En même temps que le judaïsme néo-zélandais s’efforçait de toutes ses forces d’accomplir un rêve prophétique vieux de deux mille ans, il n’a nullement négligé ses qualités religieuses de compassion en acceptant la responsabilité et le fardeau d’apporter une aide immédiate et substantielle à ceux qui sont dans le besoin et dans une détresse extrême.

Les pogroms de Kishineff et autres atrocités russes du début du siècle ont suscité une intense indignation au sein des communautés, qui ont spontanément répondu à l’appel à l’aide financière.

L’indignation et les protestations n’ont pas aidé, car les persécutions ont augmenté avec une régularité monotone. D’année en année, les rapports écœurants sur le désespoir et la souffrance des Juifs en Ukraine, en Pologne et en Russie, affluent en Nouvelle-Zélande.

Jusqu’à la Première Guerre mondiale et tout au long de celle-ci, et continuellement jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, des appels désespérés à l’aide immédiate sont lancés par les masses gémissantes et opprimées d’Europe de l’Est.

Presque chaque année, les Juifs de Nouvelle-Zélande, avec beaucoup d’abnégation, envoyaient de grosses sommes d’argent pour tenter d’alléger, ne serait-ce que d’une infime partie, le sort malheureux de leurs frères opprimés. Ils se méfiaient cependant de l’appel lancé par S. Poliakoff en faveur d’une campagne de reconstruction de la juiverie russe. Ils craignaient que les Soviétiques ne confisquent les fonds. En outre, pendant la Première Guerre mondiale, les communautés ont envoyé une somme importante pour l’aide aux réfugiés juifs belges en Angleterre et pour le Fonds des prisonniers de guerre juifs.


Une proposition visant à faire sortir les orphelins ukrainiens, suggestion fortement soutenue par Sir Michael Myers, en 1922, n’a pas abouti en raison des restrictions imposées par le gouvernement à l’immigration des orphelins en Nouvelle-Zélande et du manque de parrains qui accepteraient la responsabilité individuelle de leur entretien, une disposition gouvernementale obligatoire.

À partir de 1930 environ, les autorités philanthropiques juives à l’étranger tentèrent d’élever le niveau des masses en Ukraine et en Pologne par des moyens scientifiques, notamment en matière de santé et de formation professionnelle, par l’intermédiaire des organisations connues sous les noms de O.R.T. et O.Z.E. Elles envoyèrent leurs propres émissaires en Nouvelle-Zélande, parmi lesquels les plus éminents étaient le Dr S. Y. Jacobi, le Dr M. Laserson, le Dr Hans Klee et Elsley Zeitlin. Ils ont tous reçu une réponse immédiate des Néo-Zélandais.

Des institutions privées européennes ont également lancé des appels aux communautés. Même une organisation de la riche Amérique a entendu parler de leur générosité et a lancé un appel de fonds par l’intermédiaire d’un émissaire rabbinique.

La marée montante du nazisme, avec les cruautés qui l’accompagnent, a apporté de nouveaux problèmes et un fardeau supplémentaire aux Juifs du monde entier. Les Juifs de Nouvelle-Zélande n’ont pas manqué de porter leur part de responsabilité. À partir de 1933, elle a répondu sans relâche aux nombreux appels qui lui ont été adressés par le Fonds de secours général.

Les réfugiés allemands commencèrent à arriver dans le pays à partir de 1936 environ, et les différents comités d’accueil firent tout leur possible pour les rendre heureux et les réinstaller confortablement.

Les branches de la New Zealand Jewish Welfare Society les ont soutenus jusqu’à ce qu’ils trouvent du travail et ont payé l’entretien et les honoraires d’un certain nombre d’hommes de métier, principalement des médecins et des dentistes, qui étaient tenus par la réglementation de passer certains examens dans les matières des collèges universitaires néo-zélandais  » avant de pouvoir exercer dans le pays.


Les communautés juives étaient prêtes à accepter davantage de migrants et la responsabilité de leur entretien, mais les mesures restrictives prises par le gouvernement néo-zélandais avant le déclenchement de la guerre ont permis d’endiguer tout flux important d’immigration en provenance d’Allemagne et d’Autriche. Le début des hostilités l’arrêta complètement, à l’exception d’un petit filet qui s’était échappé par la Russie soviétique et le Japon.

Au cours de la troisième année de la guerre, la nouvelle de l’horrible ampleur du plus grand crime jamais commis dans l’histoire de l’humanité s’est répandue en Nouvelle-Zélande. Des expressions d’indignation et d’horreur furent exprimées avec véhémence par toutes les confessions.

Le Premier ministre, le très honorable Peter Fraser, le chef de l’opposition, le maire de Wellington, l’évêque de Wellington, les représentants du cabinet et du clergé, lors d’une gigantesque manifestation de protestation organisée dans la capitale, déclarèrent leurs craintes horrifiées concernant les incroyables dégradations auxquelles les cruels Allemands étaient parvenus.

