Un récit de voyage du XVIIe siècle d’un célèbre mystique soufi décrit une image étrange et surprenante de la Palestine ottomane.

Tard dans la nuit du printemps 1690, le saint et savant soufi Abd al-Ghani al-Nabulsi (1641-1731) eut un rêve. Dans son esprit, al-Nabulsi se voyait quitter sa maison et se diriger vers l’un des marchés de Damas, sa ville natale.

Comme il l’a raconté plus tard, (dans la traduction d’ Elizabeth Sirriyeh ), « il y a trouvé l’un des meilleurs chevaux arabes qui nous ont été proposés pour monter et nous l’avons monté et avons continué notre chemin. Soudain, nous avons rencontré deux jeunes hommes forts et énergiques; ils étaient bien habillés, magnifiquement vêtus de vert et de rouge. Chacun d’eux a mis la paume de sa main sous mon pied pendant que je roulais et leurs paumes ont pris la place d’étriers, chacun d’un côté, et j’ai monté le cheval comme ça avec les deux jeunes hommes. »

Auteur d’un livre remarquable – et toujours populaire – sur l’interprétation des rêves, al-Nabulsi était un expert en déchiffrage du contenu symbolique de nos visions nocturnes. Mais même lui ne pouvait pas voir que le rêve était en fait une prémonition.

Quelques jours plus tard, al-Nabulsi entreprit son célèbre voyage à Jérusalem, qui servit de base à l’un des récits les plus importants de la Palestine du XVIIe siècle. A la tête de la caravane, comme préfiguré dans le rêve, marchaient deux jeunes majadhib , saints hommes soufis extatiques, qui ressemblaient «à des anges».


Illustration de Qays, connu sous le nom de Majnun, «le fou», en tant qu’ascète entouré d’animaux sauvages à partir d’ un exemplaire de 1798 du Khamsa de Nezami Ganjavi , provenant des collections de la Bibliothèque nationale d’Israël. Majnun, rendu fou par son amour non partagé pour Leila, a servi de modèle à la piété extatique soufie.

Al-Nabulsi était l’un des principaux intellectuels musulmans de son époque, une figure de grande envergure dont plus de 250 ouvrages comprennent des traités sur la loi islamique, les bienfaits du tabagisme, l’agriculture, la poésie, des commentaires sur les classiques de la littérature mystique soufie, etc. Des dizaines de manuscrits d’œuvres d’al-Nabulsi sont inclus dans la collection de la Bibliothèque nationale d’Israël. Bien qu’une copie du récit de voyage d’al-Nabulsi à Jérusalem ne soit pas parmi eux, la collection comprend une édition imprimée du début de 1902 de l’œuvre, acquise par le savant et collectionneur Abraham Shalom Yahuda .

Le descendant d’une riche famille de juges et d’autorités religieuses qui a retracé ses propres origines à Jérusalem, al-Nabulsi a acquis une réputation savante précoce et enseignait déjà à l’âge de vingt ans. Au fur et à mesure que son engagement avec le soufisme (en particulier le travail d’Ibn Arabi, qu’il considérait comme son père spirituel) s’approfondissait, al-Nabulsi se retirait de plus en plus de la vie publique. Pendant une période de sept ans, on dit qu’il est resté confiné dans sa maison, laissant pousser ses cheveux et ses ongles longs et atteignant une transcendance spirituelle qu’il a attribuée à l’expérience écrasante de la présence de Dieu.

Un manuscrit de la fin du XIXe siècle du traité agricole d’Abd al-Ghani al-Nabulsi, ‘Ilm al-malāḥa fī’ ilm al-falāḥa , provenant des collections de la Bibliothèque nationale d’Israël

Le voyage de six semaines d’Al-Nabulsi en Palestine, qui comprenait dix-sept jours à Jérusalem, n’était que l’une des quatre longues excursions qui suivirent cette période d’isolement.


En plus de ce voyage, al-Nabulsi a voyagé à travers la Syrie et le Liban d’aujourd’hui, a terminé le pèlerinage annuel du hajj à La Mecque (à cette occasion, il est retourné à Jérusalem pour un deuxième séjour) et a également visité l’Égypte. Chacun de ces voyages a fait l’objet d’un récit de voyage.

En composant ces récits de voyage, un genre connu sous le nom de rihla en arabe, al-Nabulsi suivait une tradition bien ancrée, dont l’exemple le plus célèbre est le récit d’Ibn Battuta (1304-1368) sur ses trente ans d’errance qui l’ont mené. du Maroc à la Chine. Cependant, l’écriture de voyage d’al-Nabulsi se distingue par son accent sur les thèmes et les personnages soufis; ce n’est pas par hasard que le voyage commence par une rencontre avec les deux extatiques. Cela ressort clairement du titre du récit de voyage d’al-Nabulsi à Jérusalem: Al-hadra al-unsiyya fi al-rihla al-qudsiya(«La présence intime sur le voyage de Jérusalem»).

