Lorsque la ruée vers l’or commença à Hokitika en 1865, les Juifs qui affluèrent sur la côte ouest, à leur honneur, ne pensaient pas seulement à leur position matérielle, mais faisaient également attention à leur bien-être spirituel.

Au début, la ville était comme un bazar. Des milliers de personnes vivaient dans des tentes. Deux cents maisons publiques se dressaient sur une petite surface de moins d’un kilomètre de long. Certaines d’entre elles avaient des propriétaires juifs.

Ce n’était pas une profession rare pour les Juifs de Londres, qui constituaient la majorité de la population juive de Hokitika.

La foule se pressait dans ces hôtels, où ils payaient trois shillings par nuit pour dormir dans une couverture sur le sol. Il est fort probable que les Juifs se rendaient dans les hôtels tenus par leurs coreligionnaires, tels que l’hôtel Shamrock and Thistle dirigé par S. M. Solomon dans la rue principale de Revell Street, ou l’hôtel Shamrock de Jacob Wagman dans la même rue, ou encore l’hôtel de Mme Levy ou l’Adelphi appartenant à Raphael et Marks.

Pour s’amuser, ils se rendent au grand théâtre en bois qui ouvre tous les soirs, ou se retrouvent au Levy’s Prince Alfred Oyster Saloon ou au restaurant W. Wulff’s. Ceux qui aimaient danser se rendaient au Café de Paris de Phineas Solomon.

Au fur et à mesure que les bâtiments s’élevaient, les Juifs s’installaient dans leurs métiers et leurs professions, principalement comme commerçants dans les rues Revell et Weld.


La vente de tabac semblait être un commerce populaire parmi eux. M. Mendelsson, M. Jaffe, Bernard Mendelsson, Marks and Fuerst, M. Nashelski, Alexander Singer, Isaac Benjamin, B. Falk, Shier and Goodman et Michael Pollock étaient enregistrés comme buralistes. Henry Levy, H. Hyams, Raphael Levy, Hart & Hyams, Hart & Levy, John Isaacs, Levi & Raphael, A. Louison and Company, H. L. Marks and Company et John Solomon vendaient des produits d’épicerie et des provisions.

Les horlogers et les bijoutiers étaient représentés par Solomon Shappere, S. et S. Cohen, M. Hayman et J. P. Klein. Parmi les quincailliers, les commerçants généraux, les marchands et les vendeurs de produits de luxe, on comptait les Benjamin Brothers, Samuel Myerstein, Behrend Susman and Company, J. Hirsh, Joseph Jacobs, S. Jacobs et Jacob Moses. D. Cashmore, Isaacs and Company et S. Goldston vendaient des vêtements.

W. Moss et, plus tard, George Hyman Moss tenaient la papeterie locale, la librairie et le kiosque à journaux. E. N. Marks and Company, et D. Isaacs, les agents de prêt et d’argent locaux, ne manquaient jamais d’affaires. Les frères Cohen, marchands de meubles, tapissiers et ébénistes attirèrent de nombreux clients qui pensaient que leur séjour à Hokitika serait permanent. M. Rehfisch s’occupait de cuir. H. Marks vendait du cuir à Three Mile et Israel Pollock dans toute la campagne. Pour les clients qui souhaitaient consulter un avocat juif, Joel Barnett Lewis était à leur disposition.

Lorsque les mines d’or ont été ouvertes dans la campagne de la côte ouest, à l’extérieur de Hokitika, certains des Juifs émigrés ont installé leurs entreprises ou leurs succursales dans les nouvelles colonies.

À Stafford Town, H. Marks and Company a ouvert les Beehive Stores, D. et A. Benjamin les Johnny All-sorts Stores, Joseph Samuels le Little Wonder Fancy Goods Repository, et R. Isaacs la plus grande merveille du monde Outfitting and Clothing Establishment.


Levy et Raphael faisaient du commerce en tant que commerçants sans aucun nom fantaisiste. D. Hayman gagnait sa vie en tant que buraliste, et N. Marks en tant que coiffeur et barbier. Chez Ross, T. Chaim combinait la profession de buraliste avec celle de coiffeur, tandis que Marks et Wiener travaillaient comme horlogers et bijoutiers.

