Quelques heures seulement après l’atterrissage de Hort à Pito-one, le capitaine Hobson a débarqué à Kororareka. Quelques jours plus tard, il s’était arrangé pour rencontrer les chefs indigènes dans une tente sur une pelouse à l’extérieur de la résidence de Busby, et là, après une certaine opposition qui fut bientôt surmontée, les dirigeants maoris signèrent par leur empreinte du pouce le document qui fut connu sous le nom de Traité de Waitangi.

Par ce document, ils cédaient leurs droits souverains à Sa Majesté la Reine qui, en retour, leur garantissait la protection de leurs possessions et de leurs terres. Sa Majesté avait le droit exclusif de préemption sur les terres que les propriétaires désiraient vendre à des prix convenus d’un commun accord.

En mai 1840, suffisamment de signatures avaient été recueillies auprès de chefs absents à Waitangi pour que Hobson proclame la souveraineté de la Reine sur l’île du Nord en vertu du traité, et sur l’île du Sud et l’île Stewart sur le terrain découvert par le capitaine Cook. Seuls quelques Maoris vivaient dans l’île du Sud.

À peine le temps de prévenir les revendications françaises, Hobson envoya une équipe pour hisser le drapeau britannique à Akaroa. De Thierry de Hokianga, dans une lettre adressée à Hobson, se signa « Souverain en chef », mais le lieutenant-gouverneur informa de Thierry que le seul « Souverain en chef » qu’il reconnaissait était la reine Victoria. Il a demandé à de Thierry de renoncer à sa présomption. Il le fit.

Lorsque Hobson publia sa proclamation, plus de mille passagers avaient déjà été débarqués par la compagnie néo-zélandaise à Port Nicholson. Parmi eux se trouvaient C. Cohen qui était arrivé sur le Jewess, et les frères Moïse et Jacob Joseph qui avaient débarqué de l’exportateur.

Jacob Joseph, bien que complètement aveugle, ouvre une quincaillerie sur Lambton Quay. Il mena un commerce important et fructueux à Wellington et dans les environs avec les Maoris, et en raison de la confiance qu’ils lui accordaient, ils lui vendirent des terres pour lesquelles il leur donna un prix équitable. Son magasin a été le premier à être construit en brique à Wellington.


Pour leur propre protection, les habitants des environs de Port Nicholson se formèrent en un gouvernement, ont élu un conseil et nommé le colonel Wakefield comme président, et procédèrent à la promulgation de lois et à la nomination de magistrats.

Dès que Hobson en eut connaissance, il envoya des soldats et des policiers sous le commandement du lieutenant Willoughby Shortland avec pour instruction de déclarer illégal le gouvernement provisoire de la compagnie. Les colons ont assuré à Shortland qu’ils n’avaient aucune intention déloyale, et ont accueilli son arrivée parmi eux. Ils n’ont fait que prendre des dispositions pour leur propre ordre jusqu’à ce que l’autorité appropriée soit établie.

Cette relation heureuse n’a pas duré longtemps. Selon le traité de Waitangi, Hobson devait protéger les intérêts des indigènes, dont beaucoup ont commencé à contester les transactions qu’ils avaient effectuées. D’autres Maoris ont refusé aux chefs le droit de vendre des terres qui appartenaient à toute la tribu. Les prix fantastiques payés pour certaines propriétés de valeur ont été utilisés comme argument pour annuler le troc qui avait eu lieu.

La nomination d’une commission foncière n’a pas dissipé l’inquiétude des colons et de la société néo-zélandaise. Tant à Wellington qu’en Angleterre, un sentiment de colère fut évoqué, qui se traduisit par une fausse représentation de Hobson et des attaques contre son administration. Dans certains cas, des terres avaient été vendues à maintes reprises.