Alors que le soulagement arrivait au petit reste des Juifs qui restaient dans les camps de concentration européens, les Juifs de Nouvelle-Zélande se sont associés pour contribuer au Comité juif unifié pour le secours à l’étranger afin de tenter de réhabiliter les souffrants aigris qui avaient été sauvés. Un bureau de recherche des parents disparus confirma le degré terrifiant du crime allemand.

Lorsque le Dr Maurice Perlzweig est venu en Nouvelle-Zélande pour de courtes visites au nom du Congrès juif mondial, une organisation qui s’efforce d’améliorer la situation politique des Juifs en dehors d’Israël, les politiciens du pays l’ont reçu avec attention, et de nombreux membres des communautés ont soutenu ses vues.

Les lourdes exigences imposées aux sentiments charitables des communautés juives n’ont nullement affecté leur générosité envers les institutions philanthropiques locales et nationales. Au contraire, cela semblait les rendre plus conscients de la nécessité d’accepter une responsabilité civique bienveillante. Partout où les Juifs se réunissaient, ils siégeaient dans des comités d’hôpitaux et des organisations caritatives.

V. S. Jacobs, un éminent sportif de Dunedin, reçut l’O.B.E. pour son travail auprès des enfants infirmes. Un parent, John Jacobs, adjoint au greffier de la ville de Dunedin, fut secrétaire du conseil de l’hôpital d’Otago pendant trente-neuf ans.

Un autre bénéficiaire de l’O.B.E., Samuel Saltzman, a acquis sa réputation de philanthrope. Il a construit le pavillon Saltzman T.B. à Greymouth, un bloc administratif au sanatorium Waipiata, le théâtre Saltzman à l’hôpital de Dunedin, l’aile Saltzman de la maison de la mission méthodiste à Company Bay, l’aile Saltzman de l’hôpital Balclutha T.B., un foyer pour enfants à Oamaru et tout un bâtiment pour l’ambulance Saint-Jean à Dunedin. L’organisation de l’Ambulance Saint-Jean lui a remis l’une des deux seules médailles Donat jamais présentées dans l’hémisphère sud.

Pour son action caritative, Mme J. I. Goldsmith a reçu le M.B.E. Elle a également été présidente de l’Association des femmes juges. Son mari, Joseph Isaac Goldsmith, associé à d’innombrables activités communautaires, a été président de la Ligue pour la réinsertion des soldats handicapés, du camp de santé d’Otaki, du Comité des citoyens sans emploi, pendant la dépression, et a contribué à la fondation de la « famille Smith ». Passionnés d’échecs eux-mêmes, M. et Mme Goldsmith ont fait don du trophée d’échecs Goldsmith en mémoire de leur fils Lionel M. Goldsmith, tué lors d’opérations aériennes au-dessus de l’Europe.

Sir Truby King a reçu une aide considérable de la part de nombreux Juifs pour favoriser l’adoption de la méthode Plunket de garde d’enfants et la faire connaître dans le monde entier. Mme D. E. Theomin de Dunedin parraine le projet et accepte le poste de premier trésorier de la société Plunket. Wolf Harris a fait don du premier hôpital Karitane pour Dunedin, et Sir Arthur H. Myers a présenté un hôpital Karitane pour Auckland. Le mouvement reçut un soutien ardent de Mme D. L. Nathan.

Bien que les communautés juives de Nouvelle-Zélande aient volontiers aidé Israël, tant moralement que matériellement, et qu’elles aient toujours soutenu tout appel venant de l’étranger, elles sont restées essentiellement anglaises dans leur composition et dans leurs associations. Leur compassion et leur bienveillance s’étendaient largement à tous les juifs ; leurs loyautés et leurs liens historiques les liaient fortement à la Grande-Bretagne et naturellement à la Nouvelle-Zélande elle-même.

Bien que l’Association anglo-juive n’ait absolument rien fait en Nouvelle-Zélande, certaines des communautés continuèrent à verser leurs contributions à l’organisation anglaise. Lorsque le plus vigoureux Board of Deputies of British Jews prit la direction des Juifs d’Angleterre et accepta de représenter les communautés coloniales, toutes les congrégations néo-zélandaises profitèrent de l’invitation.

Pour renforcer les liens entre les Anglais et les Juifs coloniaux, le dynamique et actif Grand Rabbin de l’Empire britannique, le Dr Joseph H. Hertz, est venu en Nouvelle-Zélande en 1921, accompagné par Albert M. Woolf, le vice-président de la Synagogue Unie, dans le cadre de sa tournée pastorale des communautés juives des dominions britanniques d’outre-mer. Accueillies avec enthousiasme partout où il allait, ses conférences, en particulier celle sur « La Bible en tant que livre », a profondément impressionné son public juif et païen.