Le port de Grey, appelé plus tard Greymouth, apparaît aux migrants comme une colonie qui deviendra permanente et attire les marchands généralistes Ralph De Costa and Company, et Cohen and Company pour y établir leurs commerces. Hyam B. Davis y travaille comme charpentier, Alexander Solomon comme frutier et Abraham Levinski comme coiffeur et photographe. W. et G. Isaacs, Morris Levy, R. Marks et Philip Sternberg y ont ouvert des magasins en tant que marchands généraux et marchands de produits de luxe. S. E. Nathan a travaillé comme commissaire-priseur et agent.

Lors des grandes fêtes, les Juifs de toute la côte ouest se réunissaient à la synagogue Hokitika, dans la rue Tancred, à mi-chemin entre les rues Stafford et Weld et en face de l’église méthodiste.

Les Juifs locaux s’y réunissaient régulièrement à l’occasion de chaque sabbat et festival. Pieux, loyaux et conscients de leurs responsabilités, les Juifs qui venaient à Hokitika prenaient des mesures pour former une congrégation dès leur arrivée et, en août 1865, ils nommaient B. Marks président, J. Moss trésorier et M. Harris secrétaire.

Ils demandèrent à la congrégation hébraïque de Canterbury d’intervenir en leur faveur et de demander au surintendant des concessions de terrain pour une synagogue et un cimetière. La Congrégation de Cantorbéry a également écrit aux Juifs de Wellington pour qu’ils prêtent un Sefer Torah à leurs frères de Hokitika.

Comme toutes les autres confessions, la congrégation hébraïque de Hokitika a reçu une concession de terrain pour l’érection d’une maison de culte, et sur le terrain 665, les jeunes Juifs aventureux ont construit une belle petite synagogue en bois sur des lignes traditionnelles, avec la Bimah au centre et une galerie pour les dames.

La synagogue pouvait accueillir environ cent vingt-cinq personnes. Attrayante à l’intérieur, bien que compacte et haute, elle impressionnait également à l’extérieur par ses hautes colonnes doriques en bois qui, par leur couleur, en faisaient un bâtiment caractéristique de la ville. Le surintendant n’a pas non plus hésité à accorder à la communauté minière une partie de terrain comme cimetière sur une colline surplombant la mer au nord de la colonie. Heureusement, ce terrain n’a pas dû être utilisé pendant de nombreuses années.

Le premier enterrement juif à Hokitika a eu lieu en 1872.

Craignant que la communauté minière ne se disperse bientôt, les Juifs de Wellington refusèrent de prêter un Sefer Torah à Hokitika, qui dut acheter ses exemplaires à l’étranger. La congrégation eut plus de chance en prêtant une autre synagogue nécessaire, un Shofar, que la congrégation de Canterbury lui prêta gentiment chaque année pour les fêtes de fin d’année.

Outre la construction d’une synagogue, les Juifs de Hokitika n’ont pas perdu de temps pour nommer le révérend Isaac Zachariah comme ministre et Shohet.

Beaucoup d’entre eux le connaissaient dans la communauté minière victorienne de Ballarat où il s’était marié et installé après avoir servi la famille Sassoon comme Shohet privé à Bombay. C’est probablement son ami, Newman Freidel Spielvogel, une figure emblématique de Ballarat, qui l’a incité à quitter l’Inde pour l’Australie.

La perspective d’une vie plus facile dans un canton d’or nouvellement gagné l’a poussé à quitter l’Australie pour la Nouvelle-Zélande. Son bonheur ne devait pas connaître de limites lorsqu’il inaugura la synagogue le 23 septembre 1867, assisté par le lecteur laïc Alexander Singer.