Lorsque le capitaine W. B. Rhodes, capitaine de l’Eleanor, vint en novembre 1840, en tant qu’agent de Cooper and Levy of Sydney, pour acheter des terres autour de Wellington, il informa la Compagnie qu’il avait acheté les terres de l’île de Kapiti aux indigènes. Sachant que l’île avait été vendue plusieurs fois, dont une fois à la Compagnie elle-même, celle-ci ne s’est même pas donné la peine d’inclure l’île dans sa liste de revendications. Cooper et Levy ont réalisé une transaction plus profitable lorsque leur agent s’est rendu à Akaroa pour laisser du bétail et un éleveur à la colonie française.


Les pertes subies par des hommes comme Joseph Barrow Montefiore et John Israel Montefiore, qui ont agi en toute bonne foi dans leurs relations avec les indigènes et dont la parole ne pouvait être mise en doute, illustrèrent la raison des craintes des colons.

Tous leurs espoirs pourraient être anéantis par une décision de la Commission foncière. Des améliorations coûtant des milliers de livres pourraient être perdues en un instant.

Joseph Barrow Montefiore a fait une réclamation pour les terres que le chef maori lui avait demandées à Kawhia. La Commission des revendications n’a fait aucune recommandation pour une subvention.

Sur les 346 acres achetés par John Israel Montefiore en 1836, la Commission, huit ans plus tard, ne lui a permis de conserver que 47 acres. Afin de conserver une part de sa propre propriété, il a dû acheter 416 acres de terre à d’autres personnes qui l’avaient également acquise auprès des Maoris et après lui, mais dont les transactions avaient été confirmées.

La confusion quant à la propriété légale des biens a poussé Joel Samuel Polack, qui était revenu dans la baie des îles en 1840, à insérer une annonce dans le Bay of Islands Observer selon laquelle une revendication de George Russell dans le Government Gazette pour ses terres à Kororareka était sans fondement.

Il a dû lui aussi présenter une demande officielle devant les commissaires fonciers et, outre une demande de 100 acres à la baie des îles, terre qu’il avait acquise au début de 1832, il a demandé la confirmation d’une demande de 152 acres sur la rivière Waitangi. Quinze ans plus tard, l’affaire était toujours en suspens.

Une autre cause sérieuse des relations malheureuses entre les colons de la New Zealand Company à Wellington et les autorités gouvernementales, concernait le choix d’un site pour une capitale.

Hobson considérait Kororareka comme un endroit impossible en raison de sa réputation et de ses faibles chances de développement du fait des hautes collines environnantes. Il planifia et établit comme capitale un canton de l’autre côté de la baie, à quelques kilomètres de Kororareka, qu’il appela Russell, nom que Kororareka reprit plus tard.

Il abandonna bientôt ce projet et, choisissant une position plus centrale dans l’île du Nord, il choisit un endroit totalement inexploité sur le Waitemata et le nomma Auckland. Cela a provoqué la colère des colons de Wellington. Leur ville, spécialement prévue pour accueillir des bureaux gouvernementaux et comptant plus de mille habitants de bonne réputation, estimait qu’elle convenait admirablement comme capitale. Elle était plus centrale par rapport à l’ensemble du pays. Les colons avaient été amenés à croire que Wellington serait automatiquement choisie comme capitale de la Nouvelle-Zélande.

Quelques sages du Nord, dotés de perspectives et de clairvoyance, connaissant la détermination inébranlable de Hobson, estimaient qu’il ne vacillerait pas dans son intention d’établir le siège du gouvernement à Auckland malgré toute l’opposition. Ils ont donc jugé prudent de se rendre aussi rapidement que possible à l’endroit que Hobson avait choisi afin d’étudier les perspectives d’avenir et de prendre les mesures qu’ils jugeaient nécessaires pour consolider leur position.

Parmi eux se trouvait David Nathan. Il avait d’abord émigré de Londres vers l’Australie du Sud mais, apprenant que la Grande-Bretagne était sur le point d’établir une colonie en Nouvelle-Zélande, il s’est empressé de se rendre à Kororareka. La perspective lui plaît et, après être retourné à Sydney pour régler ses affaires australiennes, contacter des agences et acheter des marchandises, il revient à Kororareka et, à l’âge de vingt-quatre ans, il ouvre un magasin prospère au centre de Grand Parade, sur l’estran.

