Certaines portions du continent américain qui ont d’abord été colonisées par les Espagnols et les Portugais, et qui restent encore hispanophones et lusophones.

En ce qui concerne la période pendant laquelle ces pays étaient sous domination espagnole, leur intérêt pour l’histoire juive concerne presque entièrement les Maranos, ou Néo-Chrétiens, des Juifs secrets qui professaient nominalement la religion catholique ; car les colonies n’y ont été faites qu’à la suite de l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492, et la loi espagnole ne permettait pas l’existence de Juifs professants sur le sol des colonies espagnoles.

La même exclusion a été imposée dans la colonie portugaise du Brésil après l’expulsion formelle des Juifs du Portugal en 1508. Aussi bien en Amérique espagnole qu’en Amérique portugaise, par conséquent, les principaux événements externes faisant référence aux Juifs sont liés à l’Inquisition,

Amérique portugaise : Brésil.

Bien que l’Inquisition n’ait jamais été établie au Brésil, elle avait ses « familiers » dans ce pays, qui espionnaient les Juifs secrets et, en cas de détection, les saisissaient et les envoyaient à Lisbonne pour y être jugés par le tribunal.

D’un autre côté, une méthode de punition préférée de l’Inquisition de Lisbonne consistait à transporter des Juifs condamnés en rechute vers la colonie du Brésil, dit-on, deux fois par an. La première mention de Juifs dans le pays fait référence à certains qui avaient été ainsi bannis en 1548.


La même année, cependant, plusieurs Juifs portugais ont transplanté de la canne à sucre de Madère au Brésil, et les Juifs ont été liés à l’industrie sucrière du pays pour les deux siècles suivants. Au cours des vingt années qui ont suivi l’arrivée des premiers colons juifs, ils ont été rejoints par de nombreux exilés volontaires de la même foi, jusqu’à ce que leur importance dans le commerce devienne notable; et des édits furent émis par Don Henrique, régent du Portugal, les 20 juin 1567 et 15 mars 1568, interdisant à Maranos de s’établir au Brésil.

Cet édit fut cependant abrogé pour la somme de 1 700 000 croisés (714 000 $) donnée par les Maranos de Lisbonne et du Brésil, et les privilèges de résidence et de libre commerce furent accordés aux néo-chrétiens par un édit du 21 mai 1577.

Lorsque le Portugal a été saisi par Philippe II. en 1580, les règlements espagnols contre l’existence de Juifs, secrets ou autres, dans les territoires espagnols s’appliquaient également au Brésil ; mais l’emprise incertaine de l’Espagne sur la grande colonie portugaise empêchait une application rigide de la domination espagnole, et en 1610 il est fait mention de médecins juifs à Bahia, alors capitale du Brésil ; il est dit aussi que les personnes les plus riches y étaient des Juifs, possédant des biens allant de 60 000 à 100 000 croisés.

La Compagnie hollandaise des Indes occidentales, fondée en 1620, se recrutait en grande partie chez les Maranos du Brésil, et c’est sans doute à cause des troubles de ce pays qu’aucune branche de l’Inquisition n’y fut établie.

De 1618 à 1654, les Hollandais tentèrent à plusieurs reprises de s’emparer du Brésil et, pendant tout ce temps, l’élément juif de ce pays resta ami avec les Hollandais et ennemi avec les Espagnols et, après 1640, avec les Portugais. Ainsi, dès 1618, Francisco Ribiero, un capitaine juif portugais qui avait des parents en Hollande, aurait aidé les Hollandais dans leurs tentatives sur la côte brésilienne.

Lorsque Bahia fut capturée en 1624, les Hollandais furent accueillis par environ 200 Juifs, à qui la liberté de culte avait été promise. La capitale fut cependant reconquise l’année suivante par les Portugais.


La plupart des Juifs de Bahia s’installèrent à Recife (Pernambuco) lorsque cette dernière ville fut capturée par les Hollandais en 1631. La situation des Juifs au Brésil était si prometteuse qu’Ephraim Sueiro, beau-frère de Manassé b. Israël, émigra dans ce pays en 1638, et devait être suivi par Manassé lui-même, qui dédia la deuxième partie de son « Conciliador » à la communauté de Recife (1640).

