Jusqu’en 1930 environ, la Nouvelle-Zélande n’a pratiquement pas connu d’antisémitisme. Une relation heureuse existait entre Juifs et Gentils.

Dans un cas où un jeune marin juif américain a été amené enchaîné à Auckland pour insubordination, les autorités ont aidé à obtenir sa libération lorsqu’il a accusé le capitaine et l’équipage d’antisémitisme. Le magistrat l’a libéré sans aucune tache sur son caractère après que des représentations aient été faites au Parlement.

Si l’antisémitisme existait, il était largement compensé par les nombreux actes de bonté des chrétiens envers les juifs et par l’esprit de coopération dans lequel chacun traitait avec l’autre.

À la mort du roi Édouard VII, un service religieux commun à toutes les confessions est organisé dans les jardins du Parlement à Wellington, auquel le rabbin H. Van Staveren participe. Van Staveren a participé et Barry Keesing a dirigé la chorale. Il n’est pas rare que des Gentils fassent, de temps en temps, des offrandes pour des causes juives. W. Allinson a donné l’ordre à une société de commissaires-priseurs de Whan-garei de vendre une génisse pour le Fonds de secours juif.

Les Christadelphiens donnèrent de grosses sommes pour les causes sionistes et les Juifs donnèrent fréquemment aux institutions chrétiennes. Les congrégations de Canterbury et d’Auckland ont chacune offert 100 £ au fonds des cloches du chanoine Chandler. Pendant des années après la fin de la Première Guerre mondiale, les New Zealand Mounted Rifles ont reçu des messages de Noël du canton de Rishon-le-Zion en Israël, où le régiment avait été stationné pendant les hostilités.


À partir de 1930 environ, sous l’influence de la propagande allemande et des sympathisants néo-zélandais du nazisme, des publications et des déclarations antisémites ont commencé à être vues et entendues.

Une entreprise très connue de vente au détail de petits articles, avec des succursales dans de nombreuses villes, a annoncé dans le Financial Times de Nouvelle-Zélande « qu’il n’y a pas de Juifs parmi les fonctionnaires de l’entreprise ».

De la littérature antisémite, manifestement subventionnée, est apparue dans les librairies de Nouvelle-Zélande. Des copies des faux Protocoles des Sages de Sion se retrouvent dans de nombreux foyers.

Cependant, le début de la cruauté nazie, lorsque Hitler arrive au pouvoir en 1933, choque de nombreux Néo-Zélandais qui dénoncent les persécutions prussiennes.

Un corps de ministres chrétiens de Wellington adopta une résolution forte assurant les citoyens juifs de Wellington de leur sympathie et de leurs prières. Une entreprise non juive retire le signe de la croix gammée de sa papeterie. Un Allemand de Dunedin suggère que les nouvelles publiées en Nouvelle-Zélande ont leur origine dans la juiverie britannique. Le consul allemand a déclaré que « le capitaine Goering a assuré aux représentants de la presse à Berlin que les Juifs ne faisaient l’objet d’aucune discrimination et que leur liberté n’était pas entravée en Allemagne ».

La presse néo-zélandaise a balayé ces excuses. Un journal, dans un article de tête intitulé « Juifs mais patriotes britanniques », déplore le fait douloureux que le langage de certaines personnes dans le pays soit presque aussi violent contre les Juifs, et tout à fait aussi infondé, que le pire utilisé par les nazis.


Il évoque la position des Juifs dans l’Empire britannique, citant en exemple les Juifs de Nouvelle-Zélande. Il rappelait aux lecteurs les personnes de tous horizons qui pleuraient sur la tombe du rabbin Herman Van Staveren, le soutien des Juifs à des institutions non juives, le Myers Park et la galerie d’art d’Auckland, la Plunket Society « née à Dunedin et qui devait une grande partie de son élan initial à l’aide financière d’un groupe de Juifs que même les généreux Écossais de cette ville ne pouvaient surpasser en matière de civisme ».

Parler des Juifs comme d’exploiteurs, d’usuriers et d’écraseurs de main-d’œuvre, c’est utiliser des mots totalement dénués de sens. L’usure est contraire à la foi juive. La plupart des Juifs de Nouvelle-Zélande qui ont réussi l’ont fait grâce à un travail acharné et à l’attention portée aux affaires.