Deux autres magasins juifs se trouvaient sur le front de mer : celui de Polack à l’extrême nord et celui de Monteifiore tout près.

Dans les environs, un Juif, George Russell, dirigeait l’un des huit hôtels de front de mer, le Russell. Un autre Juif connu pour vivre à Kororareka à l’époque était Israel Joseph, un commissaire-priseur, frère de Jacob et Moïse Joseph de Wellington.

Apparemment, David Nathan était issu d’une famille juive londonienne strictement orthodoxe et bien connue, avec des relations influentes.

Son grand-père, Hiam Nathan, avait émigré de Hollande dans la dernière partie du XVIIIe siècle et avait acquis une concession routière à Hull, où il recevait le paiement des voyageurs à un péage. Plus tard, il s’est installé à Londres avec ses nombreux enfants, dont Nathan Lyon Nathan, le père de David.

On pense que les Nathans sont devenus si prolifiques qu’un riche cousin de Nathan Lyon Nathan, qui avait eu la chance de pouvoir s’occuper de ses affaires, donnait à chacun de ses cousins une bonne formation en affaires plus cent livres et les envoyait dans les colonies pour qu’ils fassent leur chemin dans le monde. David Nathan devait posséder plus de cent livres.

Afin d’établir le canton de Russell, Hobson avait acheté des terres à Okiato au capitaine Clendon, le consul américain. Il n’avait pas d’argent pour le payer, alors il l’a compensé avec une concession de 10 000 acres à Manurewa.

Nathan acheta au capitaine Clendon le quartier de Papakura, une propriété de 2500 acres.

Elle était située non loin de l’endroit marqué pour la capitale, Auckland. Sans tarder, Nathan entreprit d’en prendre possession. Il embarqua sur le Mary pour la station la plus proche, Thames, dans le golfe d’Hauraki. Le capitaine ne l’emmènera pas plus loin que Coromandel, d’où il partira en canoë à la recherche de la capitale. Heureusement, il se joignit à un groupe de pionniers dirigé par l’indigène Taraia, qui se lança lui aussi dans une recherche similaire. Peu de temps après, Nathan a débarqué sur la plage d’Auckland.

Lorsqu’il débarqua, Nathan trouva quelques tentes et huttes éparpillées sur la plage, occupées par les sept fonctionnaires du gouvernement et les ouvriers et leurs femmes que Hobson avait envoyés pour commencer la colonie. Avec eux habitaient quelques passagers du Platina, arrivé quelques jours après la fête de Hobson, en provenance de Port Nicholson. Ils n’étaient pas satisfaits des conditions de travail de la New Zealand Company.

Probablement, Barnett Keesing est venu à Auckland sur ce bateau ou très peu de temps après. Comme Nathan, Keesing était issu d’une famille juive londonienne bien connue et respectée dont les ancêtres avaient émigré de Hollande, mais si Nathan appartenait à une famille ashkénaze, les ancêtres de Keesing étaient séfarades.

Keesing ne possédait pas non plus les ressources de Nathan. Keesing faisait le commerce de la limonade.

Nathan installa son magasin dans une tente au bord de la mer et, en tant que juif strictement orthodoxe dont la parole était son lien, il gagna rapidement la confiance des Maoris grâce à son intégrité et sa fiabilité absolues.

Polack, John I. Montefiore et Israel Joseph n’étaient pas des hommes qui laissaient l’herbe pousser sous leurs pieds.


Ils ont également compris qu’Auckland, en tant que capitale, allait progresser. Polack céda une section de terre sur la plage de Kororareka pour y installer les douanes de Sa Majesté, et reçut en échange une bonne parcelle de terre à Auckland dont il prit possession.

Le prospère Montefiore, qui, outre son magasin en bord de mer à Kororareka, vendait de grandes quantités de marchandises en vrac directement des navires à leur arrivée dans la baie des îles, s’est également rendu à Auckland pour inspecter ses possibilités. Pendant son séjour, en tant que gentleman reconnu, il a considéré qu’il était de son devoir d’apposer sa signature sur un message adressé à Hobson à Russell par des citoyens absents de la Baie des Îles, félicitant Hobson pour sa promotion au poste de gouverneur alors que le pays était sur le point de changer son statut en colonie de la Couronne.

