Pourquoi le rabbin Reines, le fondateur du sionisme religieux, a-t-il soutenu la proposition britannique de l’Ouganda?

Un tollé a envahi la grande salle de la ville suisse de Bâle. Les cris des délégués participant au 6e Congrès sioniste de l’été 1903, accompagnés d’une variété de gesticulations dramatiques, ont été accablants. La conférence est devenue plus tard connue sous le nom de «Congrès de l’Ouganda».

Il est difficile de surestimer le drame qui a eu lieu lors de cet événement historique, au cours duquel une rupture significative est apparue dans le jeune mouvement sioniste. La proposition de Theodor Herzl, de créer un abri (temporaire!) pour les Juifs d’Afrique, a été acceptée. Cependant, à la suite de ce vote, un groupe de délégués sionistes russes a quitté la salle et s’est enfermé dans une autre pièce, où ils ont commencé à pleurer la destruction de Jérusalem. Selon l’une des descriptions, lorsque Herzl a demandé à entrer dans la pièce et à leur parler, ils ont refusé, l’un d’eux l’appelant même un «traître.

Theodor Herzl ouvrant l’un des congrès sionistes, la Collection de portraits d’Abraham Schwadron, la Collection nationale de photographies de la famille Pritzker à la Bibliothèque nationale d’Israël

Il convient de mentionner les événements qui ont conduit à la décision précipitée de Herzl de faire avancer l’idée plutôt étrange de l’installation de Juifs en Afrique du Centre-Est.

À Pâques 1903, des émeutes antisémites ont éclaté dans la ville de Kishinev, qui faisait alors partie de l’Empire russe, avec des foules de résidents locaux descendant sur les maisons et les entreprises juives, sans être gênés par les forces militaires ou de police. Des milliers de magasins ont été pillés ou démolis, des maisons ont été incendiées et il vaut mieux ne pas entrer dans les détails sur les autres événements horribles qui ont eu lieu. Environ 50 Juifs ont été assassinés et environ 600 ont été brutalement blessés.


L’événement a laissé une impression brutale et profonde sur la population juive du monde entier – ainsi que sur Herzl, qui a décidé d’accélérer ses efforts pour obtenir l’approbation d’une grande puissance mondiale qui permettrait aux Juifs de s’installer dans un endroit désigné quelque part dans le monde. En ce qui le concernait, il s’agissait d’une étape de transition au cours de laquelle plusieurs colonies juives seraient établies à différents endroits, où les Juifs suivraient ensuite une formation afin d’établir plus tard un État en Terre d’Israël.

« Mass Killing in Kishinev » – Un rapport dans le journal hébreu « Havazelet , » 8 mai e 1903

La proposition de l’Ouganda a reçu de nombreux votes au Congrès sioniste grâce au soutien de l’une de ses principales factions: le mouvement «Mizrachi» – les sionistes religieux.


Le rabbin Yitzchak Yaacov Reines, le chef du mouvement et l’un des fondateurs du courant du sionisme religieux, était un associé d’Herzl et soutenait fermement son plan. De nombreux historiens se sont interrogés sur son soutien qui, à première vue, semble hors du commun dans le contexte du sionisme religieux. Cependant, l’historien Dr. Moshe Berent soutient que la position de Reines adhère aux principes du sionisme religieux primitif.

Ces membres de Mizrachi ont résolu la prétendue contradiction concernant les objectifs du sionisme avec l’interdiction religieuse de «hâter la rédemption», arguant que le but du sionisme était de mener une action immédiate, matérielle et politique.rachat. Selon les membres de Mizrachi, il n’y avait aucun lien entre le sionisme et la rédemption spirituelle du peuple juif. La rédemption spirituelle qui finirait par arriver en Terre d’Israël ne se produirait que par la volonté de Dieu et non par des actions humaines.