L’opinion des syndicats est que les employeurs juifs sont généralement de bons employeurs. Ils ont ouvert la voie à la semaine de cinq jours, tout en payant des salaires supérieurs aux prix. Les descendants des pionniers juifs », poursuit le rapport, « ne sont pas différents des autres Néo-Zélandais, sauf qu’une plus grande proportion d’entre eux a atteint une certaine éminence parmi les citoyens. L’un d’entre eux a occupé le deuxième rang après le gouverneur général ».

Le journal suggère la création d’un fonds pour venir en aide aux réfugiés juifs d’Allemagne. Il concluait par la réticence à croire que toute suggestion d’antisémitisme existait en Nouvelle-Zélande. Malheureusement, il en avait lui-même cité de vilains exemples dans les premières phrases de son article.

La proposition d’établir un fonds pour les réfugiés a reçu un soutien supplémentaire par la suggestion qu’une fédération d’églises de ministres approche les maires des villes de Nouvelle-Zélande pour ouvrir des listes pour les réfugiés juifs allemands.

L’auteur de la proposition souligne que deux Juifs ont mis la Nouvelle-Zélande sur la voie de la prospérité, Julius Vogel et Coleman Phillips, propriétaire de Dry River Run, Wairarapa, qui a introduit un système de coopératives agricoles de fabrication de beurre et de fromage. Cette proposition n’a pas abouti.

Le poison nazi s’était déjà enfoncé profondément dans de nombreux cœurs.

Une réponse à la proposition reflétait les pensées non exprimées d’une proportion mal informée et peu aimable. Elle déclarait : « La charité devrait commencer à la maison. Si les Juifs sont aussi bons que le suggère le Néo-Zélandais, le peuple allemand ne se serait pas débarrassé d’eux. Le Juif exploite tous les pays qui lui donnent la liberté. Ce sont des usuriers de la pire espèce. L’usure est l’une de leurs bontés particulières envers la race humaine. Il serait dommage d’ajouter une autre collection aux manières de mendier de cette génération, surtout pour un tel peuple. » Un certain nombre de chrétiens immunisés contre les injections de calomnies amères de se sont volontairement manifestés et ont fait des dons pour venir en aide aux Juifs allemands.

A mesure que les nazis gagnaient en puissance et en confiance et multipliaient leurs cruautés, leur propagande antisémite et insidieuse se développait dans d’autres pays, dont la Nouvelle-Zélande.

Malheureusement, son venin empoisonné pénètre dans les instances officielles. Avant qu’un seul réfugié ne soit entré dans le pays, le président de la division Auckland de la British Medical Association annonça que des mesures de protection devraient être prises pour se prémunir contre un afflux de médecins juifs en Nouvelle-Zélande. L’Association dentaire de Nouvelle-Zélande ne se contenta pas de demander au gouvernement d’empêcher les dentistes réfugiés d’entrer en Nouvelle-Zélande, mais demanda d’empêcher « l’entrée de non-Aryens en provenance d’Allemagne ».

Les premiers réfugiés allemands commencèrent à arriver en 1936 et, alors que la situation européenne s’aggravait, les communautés juives demandèrent des permis d’entrée pour le nombre toujours croissant de demandeurs.

Luis Marks d’Auckland travaille assidûment pour leur cause. En juillet 1938, la situation en Allemagne devient très grave et, bien que le gouvernement néo-zélandais exprime une grande sympathie, il indique qu’il est prêt à faire très peu pour aider les réfugiés. Il emploie des phrases banales pour masquer une politique dure. Un représentant officiel a déclaré que, dans les limites des lois sur la migration, la Nouvelle-Zélande avait déjà accueilli un nombre limité de réfugiés et qu’elle était prête à examiner les demandes. Les nombres devront être régis par les conditions économiques. On ne peut pas supposer que les réfugiés ne deviendront pas une charge pour l’Etat et qu’ils seront des citoyens utiles.

Avec l’incursion nazie en Autriche et en Tchécoslovaquie, des appels désespérés en provenance d’Europe affluèrent en flots pathétiques vers presque toutes les organisations officielles juives et non juives.

Des professionnels hautement qualifiés mendiaient des certificats d’immigration, promettant solennellement de faire n’importe quel travail manuel. Après l’assassinat de Von Rath, le volume des appels déchirants ne cesse d’augmenter, certains déclarant que ce sont probablement les dernières lettres qu’ils pourront écrire, et implorant par pitié d’être autorisés à venir en Nouvelle-Zélande.

