. Les documents parlent des Septem Citta (sept villes) de Calicuas (Calalus)…

Représentation du départ d’Aztlán en tant qu’île dans le Codex Boturini du XVIe siècle

Les légendes nahuatl racontent que sept tribus vivaient à Chicomoztoc , ou « le lieu des sept grottes ». Chaque grotte représentait un groupe Nahua différent: le Xochimilca , Tlahuica , Acolhua , Tlaxcalteca , Tepaneca , Chalca et aztèque . En raison de leur origine linguistique commune, ces groupes sont appelés collectivement « Nahualteca » (peuple Nahua). Ces tribus ont ensuite quitté les grottes et se sont installées «près» d’Aztlán.

Le 7 grottes

Retour à Calalus

En 775 AD sous le roi Nehemiah Theodoric (Theodore) de Septimanie (Narbonne) la règle juive a été rétablie en Calalus et une branche de la maison royale de Manaan ou de Frisian est revenue à Calalus.

Vers 820 après JC, un petit-fils d’Elidyr II de la Manaan reçut le gouvernement de la région au nord de l’Arizona. Ce prince ou seigneur était Cadrod Synklar (Siksika qui signifie pied noir en langue indienne) et lui et ses guerriers Manaan et Rhodan ont régné sur un royaume connu sous le nom de Royaume ou Confédération des Pieds-Noirs ou Blackfoot Confederacy.

Cette Confédération ou Seigneurie a reconnu la suzeraineté du Trône Davidique du Royaume Rhodan de Calalus.

Cadrod a épousé la fille du roi Israël I Guriad ha Makhiri (Magnarvm) de Rhoda et Calalus. Cadrod et Atala.

Le centre de ce royaume du nord ou seigneurie était dans la région des Blackfoot Ranges et de la rivière Blackfoot, au nord de l’Arizona.

Cette seigneurie s’est étendue vers l’est au-dessus des grandes plaines d’Amérique. Tandis que la classe dirigeante du Manaan était juive et judéo-chrétienne, la grande majorité des indigènes sous leur domination étaient appelés Pagani ou païens par le Synklar (Siksika) qui devint Pikanu ou Peiganu.

Les dirigeants de Synklar étaient également connus comme les seigneurs des mines de diamants autour du lac Kelsey-Diamond dans le Colorado.

La soi-disant « culture de Fremont » qui reçu ce nom de John Charles Frémont, un explorateur américain, représente en réalité la Terre de Coeur de ce royaume de Siksika ou de Synklar du nord qui est au sud des chaînes de montagnes de Blackfoot.

Il a été reconnu que les « Fremonts » formaient un ensemble cohérent d’une même famille linguistique. Ils étaient cultivateurs de maïs. Leurs maisons sont semi-troglodytes, basées autour d’un foyer. Le toit était fait de bois recouvert de terre, isolant de la chaleur. Dans la plupart des villages, les archéologues ont découvert de petites figurines dont beaucoup ne sont toujours pas comprises.

Le Taureau, était une figure importante, souvent représentée.

La tradition hébraïque accorde au taureau une connotation positive. Ainsi, il est dit dans la bénédiction de Yossef : « Le Taureau, son premier-né, qu’il est majestueux ! Ses cornes sont celles du réem… » (Dévarim 33, 17). Les Sages d’Israël disent : « Celui qui voit un taureau en rêve aura l’espoir de la sagesse. » Cet animal est donc considéré comme un symbole de réussite et de sagesse.

Cette colonie judéo-chrétienne en Amérique du Nord a été gouvernée par un roi juif Davidique et un sanhédrin d’anciens sages.

 Les bâtiments ronds appelés Kivas étaient des chapelles judéo-chrétiennes ou des synagogues qui furent d’abord construites en chapelles d’adoration pendant la période Arthurienne de l’histoire de Calalus.

De plus grands Kiva ont été construits pour le culte eucharistique communautaire après que le roi et les principaux citoyens de Rhoda ont embrassé un catholicisme de style juif ou judéo-chrétien, autour de 800 AD.

Une branche des Seigneurs de Synklar est devenue les Seigneurs Sinclair de Rosslin  en Ecosse et une autre branche connue sous le nom des Seigneurs de Finck (Diamant)  est allée en Allemagne. La famille noble Finck von Finckenstein peut être une branche de cette deuxième famille. Certains d’entre eux ont rejoint la communauté juive ashkénaze.