Rabbi Reines, de la collection de portraits d’Abraham Schwadron, la collection nationale de photographies de la famille Pritzker à la Bibliothèque nationale d’Israël

Reines croyait que l’existence de l’autonomie juive renforcerait le sentiment religieux parmi le peuple juif.

Là où cette autonomie existerait, c’était une autre question. Contrairement à l’argument concurrent selon lequel le judaïsme ne serait sauvé que si le foyer national juif devait être établi en Terre d’Israël, Reines a fait valoir que pour qu’il y ait judaïsme, il doit y avoir aussi des juifs – et par conséquent, le salut. de la population elle-même était de la plus haute priorité.


Reines considérait la question des Juifs d’Europe comme la question la plus urgente à l’ordre du jour, arguant que le danger physique très réel prévalait sur tout intérêt «spirituel».



De plus, si le danger survient à cause de la judéité d’une personne, il ou elle pourrait facilement être tenté de le jeter. Ainsi, la position de Reines était justifiée en tant que mesure contre l’assimilation.

Cela n’implique pas que Reines ne croyait pas, en tant qu’idéal, à un renouveau juif en Terre d’Israël. Cependant, il a mis l’accent sur ses motivations pratiques, en disant: «Nous avons accepté la proposition africaine parce que nous avons tenu compte des besoins de notre peuple, que nous aimons plus que la terre.»

Rabbi Reines, de la collection de portraits d’Abraham Schwadron, la collection nationale de photographies de la famille Pritzker à la Bibliothèque nationale d’Israël

Comme mentionné ci-dessus, la proposition britannique d’autonomie juive en Afrique de l’Est a été acceptée au «Congrès de l’Ouganda». Cependant, comme vous le savez peut-être, cela n’a pas été fait. Le drame politique qui a eu lieu à Bâle n’était que le début de longs mois de débats mouvementés au sein du mouvement sioniste. Après qu’un compromis a été trouvé, une délégation a été envoyée en Afrique de l’Est pour examiner la région et sa pertinence pour l’établissement d’une colonie juive. Le rapport présenté au 7e Congrès sioniste était défavorable et, par conséquent, la proposition a été rejetée. L’enthousiasme britannique pour cette idée a également diminué après le remplacement du ministre des Colonies.

Moins d’un an après la crise du «Congrès de l’Ouganda», Herzl est décédé prématurément. Le rabbin Reines a continué à diriger le mouvement Mizrachi jusqu’à sa mort en 1915.

Un dernier bonus:

Les opposants les plus connus à la proposition de l’Ouganda étaient les membres de la faction «Sionistes de Sion». La plupart étaient des Juifs russes, dirigés par Menachem Ussishkin et Chaim Weizmann. Herzl était soutenu par son ami Max Nordau, l’activiste sioniste britannique Israel Zangwill et, comme mentionné ci-dessus, les dirigeants du mouvement «Mizrachi».


Cependant, la «proposition africaine», comme on l’appelait, avait quelques partisans plus surprenants. L’un des plus bruyants était un éminent activiste sioniste, qui s’était déjà installé à Jérusalem des décennies plus tôt, nommé Eliezer Ben-Yehuda, le «raviveur de la langue hébraïque». En plus des articles enthousiastes approuvant la proposition, qu’il a publiés dans sa revue «HaZvi», Ben Yehuda a écrit et publié une brochure intitulée «L’État juif», détaillant les raisons qui l’ont amené à soutenir l’idée. C’est ce qu’il a écrit dans le premier chapitre: «N’a-t-on rien appris des Chroniques? Allons-nous aussi pécher comme nos ancêtres ont péché pendant mille huit cents ans, en fermant les yeux sur la réalité et en ne se satisfaisant que d’espoir? »

Photo de présentation : Le rabbin Yitzchak Yaacov Reines, la collection de portraits d’Abraham Schwadron, la collection nationale de photographies de la famille Pritzker à la Bibliothèque nationale d’Israël


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here