La tâche de Zachariah l’entraînait dans des difficultés. Sa congrégation était originaire d’Angleterre ou de la région germano-polonaise d’Europe. Il avait l’air étranger, même parmi les étrangers. Il était originaire de Bagdad et avait vécu de nombreuses années à Jérusalem. Néanmoins, il gagna en popularité, car c’était un personnage aimable. Il a lentement appris la langue et l’idiome anglais, mais ne l’a jamais maîtrisé à fond, si bien que ses erreurs innocentes l’ont fait aimer de tous.


Afin de satisfaire l’élément anglais, il s’efforça de leur prêcher en anglais, mais ne sachant pas comment écrire la langue, il l’écrivit phonétiquement en caractères hébreux. Sa connaissance des langues orientales s’est avérée utile pour lui-même et pour les tribunaux, où il a souvent servi d’interprète.

Zachariah s’occupait du bien-être spirituel d’un troupeau bien conduit. Bien que Hokitika ressemble à une ville minière occidentale et que sa principale artère, Revell Street, ressemble à une route typique, étroite, bordée d’ateliers en bois, délabrée, boueuse et sinueuse, les habitants ne se comportent pas à la manière des mineurs de la côte ouest sauvage de l’Amérique.

Ils étaient migrateurs, mais ordonnés et organisés. Parmi eux, les Juifs sont un élément qui donne à réfléchir. Nourris dans une tradition de sobriété, mettant l’accent sur les vertus d’un foyer paisible et d’une vie communautaire, ils ont contribué à l’influence grandissante des foules qui affluaient sur la côte ouest. Ils ont contribué à élever les normes de citoyenneté à un niveau égal à celui des villes établies le long du littoral oriental de la Nouvelle-Zélande.

Le représentant des villes de Goldfields à la Chambre des représentants était un Juif, Julius (plus tard Sir Julius) Vogel. A. Behrend et P. Susman occupent les postes de trésorier et de secrétaire de la Société allemande. Un personnage populaire très apprécié dans le township, John Lazar, exerce une heureuse influence dans la région. Il alliait les rares qualités de dignité immaculée et de jovialité spirituelle. En tant que greffier de la ville de Hokitika, il était l’homme qui, dans les coulisses, était responsable du bien-être et du progrès de l’arrondissement.

En 1873, il est promu trésorier du comté, puis un an plus tard, trésorier provincial, mais lorsque ce dernier poste devient une fonction élective au sein du conseil provincial, il prend sa retraite. Sur la côte ouest, il continue à s’intéresser activement à la franc-maçonnerie. Il a occupé le poste d’ancien Grand Maître de la Grande Loge Provinciale de Westland, et était à l’époque considéré comme le plus ancien franc-maçon de Nouvelle-Zélande. La Loge Lazar, Kumara, a été nommée en son honneur. Il a installé plus de maîtres dans leurs chaires que tout autre franc-maçon du pays.

Une autre figure marquante de Hokitika, Charles Louisson, a contribué à la formation des Volunteers, des First Westland Rifles et du Westland Light Horse dans lesquels il a servi. Bien qu’il ait travaillé comme chef de gare et mineur à Ballarat, il a fait du commerce à Hokitika en tant que marchand. Parfois, il a fallu faire appel à la milice, comme lors de l’incendie désastreux de juillet 1869, qui s’est déclaré au Levy’s Prince Alfred Oyster Saloon.


Ils surveillaient les marchandises retirées des magasins construits en bois. Un certain nombre de Juifs ont subi de lourdes pertes dans l’incendie. Les pompiers volontaires de Hokitika ont travaillé dur pour l’éteindre et aucun n’a fait plus d’efforts que J. Levy, le contremaître de la Hose Company. Suite à l’incendie, le conseil municipal a publié une proclamation signée par John Lazar selon laquelle chaque habitation et chaque bâtiment devaient disposer à tout moment d’un réservoir rempli de cinquante gallons d’eau afin de lutter contre les incendies.