Ces deux branches descendent d’Ithick (Idigg) le seigneur de Calalus [né en 925] qui a quitté l’Amérique avec son fils Iddon (Yahalom Adon) qui a épousé Lady Papia de Normandie une fille de Richard Ier duc de Normandie et son épouse Lady Gunnor du Danemark.

Une autre branche de cette famille peut avoir été celle fondée par Aymon (Hamon) un petit-fils d’Ithick qui devint le vicomte de Dinan ou Dinant de Bretagne et de la famille aristocratique de Dinham dans le Devon en Angleterre. Une autre branche est allée à Ulster.

Iddig était le fils de Lord Llywarch (le chef du Cheval) du Synklar qui à son tour était le fils de Lord Llofan du Synklar, le fils de Ciman le Pied-Noir. Lord Idigg avait un fils appelé Meurig ou Mauger l’Ancien qui était connu en allemand sous le nom de Markwart von Eppenstein ou Elfenstein. Ce mot est venu de l’utilisation des termes de la pierre d’Elfen ou d’Elven pour les diamants ou les bijoux qui sont venus de Calalus. Il était également connu comme la pierre de Finkel.

Les Manaan qui étaient généralement grands et blonds étaient associés au terme Elf ou Elven.

Une branche de cette famille était les ducs de Carinthie et une autre branche est devenue la famille Finck von Fickenstein tandis que d’autres membres ont utilisé le nom de Finck, Finkelstein et Epstein.

Le palais de Finckenstein en Pologne et le nom de la rivière et la forteresse voisine d’Elblag ou Elbling a été nommé pour ces Seigneurs Elfiques. Le château d’Eppenstein en Autriche était à l’origine le château d’Elfenstein. En outre, la région d’Elfenstein, dans les montagnes du Harz en Allemagne, était une colonie de l’Elven Manaan.

Certains chercheurs pensent que les ruines de Rhoda, la capitale et la ville royale de Calalus, étaient celles de Tumamoc Hill surplombant Tucson et il y a aussi les ruines d’une forteresse plus au sud à environ 16 miles sur Black Mountain (Arizona).

En fait, l’on considère que la capitale comprend les ruines de Tumamoc Hill et Black Mountain, mais que le cœur de la ville se trouve dans les montagnes de Tucson.

Les énormes blocs de calcaires trouvés dans les montagnes de Tucson depuis la montagne du Chaos au nord-est, du Silver Bell Rd où les artefacts de Tucson de Calalus ont été trouvés), aux montagnes de Bren et de Cat à l’est et au sud sont les restes des blocs qui ont fait les murs de cette grande ville. Ainsi les basses montagnes de Tucson peuvent être les ruines de la grande ville de Rhoda.

Il est également possible que les montagnes de Santa Catalina, Rincon et Santa Rita ainsi que les montagnes de Tucson cachent toutes les ruines de la capitale Rhodan et cachent un immense complexe urbain entouré par les quatre chaînes de montagnes.

Cependant, cette dernière capitale de Limestone Rhodan peut seulement être trouvée dans les montagnes de Tucson et le plus grand complexe ayant été construit et détruit dans les premiers temps de l’histoire américaine.

Dans ces périodes antérieures, longtemps avant 100 av. J.-C. et l’établissement de Calalus, l’Arizona avait un paysage différent avec de grands lacs d’eau douce et de la végétation.

Les méthodologies de datation utilisées par les archéologues et les anthropologues sont notoirement inexactes et la datation des périodes a besoin d’être révisée.

La période dite de Pueblo I est probablement l’époque de la période Arthurienne dans l’histoire de Calalus vers 520-700 AD.

La période Pueblo II est celle de la première phase de la période juive romaine Septimanienne de 775-860 et la deuxième phase de la période juive romaine Septimanienne Pueblo III 860-1000.

L’ère dite de Basketmaker III était très probablement la période de la Calalus romaine de 100 avant JC – 400 AD.

Pueblo IV est la période après l’exode de la masse de la population blanche vers l’Europe et de tous les restes principalement interconnectés avec les Indiens d’Amérique.

Cependant, il y avait encore de petits groupes de tribus blanches qui ont déménagé ailleurs dans les Amériques.