Deux ans plus tard, pas moins de 600 Juifs d’Amsterdam, dont Isaac Aboab da Fonseca et Moses Raphael Aguilar, s’embarquent pour Recife. Ils se sont répandus dans tout le pays, formant des congrégations à Tamarico, Itamaraca, Rio de Janeiro et Parahiba ; et en 1646, certains d’entre eux levèrent de grosses sommes pour aider les Hollandais à défendre la côte. former des congrégations à Tamarico, Itamaraca, Rio de Janeiro et Parahiba; et en 1646, certains d’entre eux levèrent de grosses sommes pour aider les Hollandais à défendre la côte. former des congrégations à Tamarico, Itamaraca, Rio de Janeiro et Parahiba; et en 1646, certains d’entre eux levèrent de grosses sommes pour aider les Hollandais à défendre la côte.

Il y aurait eu pas moins de 5 000 Juifs à Recife lors de sa capitulation face aux Portugais, des clauses spéciales de la capitulation faisant référence aux Juifs.

Ils trouvèrent cependant impossible de rester à Pernambuco et se dispersèrent dans toute l’Amérique du Nord, bien qu’un grand nombre, dont Aboab et Aguilar, les Pereyras, les Mezas, Abraham de Castro et Joshua Ẓarfati, retournèrent à Amsterdam, tandis que Jacob de Velosino , le premier auteur hébreu né sur le sol américain, s’est installé à La Haye. D’autres sont allés à Cayenne et à Curaçao, et il est généralement admis que les premiers colons juifs à New Amsterdam sont venus directement de Pernambuco.

Il restait encore un certain nombre de Maranos sur le sol brésilien, dont l’existence est connue principalement par l’action de « familiers » brésiliens. Ainsi Isaac de Castro Tartas, qui y résidait, fut transporté à Lisbonne le 15 décembre 1647.

Le nombre de Maranos brésiliens fut augmenté des exilés transportés du Portugal entre 1682 et 1707 pour le crime de judaïsation. Ceux-ci étaient étroitement surveillés et en cas de rechute, ils étaient renvoyés à Lisbonne.

Ainsi, le 10 octobre 1723, cinq Juifs rapatriés de Rio de Janeiro sont punis lors d’un auto da fé à Lisbonne.

Le 19 octobre 1739, Antonio José da Silva, poète et dramaturge, originaire du Brésil, a été brûlé vif, avec sa mère et sa femme.

Néanmoins, les Juifs ont prospéré au Brésil tout au long du XVIIIe siècle, et il est rapporté qu’en 1734, après la découverte des diamants, ils contrôlaient le marché de ces pierres précieuses. L’action de l’Inquisition en renvoyant tant de Juifs du Brésil à Lisbonne a eu un effet délétère sur le commerce du sucre, que les Juifs ont presque monopolisé ; et de nombreuses sucreries furent fermées à Rio de Janeiro jusqu’à ce que Pombal mette fin au transport de Maranos du Brésil à Lisbonne.

Amérique espagnole : Mexique.

Dès octobre 1511, la reine Jeanne d’Espagne publia un édit interdisant aux Maranos d’immigrer en Nouvelle-Espagne ; et l’activité de l’Inquisition dans les colonies espagnoles d’Amérique était spécifiquement dirigée contre les Maranos et leurs descendants.

Ainsi, Charles V., en date du 15 octobre 1538, ordonna à l’Inquisition de s’occuper non des indigènes, mais des immigrants européens et de leur progéniture ; et à une date incertaine avant 1604 Philippe III. a émis un rescrit interdisant à toute personne nouvellement convertie, ou à la progéniture de telles personnes, de s’établir dans les possessions espagnoles des Indes orientales ou occidentales.