Une autre occasion où les Volontaires ont été appelés à intervenir s’est produite au moment où Henry James O’Farrell a tiré une balle à Sydney sur le Duc d’Edimbourg. Les Fenians de Hokitika ont transformé l’événement en une émeute. Des citoyens responsables, menés par le charpentier juif David Benjamin, formèrent un groupe loyaliste et marchèrent avec des pioches et des pelles contre les Irlandais en colère, sympathisants du Home Rule irlandais. Benjamin a probablement reçu le soutien de son coreligionnaire, le populaire et bienveillant Barney Ballin, un énorme et lourd combattant sur les champs d’or, qui a tiré sa renommée du fait qu’il était prêt à accepter n’importe quel combat à tout moment et pour n’importe quel montant.

Toute l’agitation autour de Hokitika n’a pas duré plus de cinq ans.

En 1870, les mineurs et les commerçants se sont mis à défiler en masse. À son apogée, la population comptait environ 50 000 âmes. Au cours des années soixante-dix, ce nombre a diminué pour se situer entre 10 000 et 12 000, et à la fin du siècle, moins de 2 000 personnes habitaient dans la ville.

Après quatre ans de service, la congrégation hébraïque n’avait plus les moyens de payer son ministre, Zacharie, qui est parti pour Christchurch avec un souvenir heureux de la côte ouest et de ses Juifs. Il n’a pas entièrement rompu ses liens avec eux. Pour toute circoncision ou toute autre cérémonie religieuse spéciale à laquelle ses services étaient nécessaires, il était appelé à se rendre à nouveau à Hokitika, et à son arrivée, tous les habitants de la ville savaient que quelque chose se passait dans la communauté juive.


Après le départ de Zachariah, Alexander Singer a dirigé les services, et les fidèles venaient de loin pour entendre ses douces interprétations de la liturgie. Il était souvent assisté par John Lazar, qui non seulement pouvait chanter un beau chant lors d’un concert, mais pouvait aussi chanter la liturgie hébraïque aussi bien que n’importe quel chantre. Il pouvait également prêcher un sermon complet.

À la synagogue, il exigeait un décorum strict, et il était très apprécié des fidèles qui prenaient sur eux de chuchoter avec leur voisin. Le seul cours d’hébreu que recevaient les enfants de Hokitika était celui donné par John Solomon après le culte à la synagogue le samedi matin.

Le 9 juin 1879, John Lazar est décédé à l’âge de soixante-seize ans, au grand chagrin de tous les Hokitika. Le plus grand nombre de personnes jamais vues dans un cortège funèbre à Hokitika a suivi son cercueil jusqu’au cimetière juif, avec à sa tête la fanfare de la ville, les membres du conseil du comté et les représentants du gouvernement. En signe d’estime, les francs-maçons ont érigé sur sa tombe un grand mémorial qui domine les autres pierres tombales de la partie juive du cimetière.

L’inspiration de Lazar et les familles qui avaient quitté la ville ayant disparu, les membres qui assistaient à la synagogue pouvaient compter sur les mains d’une seule personne. L’époque où la petite synagogue débordait de fidèles était révolue. Néanmoins, Alexander Singer, qui était devenu un colporteur, continua courageusement et ouvrit la synagogue les matins de fête, chantant le service avec ses douces mélodies polonaises aux quelques personnes présentes.

À la fin du siècle, seules cinq ou six familles juives vivaient à Hokitika, dont celles nommées Singer, Pollock, Solomon et Benjamin.

La synagogue tombait littéralement en morceaux. La pourriture sèche et les fourmis blanches mangeaient les boiseries, et rien ne pouvait y remédier. Les rideaux et les couvertures se transformaient en moisissure et en lambeaux. L’Arche et le Sifre Torah étaient mieux préservés, et un voyageur de passage, Isaac Van Staveren, le fils aîné du ministre juif de Wellington, chaque fois qu’il venait dans le township, ne perdait pas l’occasion de diffuser les rouleaux de la Loi que lui, le seul adorateur de la synagogue, lisait sur la Bimah. La maison de culte de Hokitika était devenue presque un bâtiment fantôme. Le soleil, la pourriture et les fourmis avaient complètement changé de couleur et étaient devenus blancs.


Vers le chapitre 16 : Zèle aux antipodes

Dossier : HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude.

Votre aide est importante pour continuer...


Terre Promise © Elishean/2009-2020


Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here