Des organisations responsables ont exhorté de manière émouvante le gouvernement à adopter une politique plus raisonnable et plus humaine envers les réfugiés.

La douzième conférence annuelle du Conseil national de l’Union de la Société des Nations a adopté la résolution suivante : « Qu’au nom de l’humanité, le gouvernement soit instamment prié de traiter généreusement les demandes d’admission en Nouvelle-Zélande des Juifs et des autres réfugiés européens ; et que les exigences actuelles en matière de garanties financières soient levées en raison de leur inadaptation aux circonstances urgentes actuelles, et que certaines des restrictions relatives aux professions définies soient également supprimées. »

Les délégués ont fait remarquer qu’il était bien connu que les Juifs faisaient d’excellents citoyens, et qu’en raison de l’urgence, la Nouvelle-Zélande réagirait de façon terrible à l’avenir si le pays n’autorisait pas l’entrée des réfugiés.

L’évêque de Wellington a proclamé une journée de prière pour les Juifs allemands et a déclaré que les églises allaient apporter leur aide.

Le synode de Wellington de l’église méthodiste de Nouvelle-Zélande adopte une résolution: « Ce synode exprime la plus profonde sympathie avec le peuple juif dans sa persécution ardente, et demande au gouvernement de donner tout ce qui est possible comme refuge et abri pratique aux réfugiés. »

Depuis l’Angleterre, l’évêque de Chichester, le Dr G. K. Allen-Bell, a appelé la Nouvelle-Zélande à accepter davantage de réfugiés d’Europe. Storm Jameson, romancier renommé, a lancé un appel à l’aide pour les écrivains réfugiés.

Le gouvernement, cependant, durcit son cœur pharaonique. Il s’en tient à sa politique ridicule et dure. Lorsque le haut-commissaire pour la Nouvelle-Zélande à Londres se laissa aller à ses sentiments personnels en déclarant : « La Nouvelle-Zélande est prête à admettre autant de réfugiés tchèques que possible, dans la limite de nos besoins », il dut se rétracter et dire que seuls des cas individuels pouvaient venir.

Même lorsqu’il a parlé d’une immigration sans restriction, il a parlé en termes de centaines alors qu’il aurait dû parler en termes de milliers. La Maison de la Nouvelle-Zélande a refusé de divulguer des informations concernant le nombre de réfugiés qui sont entrés dans le pays. Ce n’était pas surprenant. Le nombre était si misérablement faible.


Le Premier ministre, en réponse à une députation de la branche de la Société des Nations, confirma la politique à courte vue et inflexible du gouvernement en disant : « Notre premier devoir est envers le peuple britannique. » Il a déclaré que le gouvernement était opposé à la migration de masse et qu’il ne s’occuperait que des cas individuels par l’intermédiaire du ministre des douanes.

Il n’a pas expliqué comment un pays qui pouvait absorber des millions de personnes, qui était sous-peuplé et avait de vastes espaces vides, pouvait affecter le peuple britannique ou la Nouvelle-Zélande par l’absorption de quelques milliers d’hommes et de femmes qui, autrement, auraient dû affronter la mort. Dans sa piètre tentative de protéger le bien-être matériel de la Nouvelle-Zélande, le gouvernement a oublié de protéger ses perspectives religieuses et spirituelles. Il semble incapable de faire face à une situation où les principes démocratiques auraient dû être appliqués. La peur et la propagande fasciste atteignent avec succès leurs objectifs maléfiques.

Le point de vue du gouvernement ne coïncide pas avec l’opinion de P. Holloway, un Néo-Zélandais membre du Comité de coordination pour les réfugiés, qui souligne que la question n’est pas entièrement juive.

Sur le million et demi de réfugiés, seuls 500 000 étaient juifs. L’autre million se répartit presque également entre les chrétiens d’origine juive et ceux qui ne sont pas du tout de sang juif. La Nouvelle-Zélande, a-t-il déclaré, a une responsabilité en tant que membre de l’Empire britannique. Elle est l’un des rares pays aptes à recevoir des réfugiés. Sa population par mille carré de terre cultivable est inférieure à celle de l’Australie. La Nouvelle-Zélande a un devoir sacré envers la civilisation, et elle a l’occasion d’accepter ce devoir. Les réfugiés amélioreraient la position économique du pays, car la Nouvelle-Zélande avait besoin de développer des industries secondaires.

