Les débuts de l’État d’Israël, lorsqu’une politique d’austérité a été mise en place.

Le mot «austérité» est devenu assez courant au cours de la dernière décennie, en particulier dans la presse financière. Elle a fait sa grande résurgence lors de la crise économique mondiale de 2008 ainsi que de la crise de la dette européenne qui a suivi.

Le mot hébreu pour austérité – tzena – a des connotations quelque peu différentes pour de nombreux Israéliens. Certains de nos lecteurs ont peut-être entendu parler de «l’ ère Tzena » pendant les premières années de l’État d’Israël, mais à part quelques références étranges dans les films cultes locaux, que savons-nous vraiment de cette période? Nous avons fouillé dans les archives de la Bibliothèque nationale pour vous apporter quelques-uns des sites – et des saveurs – d’Israël à l’époque de l’austérité.

Au cours de la première décennie complète de l’existence de l’État, le gouvernement israélien a mis en place une politique économique d’austérité – tzena.

Cependant, lorsqu’il est utilisé aujourd’hui, le terme ne fait généralement référence qu’aux premières années pendant lesquelles la politique a été mise en œuvre, lorsque son influence était extrêmement perceptible. Bien que la politique comprenne des mesures économiques dans de nombreux domaines différents, l’aspect le plus mémorable aujourd’hui est le rationnement de la nourriture. Les prix des produits alimentaires étaient réglementés et surveillés, et les citoyens n’étaient autorisés à acheter que des quantités limitées de nourriture, qu’ils recevaient en échange de bons.


«Ne payez pas plus que le prix indiqué» – Un exemple du menu alimentaire mensuel (décembre) que les citoyens israéliens avaient le droit d’acheter – « Sucre blanc, huile, margarine, œufs de ferme…» – La collection d’affiches historiques du National Bibliothèque d’Israël

En fait, le rationnement s’est étendu à des produits autres que la nourriture, tels que les meubles et les vêtements. Des entreprises israéliennes, telles que «Lodjia» et «Ata», fabriquaient des vêtements qui étaient distribués en échange de bons de rationnement, et donnaient le ton aux tendances de la mode du petit pays dans les années 1950.

Essayer des vêtements pendant la période tzena , photo: Beno Rothenberg, Meitar Collection

Et maintenant, un paragraphe sur les circonstances atténuantes: à l’époque, le gouvernement israélien n’était pas le seul gouvernement au monde à avoir décidé d’un régime d’austérité ou de rationnement, pour lequel il y avait plusieurs justifications. Premièrement, Israël se remettait encore de l’épuisante guerre d’indépendance de 1948 (au cours de laquelle les produits alimentaires étaient également distribués et soumis à des restrictions). Deuxièmement, et c’était peut-être la question la plus importante, le gouvernement était extrêmement préoccupé par le fait que sans rationnement, l’État ne serait pas en mesure de fournir de la nourriture et des vêtements à tous les nouveaux immigrants, qui arrivaient par vagues à l’époque – la plupart des sans aucune propriété. De plus, le gouvernement souhaitait réduire le coût de la vie par le rationnement, afin d’éviter de grands écarts économiques dans la société.

Une exposition de produits auxquels tous les citoyens avaient droit, photo: Beno Rothenberg, la collection Meitar
«Le rationnement garantit la nourriture pour tous» – une affiche de propagande gouvernementale promouvant l’austérité , la collection d’affiches historiques de la Bibliothèque nationale d’Israël

Et donc, les citoyens israéliens étaient tenus de prendre leurs bons de nourriture, de calculer les points et de se présenter à l’épicerie où ils étaient enregistrés. Ils recevaient de l’huile, du sucre, de la margarine et du riz, et se livraient à la viande peut-être une fois par semaine et au poisson peut-être deux fois par mois. Parfois, ils recevaient des œufs, du chocolat, 100 grammes de fromage ou des fruits secs. En raison de la situation, il y avait souvent des pénuries et les clients n’étaient pas toujours en mesure de recevoir les produits alimentaires qu’ils désiraient. La sélection frugale a obligé les citoyens à faire preuve de créativité lors de la préparation de leurs repas, et il y avait ceux qui sont venus à leur aide: le gourou de la cuisine de l’époque, Lillian Kornfeld, a produit un livre de cuisine . L’organisation WIZO a organisé une expositiondans lequel des «plats d’austérité» étaient exposés. Le gouvernement, pour sa part, a tenté de convaincre les gens des merveilles de la poudre d’œuf.