En fait, le premier auto da fé dans le Nouveau Monde a eu lieu au Mexique en 1574. Quatre ans plus tard, trois Juifs ont été traités par l’Inquisition mexicaine. Le plus distingué des Maranos mexicains était Luis de Carabajal, qui fut pendant quelque temps gouverneur d’une des provinces du Mexique. Il a été accusé de judaïsation sur l’accusation de Doña Isabel de Herrera en 1590, certains membres de la famille Caceres étant inclus dans la même accusation.

Le neveu de Carabajal du même nom a en fait été exécuté à un auto da fé au Mexique, le 8 septembre 1596. Sur la base d’un aveu, toujours existant, qu’il a écrit alors qu’il était prisonnier de l’Inquisition, il aurait été le premier Auteur juif en Amérique.

En 1607, un de ses parents, Jorge de Almeida, fut jugé par l’Inquisition du Mexique pour judaïsation, et au cours de la procédure, pas moins de trente-deux résidents du Mexique furent dénoncés comme judaïsants.

Le 22 mars 1609, Almeida est condamnée à être exécutée en effigie. Au procès de Gabriel de Granada, qui eut lieu au Mexique entre 1642 et 1645, pas moins de 107 personnes furent accusées de judaïsation, ce qui montre une augmentation considérable de la population juive de cette ville.

Parmi les personnes inculpées se trouvaient des membres des familles Rivera, Rodriguez, Perez, Espinosa, Tinoco, Nuñez, Del Bosque, De Castro, Da Costa, Sylva, Oliviera et Sobremonte. La dernière personne mentionnée, Thomas Trebiño de Sobremonte, semble avoir été détenue pendant de nombreuses années et avoir subi la mort en martyr le 11 avril 1649.


Pérou et Chili.

L’Inquisition a été établie au Pérou le 9 janvier 1570, lorsque Don Diego de Espinosa était inquisiteur général. Au total, trente-quatre autos da fé ont eu lieu à Lima de 1573 au 17 juillet 1806, après quoi l’Inquisition a cessé son activité.

Il apparaît que 131 Juifs ont été condamnés au cours de cette période, dont vingt-quatre ont été brûlés vifs. L’auto da fé la plus importante du point de vue juif fut celle du 23 janvier 1639, à l’occasion de laquelle pas moins de soixante-trois Juifs furent condamnés, dont dix à mort par le feu. Parmi ces derniers figurait Manuel Bautista Perez, qui aurait été l’homme le plus riche du Pérou à l’époque, une somme équivalant à pas moins de 1 000 000 $ tombant dans les coffres de l’Inquisition à sa mort.

La victime la plus distinguée de l’Inquisition chilienne fut Francisco Maldonado de Silva, chirurgien, poète, andphilosopher (né en 1592), qui a été saisi à Concepcion, Chili, le 29 avril 1627, sur des informations qui ont été données par sa propre sœur.

Il resta dans les cachots de l’Inquisition pendant près de douze ans, au cours desquels sa constance dans sa foi fut remarquable ; en prison, il a même converti deux catholiques au judaïsme. Il fut exécuté à Lima le 23 janvier 1639.

Après le massacre en masse de 1639, un répit, en contrepartie de la somme de 200 000 ducats versé au gouverneur Condé de Chinchon, fut accordé aux 6 000 Juifs qui seraient restés en Pérou à cette époque.

Au début du XVIIe siècle, un certain nombre de Juifs péruviens se rendirent au Chili, peut-être à des fins commerciales. Entre 1636 et 1641, cinq d’entre eux ont été punis pour judaïsation.

En 1680 un certain Léon Gomez de Silva, né au Portugal, a été accusé de judaïsation à Santiago, et bien qu’il se soit dégagé de l’accusation, il a de nouveau été accusé en 1700. Les Juifs du Pérou et du Chili auraient possédé tous les magasins de marchandises sèches et auraient contrôlé presque tout le commerce de ces États . Ils monopolisent le commerce de détail et établissent une vaste marine marchande, leurs agents étant dispersés dans tout le pays.