L’excuse donnée pour la non-admission des réfugiés à grande échelle, à savoir qu’elle créerait du chômage, n’a pas reçu le soutien de la Jeune Chambre de Commerce, qui a mis en doute son authenticité. Il en est de même de l’exécutif de la Chambre de commerce de Canterbury. Elle souhaite la création de nouvelles industries. Il prétend que le gouvernement n’a pas de système dans l’admission des immigrants réfugiés, et cite l’exemple de quelques jeunes juifs hongrois qui souhaitent ouvrir une usine pour la fabrication de valves radio, mais ne peuvent le faire à cause de la politique vacillante du gouvernement. Certains, pour lesquels une garantie avait été donnée, ne pouvaient pas entrer dans le pays, tandis que d’autres, qui n’avaient pas de garantie, entraient sans problème.

La pression allemande cruellement croissante sur les Juifs et les rumeurs de guerre imminente ont poussé la Peace Pledge Union à proposer une résolution à Wellington:

« Cette réunion de la branche de Wellington de la Peace Pledge Union demande au gouvernement d’assouplir les restrictions à l’entrée des réfugiés européens dans ce pays. Nous pensons que la situation actuelle de ces personnes dans leur propre pays est telle que tous les gouvernements démocratiques devraient faire tout leur possible pour soulager leur détresse. Nous avons également le sentiment que notre gouvernement ne fait pas tout ce qu’il peut à cet égard. Nous demandons instamment au gouvernement de permettre et d’encourager l’entrée de réfugiés artisans et agriculteurs, etc., jusqu’à les aider à venir en Nouvelle-Zélande. Malheureusement, les personnes qui sont le plus dans le besoin et qui courent le plus grand danger sont, dans bien des cas, celles-là mêmes qui n’ont pas les moyens de venir ici. Nous demandons donc instamment à notre gouvernement de les aider et de prouver ainsi sa sincérité dans ses assurances répétées qu’il souhaite jouer son rôle dans l’instauration de la paix dans le monde. À cet égard, nous sommes nous-mêmes prêts à apporter notre aide de toutes les manières possibles. »

Lors du synode diocésain de l’Église anglicane de Wellington, les orateurs ont vivement plaidé en faveur de l’admission des réfugiés pour des raisons économiques. L’archidiacre Young a préconisé leur entrée immédiate pour des raisons morales. Choqué par la méconnaissance du problème, il ne pouvait imaginer qu’une telle situation existe dans un monde chrétien. La France et la Suisse ont magnifiquement répondu à l’appel, mais qu’a fait la Nouvelle-Zélande ? Le problème est fondamentalement moral, et si les dirigeants de l’Église ne sont pas de cet avis, c’est une mauvaise perspective pour le reste du pays.

Un porte-parole du département des douanes a nié les allégations portées contre lui, et a déclaré qu’il accordait la plus grande considération aux candidats qui, par leur formation, pouvaient aider les industries secondaires. L’Association des fabricants néo-zélandais a présenté son point de vue sur l’admission des ouvriers d’usine qualifiés, mais le porte-parole n’a pas voulu répéter ces points de vue, même s’il a naïvement admis que certains pouvaient être partiaux.

Le porte-parole du gouvernement a également nié l’absence de système, mais il n’a pas voulu s’étendre sur le sujet et s’est éclipsé en déclarant qu’il n’avait pas l’intention d’entrer dans une controverse de presse. Il a également évité d’autres questions sérieuses en prononçant des platitudes insatisfaisantes. Les problèmes concernant les réfugiés, a-t-il affirmé, sont beaucoup plus complexes que ne le réalisent les Néo-Zélandais moyens. L’offre d’un emploi et d’une garantie n’est qu’un aspect, mais ce n’est en aucun cas tout ce qui entre en ligne de compte pour décider de la délivrance d’un permis.

Le public a réclamé avec tant d’insistance l’accélération de l’immigration des réfugiés que la question a été portée devant le Conseil législatif. Mais deux jours seulement avant le déclenchement de la guerre, le gouvernement, inébranlable dans son attitude impitoyable et rocailleuse, adopta un amendement visant à créer un comité chargé d’étudier la situation et de faire un rapport avant toute action.

