Les histoires de dragons nous mènent généralement à des grottes sombres en Europe, mais un conte de dragon classique peut avoir ses racines anciennes ici, en Terre d’Israël.

Saviez-vous qu’au moins un dragon peut être lié à l’ancienne Terre d’Israël?


Habituellement, la mention de dragons évoque des scènes de chevaliers en armure et de châteaux imposants ; en bref : des contes européens se déroulant dans des paysages européens. Les contes mettent généralement en scène une jeune fille en détresse, un dragon menaçant les habitants et un brave chevalier qui vient à la rescousse, tue le dragon et sauve la jeune fille ainsi que la ville et ses habitants reconnaissants.

De temps en temps, le chevalier est également récompensé par un grand trésor en cours de route. Bien qu’il existe de nombreuses histoires de ce type dans le folklore mondial, l’une des plus célèbres de la mythologie chrétienne et de la culture occidentale est associée à la Terre d’Israël. Ou plus précisément, avec la ville de Lod (Lydda).

Il existe de nombreuses versions de l’histoire de Saint Georges et du Dragon, un conte de dragon classique, certaines se contredisant même. Cela commence avec un homme nommé Geórgios (George), né dans une famille chrétienne d’origine grecque. Son père était originaire de la région de la Cappadoce dans l’actuelle Turquie et sa mère est née à Lod en Terre d’Israël, alors connue sous le nom de province romaine de Syrie Palaestine. Le père de George est décédé alors que son fils était encore adolescent. Le jeune et sa mère sont donc retournés à Lod, où il a grandi, jusqu’à ce qu’il rejoigne l’armée romaine. Saint Georges a connu sa fin, comme de nombreux saints chrétiens, lorsqu’il a été décapité par les Romains, qui l’ont persécuté pour sa foi chrétienne.


Saint George terrassant le dragon , Raphael, ch. 1506

La légende de Saint Georges et du Dragon est apparue bien plus tard, au XIe siècle. Différentes versions de l’histoire situent la bataille avec le dragon en Libye ou en Turquie. Mais cela ne nous dérange pas de croire cette version qui place les événements à Lod, qui est traditionnellement le dernier lieu de repos de Saint George. Selon le conte, un redoutable dragon terrorisant la région a demandé des cadeaux et des offrandes aux habitants en guise d’apaisement. Selon certains récits, le dragon vivait dans un lac ou un marécage et avait le pouvoir d’empoisonner les sources d’eau. Sa faim était insatiable, et chaque jour les villageois lui fournissaient deux moutons. Quand ils eurent épuisé le stock d’animaux de ferme, ils se tournèrent vers les offrandes humaines. Cela a continué jusqu’au jour où la princesse locale bien-aimée a été choisie comme prochaine victime du dragon.

C’est ici que notre héros George entre dans l’histoire, passant par hasard sur son cheval blanc et armé de sa fidèle lance qu’il baptisa « Ascalon », d’après la ville connue sous le nom d’Ashkelon dans l’Israël d’aujourd’hui. La princesse condamnée a essayé de le persuader de fuir, mais George a juré de rester à ses côtés. Lorsque le dragon est apparu, il l’a poignardé avec la lance, blessant mortellement la grande bête. George a demandé à la princesse sa ceinture, qu’il a ensuite utilisée pour boucler autour du cou du dragon. Le dragon était apprivoisé dès que l’écharpe touchait ses écailles. La princesse et le galant chevalier se mirent alors à le faire défiler dans les rues de la ville.


Un dragon se mordant la queue, de Musaeum hermeticum reformatum et amplificatum , 1749, la Collection Edelstein, la Bibliothèque nationale d’Israël
Dragon cracheur de feu d’ Elementa Chemiae , par Johannis Conradi Barchusen, la Collection Edelstein, la Bibliothèque nationale d’Israël

À ce stade de l’histoire, les différentes versions jettent le personnage de George sous un éclairage légèrement différent. Selon une version, il a accepté de tuer le dragon à condition que les habitants de la ville se convertissent au christianisme, ce qu’ils ont fait. Un autre raconte qu’il a tué le dragon, puis a distribué l’argent qu’il a reçu du roi aux pauvres. Les paysans stupéfaits se sont convertis au christianisme. En tout cas, l’histoire miraculeuse, parallèlement à la carrière militaire de George, a fait de lui une figure très populaire dans la chrétienté ainsi qu’un saint patron des soldats, des archers et de la cavalerie, et un exemple idéal du mythe du chevalier chrétien.


Il est également le saint patron de l’Angleterre (dont le drapeau porte « La Croix de Saint Georges »), de la Géorgie, de l’Éthiopie, de la Lituanie, de la Grèce, de l’Autorité palestinienne, des provinces de Catalogne et d’Aragon en Espagne, des villes de Moscou et d’Istanbul et de nombreux d’autres lieux. La ville de Lod a également commémoré son nom, naturellement. Selon la tradition, la tête décapitée de George a été apportée à la ville, où elle est enterrée dans l’église de Saint-Georges le Dragon Slayer. Chaque année, le 16 novembre (selon le calendrier grégorien), une fête est organisée dans la ville de Lod pour commémorer le transfert et l’enterrement de sa tête là-bas.

Détail d’une carte du monde ronde, 1543. Des dragons parcourent la côte libyenne. La Libye était l’un des lieux possibles de l’histoire de Saint Georges et du Dragon. Extrait de La mer des hystoires , Collection cartographique d’Eran Laor, Bibliothèque nationale d’Israël]
Un dragon de mer nage au large des côtes de la Terre d’Israël. Carte datée de 1536 , la collection cartographique d’Eran Laor, la Bibliothèque nationale d’Israël

Et si, lors de votre prochaine visite à Lod, vous ne trouvez aucun dragon, ne désespérez pas ! Vous pouvez en trouver ici à la Bibliothèque nationale d’Israël à Jérusalem. Nous avons inclus quelques spécimens différents des collections de la Bibliothèque tout au long de cet article : des dragons qui apparaissent sur des cartes anciennes, des dragons dans d’anciens textes scientifiques, dans des manuscrits illustrés et même un dragon à trois têtes d’un livre de secrets alchimiques. Et ce n’est qu’un petit échantillon des nombreux dragons qui se cachent ici parmi les piles et les étagères. Parcourez le catalogue de la Bibliothèque nationale  pour en savoir plus !

llustration de « Les trois têtes du dragon », symbolisant trois métaux qui, une fois fusionnés, selon une théorie alchimique, créent la pierre philosophale. De « Le Couronnement de la nature », un 17 e siècle manuscrit anglais par Johann Conrad Barchusen, la collection Edelstein à la Bibliothèque nationale d’Israël

Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...




Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Article précedentL’étrange histoire vraie du premier gouvernement d’Israël
Article suivantNvidia va financer les procédures de maternité de substitution et d’adoption en Israël

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here