On ne trouve que des références occasionnelles aux Juifs d’Argentine et de La Plata, l’autre siège principal de l’activité juive étant la Colombie, où un tribunal inquisitoire a été établi à Carthagène en 1610.

Lors des cinquante-quatre autos da fé tenues dans cet état jusqu’en août. Le 16 1819, 767 personnes furent condamnées. La proportion de Juifs ou de Maranos parmi ceux-ci ne peut être estimée.


Bibliographie:

  • Cyrus Adler, Procès de Jorge de Almeida par l’Inguisition au Mexique, in Publ. Un m. Juif.
  • Hist. Soc. Numéro 4;
  • FR Adler, L’Inquisition au Pérou, ib. n° 12 ;
  • David Fergusson, Procès de Gabriel de Granada par l’Inquisition au Mexique, 1642-1645,
  • ib. n° 7 ;
  • Kayserling, Les premiers rabbins et écrivains juifs d’Amérique, ib. N ° 3;
  • Kohut, martyrs juifs de l’Inquisition en Amérique du Sud, ib. Numéro 4;
  • idem, Le procès de Francisco Maldonado de Silva, ib. N° 11.

Depuis l’abolition de l’Inquisition et la série de révolutions par lesquelles les divers États d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale ont réalisé leur indépendance de l’Europe, les Maranos se sont absorbés dans la population générale.

On trouve des Juifs dans toutes les villes les plus prospères du continent sud-américain, bien que, à une exception notable près, pas en grand nombre.

Les Juifs des États centraux sont en grande partie des descendants de Sépharades, qui avaient autrefois des communautés florissantes aux Antilles ; mais dans le sud, ce sont surtout des commerçants d’Allemagne, de Russie et de Pologne, avec quelques-uns d’Angleterre.

Sauf en République argentine, il n’y a pas de synagogues.


Au Panama, il y a quelques Juifs qui ont leur propre cimetière à environ un mile de la ville ; ce cimetière est tenu en bon ordre, et de nombreuses pierres tombales portent des inscriptions hébraïques de valeur historique.

Au Pérou, en Bolivie et au Chili, il y a très peu de Juifs ; même dans les capitales de ces États, il y en a à peine assez pour former un minyan pour les travaux publics. A Lima et à Santiago, les principaux bijoutiers sont des Juifs allemands, et l’un des éminents dentistes chiliens est un Juif danois.

A Valparaiso, l’un des principaux marchands est un juif anglais (Jacob Caro). En Guyane néerlandaise et au Venezuela, il y a entre 200 et 300 Juifs, principalement des colonies néerlandaises du Surinam et de Curaçao.

L’Association de colonisation juive a établi des colonies agricoles dans le Rio Grande do Sul, au Brésil, et a envoyé trente-sept familles russes et roumaines dans ces colonies. Il y avait une agence de l’Alliance Israélite Universelle à Rio de Janeiro,

En République argentine, la population juive peut être estimée à environ 20 000 personnes. Le fait qu’un si grand nombre de Juifs y vivent est presque entièrement dû à l’Association de colonisation juive. Pour chaque colon juif qui s’installe sur le territoire, au moins six se dirigent vers les grandes villes : Buenos Ayres, Cordoue, Santa Fé, Rosario et Mendoza.

À Buenos Ayres, il y a deux synagogues, toutes deux dans la Calle Liberdad ; et le bureau central de l’Association de colonisation juive est situé dans la Calle Callao.


Ce qui suit est une estimation approximative de la population juive des divers États d’Amérique du Sud :

  • République argentine 20 000
  • Brésil 2 000
  • Guyane, Venezuela et Colombie 2 000
  • Équateur, Bolivie, Pérou, Chili et Uruguay 1 000

Photo de couverture : La synagogue Kehilat Israël, la plus ancienne synagogue juive de Sao Paulo, fondée en 1912 par des immigrants de Bessarabie


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Article précedentLes pèlerinages d’autrefois en Terre Sainte
Article suivantL’Ancien Testament troublé par l’histoire et l’archéologie

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here