La détermination farouche du gouvernement à restreindre l’immigration en dépit d’une grande partie de l’opinion publique, devint patente le lendemain dans une réponse du ministre chargé de l’immigration.

Lorsqu’un membre a demandé l’assurance que les réfugiés juifs étaient d’un type approprié, car il avait cru comprendre que des juifs de ghetto venaient en Nouvelle-Zélande, le ministre a répondu qu’il prenait des décisions individuelles dans chaque cas. Le plus grand soin avait été apporté. Avec un triomphe presque cynique, il a ajouté : « Le nombre de personnes admises n’est pas si important qu’il puisse y en avoir beaucoup qui se révèlent insatisfaisantes. Le soin apporté est tel que l’on peut s’attendre à ce qu’il y ait très peu de personnes admises dont on regrette l’admission. »

Le jour suivant, les hostilités avec l’Allemagne ont éclaté. L’immigration allemande et autrichienne cesse complètement. Les victimes du nazisme et de sa propagande sont condamnées.

L’insignifiance de l’effort de la Nouvelle-Zélande dans le sauvetage des victimes de la persécution nazie est apparue lorsque des chiffres ont été publiés plus tard, et peut-être par inadvertance, dans la presse. Avant 1938, seuls trente-sept Allemands et Autrichiens sont entrés dans le pays ; en 1938-9, 251 ont émigré en Nouvelle-Zélande, et l’année suivante, 423. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.


Lorsqu’une poignée de réfugiés est arrivée sur les quais d’Auckland et de Wellington, l’agitation et la clameur de la presse ont dépassé de loin le tapage justifié pour un si petit nombre. Lorsque moins de dix réfugiés débarquaient d’un navire, un grand journal responsable criait en gros titres : « Beaucoup de réfugiés d’Europe ». D’autres fois, lorsqu’un seul réfugié débarquait, il était possible d’imaginer, au vu de l’excitation soulevée par la presse, que toutes les tribus d’Israël avaient débarqué en Nouvelle-Zélande.

Les 711 réfugiés allemands et autrichiens qui arrivèrent en Nouvelle-Zélande au cours des quatre années précédant la guerre n’appartenaient pas tous à la religion juive. Environ la moitié d’entre eux étaient soit des amoureux de la liberté individuelle, soit des personnes d’origine ou d’ascendance juive qui adhéraient à la religion chrétienne. Une bonne partie des réfugiés juifs, en raison de leurs expériences effrayantes et de l’accueil controversé des journaux à leur arrivée, se sont coupés de la communauté juive et sont restés dans leur propre cercle ou se sont mariés avec des membres d’autres religions.

Bien que lorsque la guerre éclata, la Nouvelle-Zélande combattit l’Allemagne et sa philosophie inhumaine, l’antisémitisme et les attitudes étranges persistèrent dans des milieux où on s’y attendait le moins.

Le conseil de l’université d’Otago s’est non seulement prononcé contre l’admission de tout autre médecin réfugié, mais, dans un rapport du doyen de l’école de médecine, il est apparu que le conseil de l’université avait écrit au département des douanes pour lui demander de refuser l’entrée d’étrangers dans le pays au motif qu’ils provoqueraient une surpopulation dans une école surpeuplée. S. N. Ziman, représentant du gouvernement au Sénat de l’Université, a protesté contre le fait qu’une profession humanitaire se donne la peine d’écrire au Département des douanes pour lui demander de ne pas admettre d’étrangers.

F. A. de la Mare, représentant des diplômés, a déclaré que l’action de l’école de médecine lui semblait être l’une des plus grossières manifestations d’inconduite qu’il puisse imaginer. L’inhumanité de l’homme à l’égard de l’homme a atteint un degré unique, car l’effet pratique de l’action est de condamner des êtres humains au meurtre et à la spoliation. Il estime que la politique du gouvernement en matière d’admission des réfugiés est une politique de restriction, affirmant qu’il a fait moins à cet égard que tout autre pays. La Nouvelle-Zélande a été peu généreuse au dernier degré.