Un groupe sont les Mandans des régions de l’Alabama et de la Géorgie et ceux qui se sont déplacés vers les Appalaches et plus tard sont devenus connus comme les Melungeons. D’autres sont allés au sud en Amérique du Sud.

Il n’y a aucune certitude sur l’origine du nom anglais « Melungeons », mais ce nom semble provenir du français « mélangés ». Cela a nourri beaucoup de spéculations sur d’éventuels ancêtres méditerranéens : des ascendances ibériques, italiques, balkaniques et anatoliennes mélangées à l’élément amérindien…Plus tard, les Melungeons au teint hâlé étaient qualifiés de « personnes libres de couleur », en conséquence de quoi, le statut de « blanc » leur était refusé.

Il se peut que la Terre du Milieu de Tolkien fasse allusion aux peuples de Calalus.

La zone de l’Anasazi étant celle des Hobbits qui étaient des colons britanniques ou gallois. La région de Mogollon des Frisons ou Manaan représente les Elfes qui sont grands et blonds. La région de Synklar ou Fremont représente Rohan et Hohokam et Patayan représentent Arnor et Gondor. Les Nains représentent les mineurs des colonies de Calalus. Les Orks de Tolkien représentent les Toltecas ou Olmèques qui ont envahi Calalus depuis le Mexique. Les sorciers représentent les évêques catholiques judéo-juifs et les abbés de Calalus. Gandalf représente Quetzalcoatl.

Il semblerait que les colons gallois n’étaient pas en faveur de l’évangélisation des peuples païens comme ils ne l’avaient pas été en Grande-Bretagne. Ils étaient des ennemis traditionnels du royaume frison païen à leur sud. Cependant, les catholiques juifs nouvellement convertis étaient férus d’évangélisation.

Cependant, cela arriva à la tête sous le règne d’Israël III en 880, qui donna son indépendance aux Toltèques (Indiens païens américains). Il fut banni et Israël IV prit le trône. Après la défaite des Indiens des royaumes de Calalus, la plupart retournèrent en Europe, mais un reste s’installa dans les régions du Tennessee, de l’Alabama et de la Géorgie où les restes du Rhodan, du Welsh et du Frisian s’unirent en un seul peuple allié, par les Gallois sous le prince Madoc de Galles.


Les Choctaws et les Comanches racontent que ces grands géants blancs (les Frisons) qu’ils ont rencontrés et combattus les ont tués dans la région du Tennessee.

Il semblerait que certains des restes blancs de la confédération Synklar se soient déplacés à l’ouest de la région des Grands Lacs vers l’ouest du Canada et qu’ils aient été visités et réinstallés dans les îles de l’Atlantique Nord par Henry Sinclair, comte des îles du Nord.

Il est également intéressant de noter que c’est dans cette région du sud-ouest des États-Unis que les colons espagnols crypto-juifs ont emménagé pendant l’expansion espagnole du Mexique.

Beaucoup de ces colons crypto-juifs étaient peut-être en partie des descendants des Rhodans qui étaient retournés en Europe et s’étaient installés dans le nord de l’Espagne vers l’an 1000 après JC et s’étaient joints au combat pour libérer l’Espagne de la domination musulmane.

Parmi ces rapatriés en Europe, il y avait ceux qui entraient dans les classes nobles et royales en tant que catholiques qui maintenaient les coutumes et les pratiques juives dans le secret de leurs foyers et de leurs familles et de ceux qui rejoignaient la communauté juive religieuse.

En raison de la montée de l’antisémitisme et de l’antijudaïsme, ces origines juives ont été cachées par les communautés catholique et juive.

Généalogie de la famille Sinclair de Rosslyn :