Le New Zealand Herald a écrit : « J’ai écouté un sermon, et le Grand Rabbin m’a confirmé dans mon opinion qu’être un Juif est une chose dont un homme peut être fier. … C’est une religion honnête qui exalte la conduite. »

Lors de sa tournée, il a lancé un appel de fonds pour la création d’un mémorial juif de guerre pour les soldats juifs britanniques et nationaux tués pendant la Première Guerre mondiale. La forme du Mémorial devait être un fonds permanent destiné à aider les établissements d’enseignement.

Les juifs de Nouvelle-Zélande ont fait don de plus de 12 000 livres sterling pour cette cause. Impressionné par l’effet de la visite du Grand Rabbin, un citoyen d’Auckland a écrit : « Cela a eu un effet très inspirant sur la communauté juive. Je recommande vivement que cette visite pastorale soit répétée à des intervalles déterminés ne dépassant pas sept ans ».

La Nouvelle-Zélande a également impressionné le grand rabbin. « Nulle part au monde, a-t-il déclaré, les Juifs n’ont atteint une telle importance en proportion de leur nombre. Cela est dû au fait qu’ils sont en grande partie les descendants de vieux colons, pour la plupart anglais, qui ont été parmi les pionniers de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Ils ont eu la chance d’avoir des guides spirituels ».

Suite à l’appel en faveur du Mémorial juif de la guerre, Sir Robert Waley Cohen, président de la Synagogue unie de Londres et leader laïc reconnu du judaïsme anglais, s’est rendu en Nouvelle-Zélande pour affaires privées en tant que directeur général de la Shell Oil Company, et a donné une conférence sur l’objectif du Mémorial et les problèmes auxquels le judaïsme britannique était confronté. Sa visite de plusieurs mois, à la fin de 1924, s’est avérée d’une valeur considérable pour les communautés.

La Nouvelle-Zélande respectait profondément le bureau du Grand Rabbin, mais il ne leur demandait plus d’argent, sauf pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il sollicita des dons pour le Fonds d’urgence du Grand Rabbin afin d’acheter des synagogues mobiles pour le personnel des forces armées. Il a également insisté sur la reconstruction de la Grande Synagogue de Londres, détruite lors d’un raid de bombardement. Sa mort peu après la guerre a suscité de profondes expressions de regret.

Son successeur, le grand rabbin Israel Brodie, a suivi les traces de son prédécesseur en effectuant une visite pastorale en Nouvelle-Zélande en 1952. Ce n’était pas sa première visite dans le pays. Il était venu auparavant en tant que représentant d’une cause sioniste d’Australie, où il avait servi pendant de nombreuses années comme ministre de la congrégation hébraïque de Melbourne. Lors de sa visite pastorale, il est venu en tant qu’invité du gouvernement, qui lui a offert une réception d’État. Il a également donné des conférences à un large public sur « La Bible » et sur « La religion dans le monde moderne ». Sa visite a renforcé la popularité dont il jouissait déjà largement.

Dans leur association avec le Commonwealth britannique, les Juifs de Nouvelle-Zélande ont montré leur profonde loyauté et leur disposition au sacrifice. La Nouvelle-Zélande a envoyé un très petit contingent en Afrique du Sud pour combattre dans la guerre des Boers. Des Juifs ont servi parmi eux.

Parmi eux, Joseph Isaac Goldsmith, qui est le président national de l’Association des vétérans de guerre sud-africains, et Albert M. Samuels, qui a représenté Ohinemuri en tant que membre de la Chambre des représentants de 1925 à 1928 et de la Tamise de 1928 à 1935. Le rabbin S. A. Goldstein d’Auckland, en tant que secrétaire honoraire du Boer War Patriotic Fund, a remonté le moral du pays. Les Juifs néo-zélandais sont fiers de leurs états de service pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, comme en témoigne la longue liste de noms figurant sur les tableaux d’honneur apposés sur les murs des synagogues des différentes congrégations. Pratiquement tous les hommes valides admissibles se sont portés volontaires pour les forces armées.

Au cours de la Première Guerre mondiale, Arthur Melziner Myers, élu au siège d’Auckland East à la Chambre des représentants en 1910, a été promu ministre des douanes, des munitions et des fournitures au sein du gouvernement national. Il avait auparavant occupé le poste de ministre des finances, des chemins de fer et de la défense au sein du ministère du Mackenzie.

Dans l’armée, il avait le grade de colonel commandant le Motor Service Corps. Il est le seul département de munitions du Commonwealth britannique à avoir traversé la guerre avec un dossier propre et sans scandale. Jeune homme, il était entré dans le bureau de son oncle, Ehrenfried and Company, à Thames. Plus tard, il acheva la fusion de la société avec Brown, Campbell and Company, pour en devenir le directeur général. Homme progressiste, il a passé un contrat pour la construction des tramways électriques d’Auckland et a réduit les tarifs de la 3e à la 1e section.