Au nom de la bonne réputation de l’université, l’excuse boiteuse selon laquelle le rapport avait été rédigé à la hâte a été acceptée, et il a été renvoyé à la faculté de médecine pour modification et clarification. Néanmoins, l’année suivante, F. A. de la Mare dut à nouveau critiquer sévèrement un membre de la Faculté de Médecine pour avoir essayé d’introduire une interdiction contre les étudiants médecins réfugiés.

Les préjugés antisémites et anti-humains semblaient extraordinaires, déroutants et futiles lorsqu’ils étaient comparés au nombre réel de médecins et d’étudiants réfugiés qui appartenaient à la fois aux religions juive et chrétienne.

Au début de l’année 1942, seuls 15 médecins réfugiés avaient obtenu leur diplôme dans l’ensemble de la Nouvelle-Zélande depuis 1935, et 11 autres l’auraient obtenu avant la fin de l’année 1942 s’ils avaient passé les examens. Sur 67 demandes, seuls 43 réfugiés avaient été admis à l’école, dont 8 avaient déjà des diplômes britanniques. Les 15 médecins réfugiés avaient proposé au gouvernement néo-zélandais d’aller exercer là où il le souhaitait, et 6 avaient été placés par le ministère de la Santé.

Une allégation de surpopulation en raison des réfugiés faite par un journal important et l’appel à fermer complètement la porte à toute nouvelle admission d’étrangers en raison du risque, ont été mal accueillis par de nombreux lecteurs, qui ont comparé l’attitude du journal à celle des nazis en Allemagne. Le rédacteur en chef a tenté de justifier son attitude, mais il l’a fait de manière très maladroite. Il devait être au courant du petit nombre de réfugiés qui étaient entrés en Nouvelle-Zélande. Il ne pouvait pas non plus y avoir de grand risque. Sur les 2300 cas d’étrangers examinés par les tribunaux néo-zélandais, aucun n’a été recommandé pour l’internement. La tentative de retourner la question en demandant aux réfugiés de participer à l’effort de guerre n’avait aucun sens. Les réfugiés juifs avaient depuis longtemps déjà offert leurs services au gouvernement dans toutes les fonctions que celui-ci jugeait utiles.

Une triste caractéristique de l’antisémitisme se manifesta lorsque des représentants d’organismes patriotiques publièrent des déclarations qui, une fois analysées, ne pouvaient être qu’antipatriotiques et nuisibles à la Nouvelle-Zélande. Le président de la branche de Wellington de la Royal Society of St George a déclaré : « Les balayures de l’Europe ne peuvent plus entrer en Nouvelle-Zélande. » Il avait pensé que les réfugiés arrivaient dans le pays par l’Australie, mais on lui a assuré qu’ils ne pouvaient pas entrer en Nouvelle-Zélande, qu’ils viennent d’un pays britannique ou non. À Dunedin, l’Association des militaires rentrés au pays a décidé que les médecins réfugiés devaient reprendre leurs anciennes fonctions d’auxiliaires hospitaliers à la fin de la guerre. La Nouvelle-Zélande a pris une overdose de réfugiés, commente un délégué. L’Association des fabricants a adopté une résolution selon laquelle les étrangers ne devraient pas être autorisés à démarrer une entreprise. La folie et les sentiments irréligieux exprimés par de telles opinions impies ont poussé le juge O’Regan, un homme digne de sa fonction, à dénoncer et à attaquer fréquemment l’antisémitisme devant des auditoires catholiques, qu’il mettait en garde contre ses dangers et ses effets insidieux.

Au fur et à mesure que la guerre progressait, et que beaucoup de ceux qui avaient des préjugés contre les Juifs commençaient à voir les Allemands et leurs objectifs sous leur vrai jour, les protestations publiques et l’hostilité contre les réfugiés diminuaient. Lorsqu’une cinquantaine de Polonais et de Lituaniens, qui s’étaient échappés d’Europe par Vladivostok lorsque l’Allemagne attaqua la Russie, débarquèrent, il y eut à peine un commentaire. La plupart des Néo-Zélandais réalisent qu’eux, les Juifs et les réfugiés combattent un ennemi commun.


Vers le chapitre 32 : « le peuple juif est notre meilleur peuple »

Dossier : HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Article précedentHebron: un peu d’histoire…
Article suivantHistoire des juifs en Nouvelle Zélande 32 – « Le peuple juif est notre meilleur peuple »

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here