«Bénis ma crête! Il n’y a vraiment aucune différence entre un œuf frais et un œuf en poudre – à part le prix * et la coquille! * Les œufs en poudre sont moins chers. 2 cuillères à soupe d’œufs en poudre + 2 cuillères à soupe d’eau = 1 œuf », la collection d’affiches historiques de la Bibliothèque nationale d’Israël
«Plus de café!» – Une enseigne sur la porte d’un café en 1949, photo: Beno Rothenberg, la collection Meitar

En raison de la pénurie d’aliments de base, un marché gris et un marché noir ont rapidement émergé, parallèlement au système de prix réglementés. Les immigrants qui recevaient des coupons alimentaires les vendaient contre de l’argent sur le marché gris. Les produits de qualité sont progressivement tombés entre les mains de marchands avertis, qui ont créé le marché noir, où les citoyens pouvaient soudainement se procurer des œufs et de la viande, du beurre et du chocolat. Le gouvernement a tenté de lutter contre le marché parallèle qui surgissait sous son nez et a mené des campagnes publicitaires agressives pour l’attaquer. Les autorités ont également mis en place un mécanisme d’application, qui comprenait des fouilles d’appartements et d’effets personnels, dans le but d’éliminer le marché noir.


«Le scalpeur est votre ennemi! Le marché noir est votre catastrophe! ”- Une affiche de propagande gouvernementale ciblant le marché noir, la collection d’affiches historiques de la Bibliothèque nationale d’Israël
Un enfant vêtu d’un costume de «marché noir», lors d’un concours de costumes à Tel Aviv, 1951; photo: Beno Rothenberg, la collection Meitar

Peu à peu, la politique de rationnement restrictive a suscité un ressentiment croissant parmi les citoyens israéliens. Le public a lentement accumulé plus d’argent qu’il ne pouvait en dépenser. Les citoyens ne pouvaient pas utiliser leur argent comme ils le souhaitaient à cause du régime d’austérité. À l’été 1950, une grève générale éclate chez les commerçants, qui réclament un changement de politique gouvernementale. Les magasins de vêtements et de chaussures, les cafés et les restaurants ont tous fermé leurs portes.

Un homme lisant une pancarte annonçant une grève des entreprises, photo: Beno Rothenberg, la collection Meitar

Le ressentiment civil s’est rapidement propagé à l’arène politique. Le parti au pouvoir «Mapai» a en effet soutenu la politique, arguant qu’il s’agissait d’un mal nécessaire pour absorber l’immigration de masse, mais ses rivaux politiques n’ont pas hésité à attaquer le régime d’austérité. Le parti le plus important dans la lutte contre les rations était le parti sioniste général. Lors des élections à la Knesset de 1951, ils ont fait campagne sous le slogan «Vivons dans ce pays». La campagne réussie a positionné le parti comme le principal concurrent de Mapai et a remporté le parti 20 sièges – c’est la plus grande réussite de l’histoire de l’État.


Signes pro-austérité lors du défilé du 1er mai 1949; photo: Beno Rothenberg, la collection Meitar
«Pas de retour aux rations! Plus de lignes! » – Une affiche électorale pour le parti Sioniste général, la collection d’affiches historiques de la Bibliothèque nationale d’Israël

La politique de rationnement a été officiellement abolie en 1959, mais même avant cela, des modifications ont été apportées aux restrictions. L’amélioration de la situation économique d’Israël, la résistance civile, la bureaucratie insupportable et le marché noir qui ont rendu l’austérité inutile, ont tous conduit à des changements dans la politique. En 1952, le ministre des Finances Eliezer Kaplan et son remplaçant, Levi Eshkol, ont introduit un programme appelé «La nouvelle politique économique» et ont fait le premier pas dans l’amélioration de la situation économique des citoyens israéliens. Néanmoins, rétrospectivement, certains disent que l’austérité a été une grande réussite: grâce aux mesures impopulaires, Israël, un jeune État d’après-guerre, a réussi à développer son économie et à absorber des millions d’immigrants – sans mourir de faim.

Photo de présentation : Pendant l’ère de l’austérité israélienne – «tzena» – personne ne considérait la distanciation sociale; Les Israéliens font la queue pour recevoir des rations alimentaires, photo: Hans Pinn, GPO


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here