Élu maire d’Auckland en 1905, il donne des honoraires pour subventionner les groupes de musique qui jouent dans les parcs publics. À la fin de son mandat en 1909, il pose la première pierre du nouvel hôtel de ville, auquel il fait don de l’horloge. Dix mille personnes se sont réunies à Albert Park pour assister à une présentation qui lui a été faite au nom de la ville. À son tour, il a offert à la ville, pour un montant de 20 000 livres sterling, un terrain de huit acres, connu sous le nom de Myers Park, sur lequel il a construit une école maternelle et une école gratuite pour les enfants arriérés.

Il a également fait un don de 5 000 livres sterling pour la construction d’un hôpital Karitane et a donné de nombreuses photos à la galerie d’art d’Auckland. À Thames, il a amélioré nombre de ses équipements et a aidé à la création de son école technique. Parti à Londres en 1921 pour occuper un poste de directeur à la Banque nationale de Nouvelle-Zélande, il est fait chevalier trois ans plus tard pour ses services rendus à sa patrie.

Sir Arthur M. Myers meurt en 1924.

Bertram Joseph Jacobs s’est distingué au cours de la Première Guerre mondiale en tant que président de la Palmerston North Patriotic Society, de l’Association des anciens combattants de Palmerston North, puis de la N.Z.R.S.A. Parmi les nombreuses personnes qui ont été récompensées pendant la guerre, Mlle M. Mendelssohn a reçu sa décoration pour son travail de masseuse.

Les communautés juives ont poursuivi leur travail patriotique pendant la Seconde Guerre mondiale, principalement par l’intermédiaire de l’Union des femmes juives, qui, en tant qu’institution établie, a pu mener à bien ses activités patriotiques de manière organisée. Ils ont été heureux d’entendre l’hommage chaleureux que le Premier ministre a rendu aux troupes palestiniennes qui ont combattu en Grèce et en Crète, et qu’il a rencontrées lors d’une visite au Moyen-Orient.

Dans un geste patriotique, Leon Cohen a offert une ambulance au gouvernement néo-zélandais. Joseph Abel a reçu le M.B.E. pour ses services publics, notamment en relation avec l’Association des anciens combattants et la Croix-Rouge néo-zélandaise, dont il a été nommé premier président national. Il a également été président de la Croix-Rouge lors du tremblement de terre de Hawkes Bay, qui a fait de nombreux morts parmi les Juifs. Il a notamment organisé l’appel patriotique d’un million de livres en 1941 et l’appel aux malades et aux blessés un an auparavant.

Les travailleurs patriotiques ont également contribué à divertir les membres juifs du corps des Marines américains lorsque ce corps était en service en Nouvelle-Zélande. Le rabbin S. Katz s’occupait particulièrement des Américains et, à sa mort, ils lui ont érigé un mémorial dans le foyer de la synagogue de Wellington.

En janvier 1940, le rabbin A. Astor d’Auckland est nommé aumônier principal des forces armées néo-zélandaises. En 1942, il est nommé représentant officiel du National Jewish Welfare Board of America. Ses services spirituels auprès de milliers de militaires juifs américains comprennent une présence régulière dans les hôpitaux de l’armée et de la marine dans la région d’Auckland. Les Néo-Zélandais n’ont pas d’aumônier juif en service à l’étranger, mais le rabbin L. M. Goldman des forces impériales australiennes prend sur lui de veiller aux intérêts et au bien-être spirituel des hommes qui servent au Moyen-Orient et dans la région du Pacifique.

De nombreux réfugiés venus en Nouvelle-Zélande avant la guerre souhaitaient rejoindre les forces armées et, par l’intermédiaire de l’organisation sioniste, ont décidé à l’unanimité d’envoyer une lettre au ministre de la défense pour demander que tous les étrangers juifs soient soumis au service militaire au même titre que les citoyens néo-zélandais. Le ministre de la défense nationale a répondu que les étrangers juifs ne pouvaient pas être contraints de rejoindre les forces armées, bien que tous les encouragements soient donnés aux étrangers alliés, neutres et, dans certains cas, ennemis, pour qu’ils effectuent un service volontaire dans les forces armées néo-zélandaises. Certains étrangers ennemis ont réussi à se battre en première ligne à l’étranger en tant que membres de l’armée néo-zélandaise.

Après la guerre, de nombreux soldats, en plus de rejoindre leurs propres branches locales des clubs d’anciens combattants, ont formé une association juive d’anciens combattants pour raviver la camaraderie dont ils avaient bénéficié à l’étranger. Certains se sont intéressés de près à leurs branches locales. Maurice Myers, l’un des nombreux Juifs qui ont été décorés, et un fils du président de la Cour suprême, Sir Michael Myers, ont présidé l’Association des anciens combattants d’Otago. Il a reçu la Légion du Mérite des Américains.