La «Présence intime» se réfère à la fois au nom du rassemblement spirituel soufi, souvent tenu le jeudi soir, et à la propre présence de Dieu, qu’al-Nabulsi espérait expérimenter pendant le voyage.


Une édition de 1902 d’ Al-hadra al-unsiyya fi al-rihla al-qudsiya , anciennement détenue par le marchand de manuscrits Abraham Shalom Yahuda, provenant des collections de la Bibliothèque nationale d’Israël

Al-Nabulsi a pénétré dans le pays via les hauteurs du Golan, passant devant le mont Hermon enneigé. Il s’est plaint du froid et de l’anarchie du pays, rapportant des meurtres, le pillage d’une mosquée et même un complot visant à l’enlever près de Jénine, qui, a-t-il dit, a été déjoué par une intervention divine.

En arrivant à Jérusalem, al-Nabulsi et son parti ont été accueillis par une délégation de dignitaires, y compris des membres d’un ordre soufi local, qui, avec une foule croissante, ont accompagné le groupe alors qu’ils entraient par la porte de Damas et se dirigeaient vers le Haram. al-Sharif (Mont du Temple). En entrant dans l’enceinte sacrée, al-Nabulsi a récité un verset approprié sur le voyage nocturne du prophète Mahomet de La Mecque à Jérusalem, d’où il est monté au ciel:


Vous avez voyagé de nuit d’un sanctuaire à un sanctuaire

Alors que la pleine lune voyage dans l’épaisseur des ténèbres.


Le récit de voyage, écrit en prose rimée et entrecoupé de versets similaires, comprend des descriptions sur les monuments musulmans de Jérusalem, y compris le cimetière Mamila et le mont des Oliviers, ainsi que les sites chrétiens de la ville.

Al-Nabulsi et son groupe ont également fait un détour à Hébron pour voir le tombeau des patriarches, vénéré comme le lieu de sépulture d’Abraham, Isaac et Jacob. Curieusement, dans son récit de la vue du Dôme du Rocher, qui suit une longue section relatant les pouvoirs et les vertus du site, al-Nabulsi déclare à tort que le bâtiment a été construit par les Croisés, plutôt que, comme cela était également bien connu à l’époque, le calife omeyyade Abd al-Malik (644-705).

Alors que le récit de voyage fournit des détails fascinants sur Jérusalem et sa visite là-bas, la principale préoccupation d’al-Nabulsi est ailleurs: rechercher et décrire des expériences spirituelles, en particulier ses rencontres avec des hommes saints et des sanctuaires et tombes sacrés. En ce qui concerne ce dernier, par exemple, al-Nabulsi rapporte qu’il s’est arrêté pour prier sur la tombe de Samuel, située juste au nord de Jérusalem, avant d’entrer dans la ville.

Quant aux saints hommes vivants, ils comprenaient à la fois les membres des ordres soufis établis et, plus encore, les majadhib, mystiques extatiques qui vivaient en marge de la société et de ses normes. Al-Nabulsi décrit certains de ces majadhib comme errant sans vêtements et d’autres comme vêtus uniquement de chiffons, dotés de pouvoirs spéciaux pour lire dans l’esprit des autres et voir l’avenir.

Al-Nabulsi a rencontré un grand nombre de ces saints hommes à la fois en ville et à la campagne. Il décrit un groupe de majadhib de Jénine qui le rencontrent à son arrivée dans la ville, ayant appris sa venue par inspiration divine, et un autre extatique près de Naplouse qui marcherait armé à travers le marché. Près du village de Yabad, juste à l’extérieur de Jénine, al-Nabulsi rencontre un ascète nommé Sheikh Za’id. Ancien esclave, il fut un jour vaincu par une soudaine illumination divine et s’installa dans une grotte où il s’assit, nu, à moudre des grains de café et distribuant du café, des bénédictions et des conseils à ceux qui venaient le consulter. Za’id, raconte al-Nabulsi, était à la fois incroyablement fort et pouvait voir l’avenir, et prédit une fin heureuse pour le voyage de l’auteur.

Ce qui est fascinant dans la description par al-Nabulsi d’un pays grouillant de saints miraculeux, de tombes vénérables et de saints hommes extatiques – et ses autres récits de voyage brossent un tableau similaire – est le fait qu’il a presque entièrement disparu.


Si ces personnages ont continué à faire partie du paysage rural et urbain pendant des générations, dans les premières décennies du XXe siècle, il en restait peu. Ils avaient été anéantis par les forces combinées de la modernisation et du colonialisme, ainsi que par les idéologies wahhabites et salafistes concurrentes, qui dénonçaient le soufisme comme non islamique.

L’un des plaisirs de la lecture d’al-Nabulsi est l’aperçu qu’il nous donne dans ce monde étrange et perdu.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Article précedentL’histoire méconnue de cette artiste qui a aidé à sauver les fleurs sauvages d’Israël
Article suivantDécouverte d’artefacts datant de plus de 6000 ans dans une grotte de Judée

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here