Lot Roi de Lochlann (490 -) fils de Cadlew King of Lochlann
/
Prince Gwalchafed (Gaheris / Gareth) de Lochlann et Lothian (515 -) fils de Lot Roi de Lochlann et Princesse Anna de Grande-Bretagne fille de Huna Mar Exilarch et roi britannique par son épouse Lady Abiane Gwenllian de Mahoza et Gewisse
/
Eadgils roi de Mggings en Suède (534 -) fils du prince Gwalchafed (Gaheris / Gareth) de Lochlann et Lothian
/
Llywarch Poule Calchfynydd (Llywarch le Gracieux) Roi de Calalus (553 -) fils d’Eadgils Roi de Meringing en Suède
/
Dwgywg Roi de Calalus (573 -) fils de Llywarch Hen Calchfynydd (Llywarch le Gracieux) Roi de Calalus et Lady Morgana Le Fey fille de Cadrod Calchfynydd (Gédéon de Rhoda / Elidyr / Elisedd) Roi de Calalus par son épouse Princesse Wynne de Gwynedd
/
Gwyar (Gwair) Roi de Calalus (593 -) fils de Dwgywg Roi de Calalus
/
Tegid Roi de Calalus (612 -) fils de Gwyar Roi de Calalus et Lady Morgana fille d’Arthur de Dal Riata Roi de Gwent et Lady Lionor
/
Alcun Roi de Calalus (635 – 663) fils de Tegid Roi de Calalus
/
Sannde (Sandef / Eagils?) Roi frison des Radbads (Rhodans) et Manaan (Man) aka dernier roi de Arthural Calalus et souverain des Frisons (655 -) fils d’Alcun Roi de Calalus et la princesse Anna la fille de Cadwallon Roi de Gwynedd par son épouse la princesse Alcfrith de Mercia
/
Elidyr de Rhodan Mananaan (Eadgils) Roi frison des Radbads alias Radbad Ier de Frise (673 – 719) fils de Sannde (Sandef / Eagils?) Roi frison des Radbads (Rhodans) et Manaan (Man) aka Dernier Roi du Calalus Arthurien et souverain des Frisons
/
Enkel Roi frison des Radbads (700 -) fils d’Elidyr de Rhodan Mananaan (Eadgils) Roi frison des Radbads aka Radbad Ier de Frise et Lady Celenion fille d’Abu Aharon (Garin) de Babylone par sa femme Imma Bilhah Bat Heman (alias Mabile Ermenjart)
/
Elidyr II du Manaan (730 -) fils d’Enkel Frisian King et Lady Bilhah d’Aquitaine fille de Rabbi Ahunai de Palestine et d’Aquitaine (alias Hernaut de Beauland par sa femme Lady Dode (Ita) d’Aquitaine
/
Gwriad du Manaan (755 –) fils d’Elidyr II du Manaan
/
Cadrod Sinclair (Synklar ou Siksika) Souverain du Calalus du Nord (795 -) fils de Gwriad du Manaan et Lady Mynan de Calalus fille du Prince Yspwys II de Calalus
/
Ciman le Pied Noir (Droed Ddu) Sinclair (Synklar ou Siksika) (830 -) fils de Cadrod Sinclair (Synklar ou Siksika) Souverain du Calalus du Nord et Princesse Atala de Rhoda et Calalus fille d’Israël I Guriat Roi de Calalus par sa femme Princesse Atala (Ethyl) de Gwynedd et Bernicia
/
Lord LLofan Sinclair (Synklar ou Siksika) (860 -) fils de Ciman le Pied Noir (Droed Ddu) Sinclair (Synklar ou Siksika)
/
Lord Llywarch Sinclair (Synklar) (890 -) fils de Lord LLofan Sinclair (Synklar ou Siksika)
/
Lord Iddig (Ithick) Sinclair le seigneur des diamants (925 -) fils de Lord Llywarch Synklar
/
Lord Iddon Sinclair le Seigneur des Diamants [Yahalom Adon] (955 -) frère de Meurig (Mauger / Markwart) von Eppenstein (Elfenstein / Finkelstein) fils de Lord Iddig (Ithick) Sinclair et Lady Kerwita fille de Marchudd Lord of Rhos
/
Meurig (Mauger) de Sinclair (986 – 1040) fils de Lord Iddon Sinclair le Seigneur des Diamants et Lady Papia de Normandie fille de Richard Ier de Normandie par son épouse Lady Gunnora du Danemark
/
Walderne Comte de St Clair (1001 – 1047) fils de Meurig (Mauger) de Sinclair et Lady Germaine de Corbeil
/
William « the Seemly » Sinclair de Rosslin 1er Lord de Rosslin (1028 – 1078) fils de Walderne Comte de St Clair et Lady Helena le Bon la fille de Richard II Duc de Normandie par son épouse Lady Judith de Bretagne
/
Henry Sinclair de Roslin 1er Baron de Roslin Le Croisé (1065 – 1110)

Photo de présentation : la chapelle de Roslyn


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude.

Votre aide est importante pour continuer...


Terre Promise © Elishean/2009-2020


Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here