L’intensité de la loyauté envers leur pays dont ont fait preuve les Juifs de Nouvelle Zélande ne s’est pas seulement manifestée en temps de guerre. Elle était également plus prononcée en temps de paix.

Dans toutes les sphères de la vie publique et civique, ils ont contribué volontairement de leur service et de leur capacité au bien-être du pays et de son bien commun. Outre Sir Arthur M. Myers et Albert M. Samuels, F. E. Baume et F. Pirani furent également membres de la Chambre des représentants.

La ville d’Auckland a élu F. E. Baume en 1902 en tant que libéral, tout comme Auckland East en 1905. Il intervient fréquemment dans les débats et défend sans peur les causes juives. Une fois, lorsque l’Official Assignee fit prêter serment à un témoin juif en signe de protestation sans chapeau, Baume expulsa au Parlement et cita la pratique correcte tirée du livre « New Zealand Justices of the Peace », qui déclare : « Les Juifs prêtent serment sur les cinq livres de Moïse avec la tête couverte ».

Certains des membres ont mis en doute l’excuse du cessionnaire officiel selon laquelle il ne savait pas que le témoin appartenait à la foi juive. À la mort soudaine de Baume en 1910, sa femme, née en Amérique et intéressée par de nombreuses institutions éducatives, a contesté sans succès le siège de Parnell.


Frederick Pirani continue à s’exprimer sur pratiquement tous les sujets controversés jusqu’à sa défaite pour le siège des Hutt en 1902. Pendant dix-sept ans, il fait tout son possible pour être réintégré à la Chambre, mais, par rotation, les électeurs de Palmerston North, Wanganui et Wellington Central le rejettent. Il se concentre alors sur ses intérêts en matière de journaux et d’éducation.

Une autre personnalité néo-zélandaise haute en couleur, Sir Percy A. Harris, s’est distingué dans la politique anglaise et a siégé pendant de nombreuses années à la Chambre des Communes britannique.

La reconnaissance des services rendus par les Juifs au pays se traduit par la nomination d’un certain nombre de Juifs au Conseil législatif. Samuel Edward Shrimski, qui avait été nommé à vie, mourut en 1902. Les membres du Conseil lui rendirent des hommages touchants. L’un d’eux le qualifia de « champion des opprimés ». Un autre le qualifiait d' »étranger gagnant ses éperons ».

L’honorable Charles Louisson, membre exécutif actif de nombreuses organisations diverses à Canterbury, dont le New Zealand Trotting Club, dont il était président, bien qu’il ne parlât que rarement au Conseil, continua ses services jusqu’à sa mort en 1924, date à laquelle un certain nombre d’hommages élogieux furent rendus à sa mémoire. En 1920, le brillant rédacteur en chef de l’Evening Star de Dunedin, Mark Cohen, est nommé au Conseil, où il siège jusqu’à sa mort en 1928.

Un autre membre de la foi juive, Eliot Rypinski Davis, a siégé au Conseil législatif avant son abolition en 1951. Fils de Moss Davis, il a, avec son frère Sir Ernest, consolidé leurs intérêts dans Hancock and Company et dans des entreprises alliées. Homme de grande culture, Eliot R. Davis a remporté, dans sa jeunesse, la médaille Curlow pour la théorie de la musique au Collège universitaire d’Auckland. Il a beaucoup fait pour promouvoir l’industrie porcine en Nouvelle-Zélande. Il possédait un élevage de sangliers et ses animaux ont remporté de nombreux prix lors de salons agricoles. Son prix était un sanglier importé qu’il appelait « Grand Rabbin ».

Un juif très orthodoxe, Aaron Vecht, qui emportait même son propre beurre kasher avec lui lorsqu’il voyageait, était également étroitement lié à l’industrie porcine. Il avait découvert un système de traitement doux du lard qu’il avait introduit en Nouvelle-Zélande et pour lequel il recevait un shilling par tête pour chaque carcasse de porc traitée selon son système.

Il est intéressant de noter que le nom d’Aaron Vecht figure parmi les noms distingués figurant sur la première page du premier livre d’or de la J.N.F. à Jérusalem, avec ceux de Theodore Herzl et d’autres pionniers sionistes.

Pendant de nombreuses années, l’honorable Eliot R. Davis a été consul du Japon. Il a subi un coup dur lorsque son fils, Trevor Davis, l’un des fondateurs de la Jeune Chambre de Commerce, est décédé en bas âge. En sa mémoire, ses parents ont érigé une fontaine dans le domaine de Selwyn à Mission Bay qui, lorsqu’elle est éclairée la nuit, forme diverses combinaisons de couleurs grâce à un cycle de jets. En l’honneur de son père, Moss Davis, l’honorable Eliot R. Davis a érigé un radiogoniomètre sur les hauteurs de Princes Drive, à Nelson.

Son frère, Sir Ernest Hyam Davis, a érigé un radiogoniomètre au sommet du Mount Eden, à Auckland, dans le même but. Grand patriote et leader civique, il a servi comme président du Conseil conjoint de Saint-Jean et de la Croix-Rouge pendant la Seconde Guerre mondiale, travail pour lequel il a été fait chevalier de Saint-Jean de Malte et décoré de la Légion d’honneur.

Outre ses activités au sein de nombreux conseils et institutions civiques, il a été maire de Newmarket et, en 1935, a été élu maire d’Auckland, poste qu’il a occupé sans interruption pendant six ans, gagnant ainsi une grande popularité grâce à son esprit sportif. Il a appartenu à pratiquement toutes les organisations sportives du district d’Auckland, en particulier au soutien de la voile, pour laquelle il a éprouvé une affection particulière du fait de ses années de volontariat dans un détachement naval où il a servi pendant onze ans.

Il avait couru, en tant qu’ami personnel de Sir Thomas Lipton, sur le célèbre yacht Shamrock. À l’âge de quatre-vingt-quatre ans, Sir Ernest navigue toujours sur son propre yacht dans le port d’Auckland et ses environs. Parmi ses dons les plus importants à la ville d’Auckland figure l’île de Brown, dont le nom a maintenant été changé en île Davis.

Parmi les autres personnes qui ont été élues maires de leur ville, on peut citer Maurice Cohen de Palmerston North, célèbre pour son intérêt pour le sport et la musique, outre ses liens avec la United Fanners’ Cooperative et la chambre de commerce de Palmerston North.

Dans la même ville, Frederick Joseph Nathan, qui a également été élu maire, avait de nombreux intérêts. En tant que président de la Société horticole de Nouvelle-Zélande, il a été l’un des principaux artisans de la création du Massey College. Ses relations d’affaires lui ont permis de devenir président de la chambre de commerce de Palmerston North. Il a été président de Joseph Nathan Limited, de la New Zealand Casein Company et de la Glaxo Manufacturing Com- company (N.Z.).

Abraham Wachner, une personnalité d’Invercargill, en a été le maire, ce qui lui a valu de recevoir l’O.B.E. Harold Caro a exercé les mêmes fonctions à Hamilton. Il a reçu l’O.B.E. pour sa présidence du conseil d’administration de l’hôpital de Waikato et pour d’autres services civiques. Il a été déclaré qu’il était le premier enfant juif né dans l’île du Sud.

Israel Joseph Gold-stine, lui aussi, a reçu l’O.B.E. Il a été maire de One Tree Hill pendant quinze ans. Il a siégé à l’exécutif du Conseil patriotique national en plus de ses nominations comme président de la Commission du gouvernement local, du Conseil laitier métropolitain d’Auckland et de l’Association des organismes locaux de la banlieue d’Auckland. Un maire de la North East Valley, un sportif passionné et un examinateur de l’école dentaire de Nouvelle-Zélande, portait le nom extraordinairement long de Septimus Solomon Arthur Wellington Daniel Myers.

Parmi les nombreux Juifs qui ont siégé aux conseils municipaux et locaux, un grand nombre se sont distingués par des services longs et méritoires. Le conseiller Leo Stein de Dannevirke, en plus de sa fonction de président du conseil de l’hôpital, a occupé des postes de direction dans pratiquement toutes les institutions importantes de la région. Le développement de l’Eastbourne Borough est en grande partie dû à l’enthousiasme des conseillers H. J. Levy, S. Edilson et I. Hart. F. Cohen et D. J. Nathan ont siégé pendant de nombreuses années au conseil municipal de Wellington. À Dunedin, Barnett Isaacs, Abraham Solomon et Mark Silverstone ont rendu des services dévoués au conseil municipal.

Mark Silverstone, un leader populaire, ainsi qu’un certain nombre d’autres Juifs, a contribué dans une large mesure à la formation du Parti travailliste néo-zélandais. Il a vu le jour dans l’atelier de Wellington d’un tailleur juif, H. Joseph, un dimanche matin de mai 1907.

Parmi les quinze personnes présentes, quatre étaient des Juifs – H. Joseph, Alf Rose, Karl Roth et Simon Zander. Chaque dimanche matin, ce groupe se réunissait dans l’atelier de Joseph, organisait des conférences et des réunions au coin de la rue, et publiait des brochures.

Le parti socialiste a fait de bons progrès et, au début de 1908, il a réuni suffisamment de forces pour se procurer ses propres locaux et pour publier un petit journal mensuel, le Commonweal, qui a été le premier journal travailliste du Dominion. Plus tard dans la même année, des branches du parti socialiste sont créées à Auckland, Christchurch et Dunedin. P. Black, et plus tard Luis Marks, ont pris une part prépondérante au mouvement à Auckland, et Mark et I. Silverstone à Dunedin.

Vers la fin de 1909, une puissante organisation industrielle voit le jour : la Fédération du travail de Nouvelle-Zélande. Ses fondateurs et ses dirigeants étaient tous des hommes très compétents.

Avant la Première Guerre mondiale, une petite vague de Juifs, originaires de Russie et de Pologne, mais qui avaient vécu en Écosse pendant plusieurs années, a émigré en Nouvelle-Zélande. Parmi eux se trouvait Hyman Webster, un membre très actif du parti travailliste indépendant britannique. Un homme capable, d’une intelligence brillante et d’une grande capacité de lecture, il a utilisé son esprit vif et remarquablement logique pour ajouter le côté pratique à son idéalisme. Son jugement politique était presque sans faille. Sur le même bateau que celui qui l’a conduit en Nouvelle-Zélande, il s’est lié d’amitié avec Peter Fraser et a émigré en même temps.

Ensemble, ils ont contribué à la création du parti social-démocrate en 1913.

Ce fut un camp dans lequel les Juifs ont plus que partagé le dur travail de pionnier consistant à organiser la main-d’œuvre néo-zélandaise en une grande force politique indépendante. Parmi eux, Lazer Zander travaillait de manière moins visible, tandis que son frère Simon, qui s’était installé à Napier, y avait établi une branche active, ainsi que dans la ville voisine de Hastings.

Un autre camp, composé de plusieurs responsables syndicaux et d’un élément plus conservateur, comprenait un homme très visionnaire et très actif, Solomon Gordon. Neveu de David Wolfson, qui avait succédé à Théodore Herzl dans le mouvement sioniste, il avait lui aussi vécu en Écosse où il était devenu l’un des premiers membres du parti travailliste indépendant et un grand ami de son chef James Keir Hardie.

Son seul objectif était de créer un parti travailliste uni sur le modèle du mouvement britannique. Dans ce but, il travailla sans relâche et de manière désintéressée. Son frère, Shaiah, l’a aidé en tant que bras droit.

Dans la maison des Gordon, les chefs des factions en guerre se rencontraient fréquemment. De nombreuses conférences entre les deux organisations syndicales ont lieu dans le but de réaliser l’unité. Sous l’influence de Solomon et Shaiah Gordon d’une part et de Hyman Webster d’autre part, un accord fut finalement conclu, qui aboutit à la formation du Parti travailliste néo-zélandais en juillet 1916. Le mouvement nomma Hyman Webster, l’un de ses travailleurs les plus énergiques et les plus zélés, à l’exécutif national.

Pour le petit nombre de Juifs du pays, il est étonnant qu’ils aient joué un rôle aussi important dans la création du mouvement travailliste néo-zélandais. Le Parti travailliste se souvient d’eux avec affection, honneur et estime.

L’honorable P. C. Webb, écrivant à Solomon Gordon dans les années qui ont suivi, a déclaré : « Nous avons tous apprécié le merveilleux travail que vous avez accompli pendant les années où les travailleurs étaient peu nombreux. Le gouvernement que vous avez contribué à créer ne vous laissera jamais tomber. Vos anciens camarades, Savage, Semple, Fraser, Thorn et compagnie, se joignent tous pour vous souhaiter un joyeux et brillant Noël ».

En 1936, le gouvernement a nommé Mark Silverstone directeur de la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande. Il avait siégé au Comité politique des travailleurs qui avait organisé l’élection des députés travaillistes au Parlement. Il avait également organisé la branche d’Otago du parti travailliste néo-zélandais. Outre son poste au conseil municipal de Dunedin, il a également siégé au conseil d’administration de l’hôpital d’Otago.

Bien que les Juifs aient eu beaucoup à faire avec l’organisation du mouvement travailliste, ils ont continué à aider à organiser l’industrie et le commerce. Sur les cinq délégués néo-zélandais envoyés à la Chambre de commerce britannique, deux, Sir Arthur Myers et Joseph E. Nathan, s’intéressent de près aux affaires communautaires juives. Les entreprises créées par les pionniers juifs continuèrent à prospérer, bien que certaines, comme Levin and Company, aient quitté les mains de la famille d’origine et que d’autres se soient transformées en sociétés publiques.

Néanmoins, des Juifs, comme Hillel et Stanley Korman, ont maintenu l’esprit pionnier. Venant d’Europe, ils ont fondé les Korman Mills, en 1939, à Auckland. À la fin de l’année 1955, ils employaient plus de 1000 travailleurs dans l’une des usines les plus grandes et les plus modernes de Nouvelle-Zélande. Dans un bâtiment de 250 000 pieds carrés, on ne voit pas un seul pilier ni un seul tuyau. Toutes les installations sont souterraines. Climatisées, ignifugées, insonorisées, ses sols en béton sont recouverts de plastique pour des raisons de chaleur et pour permettre aux employés de se tenir debout plus facilement. L’entreprise est également pionnière en matière d’équipements, de terrains de jeux et d’un jardin d’enfants pour les enfants des travailleurs. Elle a mis l’accent sur la coopération entre la direction et les travailleurs. Plus de 280 de ses travailleurs possèdent des voitures qu’ils garent sur un terrain de 20 acres réservé à cet effet.

Parmi les autres personnalités du monde du commerce, citons Hubert Joseph Lichtenstein, président de la Jeune Chambre de Commerce, qui a ensuite présidé la branche senior d’Auckland. John Myers a présidé la Chambre de commerce de Wellington et a contribué à la fondation de l’Association du Salon de Wellington. Dans de nombreux pays, les Juifs ont des difficultés à entrer en bourse. À Auckland, R. E. Isaacs et L. A. Levy ont tous deux joué le rôle de courtiers en valeurs mobilières.


Dans le cadre du développement du commerce entre la Nouvelle-Zélande et d’autres pays, certains Juifs ont trouvé avantageux d’agir en tant que consuls pour différents pays. Hubert L. Nathan, membre du Wellington Harbour Board and Hospital Board, a été nommé consul honoraire du Chili, tandis que E. J. Hyams a été nommé consul honoraire de Tchécoslovaquie.

À Auckland, Morris Copeland, ancien Maître et Grand Trésorier de la Grande Loge des Francs-Maçons de Nouvelle-Zélande, a été Vice-Consul pour les Pays-Bas, et à Wellington, Bernard Gotlieb a été Consul pour les États-Unis d’Amérique. Outre son rôle d’agent pour la colonie de Fidji, David L. Nathan a été nommé consul pour le Portugal, fonctions transmises à sa mort à son fils Lawrence D. Nathan. Ce dernier occupe le poste de président du conseil d’administration du port d’Auckland. Avant d’être gravement blessé sur le front libyen, il remporte les championnats de fleuret et d’épée de Nouvelle-Zélande.

Le pays a produit un certain nombre de sportifs juifs éminents dans différents domaines. Amelia Morris était une championne de natation, Jack Jacobs, un des meilleurs joueurs de cricket, S. Hollander, un footballeur renommé et un arbitre international, Jack Meltzer, un champion de boxe poids plume, et Charles Louisson, un champion amateur de tir et de marteau. Louisson excellait également dans d’autres sports et s’intéressait de près aux affaires des soldats de retour, présidant le Palmerston North Returned Servicemen’s Club.

Leon Kronfeldt et John Leslie ont tous deux représenté la Nouvelle-Zélande en natation, ainsi qu’en rugby, ce dernier étant également connu comme l’un des meilleurs boxeurs poids lourds amateurs du pays.

Isadore Zuckerman excellait en tant qu’arrière-cuisinier, tandis qu’un cavalier amateur, Trevor Davis, apparaissait souvent lors de rencontres de point à point et de spectacles et était largement connu comme un cavalier passionné et un bon cavalier.


I. Salek, bien connu dans les cercles de bowling de Wellington, a eu l’honneur unique de recevoir une médaille spécialement frappée, la première du genre dans l’Empire britannique, au nom de l’Association des juges de Nouvelle-Zélande, qu’il a fondée.

Comme Felix Hector Levien, magistrat rémunéré à Auckland, Salek a exercé des fonctions judiciaires à Wellington en tant que coroner de la ville. Croyant profondément aux droits des femmes, il a été président du Women’s Reform Institute.

En ce qui concerne les femmes juives, elles n’avaient pas vraiment besoin de réforme. Dans leur religion, elles jouissaient des mêmes droits que les hommes, bien que leurs devoirs soient différents.

Dans la vie domestique, elles jouissent de la compagnie traditionnelle et des indulgences dont les maris juifs font habituellement preuve à l’égard de leurs femmes. La plupart des femmes juives de Nouvelle-Zélande ne sont pas inactives, mais passent leurs heures de loisir dans un service social public. Parmi les plus éminentes d’entre elles figurent Mme Florence Pezaro, présidente de l’Australia Club et de la Victorian League, et Mlle Kate Keesing, membre éminent de cette dernière institution.

Les Juifs de Nouvelle-Zélande peuvent en effet être fiers de leur bilan en matière de service public et d’acceptation de la responsabilité civique. La tradition anglo-juive de loyauté envers le pays et la foi a trouvé une expression concrète et sincère au sein du Dominion.

Les Juifs considéraient leurs devoirs envers l’État comme faisant partie de leur religion. Ils étaient extrêmement sensibles à la question du maintien de la bonne réputation des Juifs. Ils abordaient donc leurs obligations et leurs activités volontaires avec zèle et détermination pour réussir. Le résultat fut à la fois satisfaisant pour eux et favorable à la Nouvelle-Zélande.


Vers le chapitre 31 : L’opposition aux réfugiés

Dossier : HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here