Bien que Polack, Nathan, Montefiore et Israel Joseph se soient rendus à Auckland un mois avant la première vente de terres, ils n’ont acheté aucune section. En tant qu’hommes d’affaires expérimentés, ils considéraient les prix comme beaucoup trop  élevés.

Le sous-secrétaire colonial qui a piqué la bulle a également déclaré qu’il était « assez absurde que le prix des terres soit aussi élevé à Auckland que dans les environs immédiats de Londres et de Liverpool ». Le prix dérisoire était de 100 livres sterling l’acre, mais au milieu d’une grande excitation, 44 acres, divisés en 116 lots, ont été vendus et ont rapporté un total de 21 499 livres sterling.

Un seul Juif a acheté un terrain lors de cette vente. Il s’agit de Moïse Joseph qui a fait le voyage depuis Wellington spécialement pour la vente. Il est retourné à Sydney peu après.

Nathan, Joseph et Montefiore, bien que ne disposant pas de leurs biens de la Baie des Îles, décidèrent de faire de leur résidence permanente à Auckland.

Nathan retourne à Kororareka pour régler certaines de ses affaires, et y participe au premier service juif organisé en Nouvelle-Zélande. Il s’agissait d’un service de mariage. Il était le marié. De manière traditionnelle, sous un auvent, le dimanche 31 octobre 1841, David Nathan prit pour épouse Rosetta Aarons, une jeune veuve, ancienne épouse d’un capitaine de navire de Chelsea, Londres, décédée sur le chemin de la Nouvelle-Zélande.

Israël Joseph célébra le mariage en tant que ministre officiel par intérim et lut la Ketubah obtenue précédemment de Hobart Town. N’étant manifestement pas un érudit en hébreu, Joseph remplit les blancs de la Kétouba de son mieux et la signa, avec George Russell comme autre témoin juif requis.

Au verso de la Kétouba, trois notables païens de la ville, ainsi que George Russell, signèrent une déclaration en anglais selon laquelle le mariage avait eu lieu conformément à la coutume juive.

Une grande réception a suivi la cérémonie, et la flotte britannique étant dans la baie, elle a reçu une invitation à y assister. Les plus de deux cents officiers qui y ont assisté parmi les autres invités ont fait de cette réception un événement inoubliable dans l’histoire de la ville.

Quelques jours plus tard, Nathan et Joseph retournèrent à Auckland, chacun ouvrant un magasin de tentes le long de la plage, la « Commercial House » de Nathan étant érigée à l’angle de Shortland Crescent et de High Street, alors située sur l’estran de Waitemata. Il avait acheté le quart d’un acre de terrain lors d’une des premières ventes de terrain. Joseph construisit un magasin de produits secs à Commercial Bay, organisant des ventes tous les lundis à 11 heures.

On pense que Nathan ne mangeait pas de viande pendant son séjour en Nouvelle-Zélande jusqu’à l’arrivée d’un Shohet à Auckland, mais cela ne l’empêchait pas de fournir du jambon et du bacon aux païens.

En juin 1842, il s’associe avec Israel Joseph pour devenir commissaire-priseur et commissionnaire sous la tente située à l’angle de Shortland Crescent et de High Street. Ce n’était pas une affaire simple. Seuls des hommes de renom et de réputation irréprochable pouvaient faire office de commissaires-priseurs. Selon une ordonnance gouvernementale, les commissaires-priseurs devaient payer une redevance de 30 livres sterling et un prélèvement de 10 % sur toutes les ventes. Le partenariat s’est poursuivi pendant environ deux ans, puis chacun a suivi son propre chemin, Nathan restant sur le site où il a lancé une entreprise commerciale qui a gagné en renommée et qui est maintenant la plus ancienne de Nouvelle-Zélande.

John Israel Montefiore s’est également fait connaître dans la ville en tant que commerçant et agent foncier, vendant ses animaux, ses vins, ses spiritueux, ses marchandises et les terres de son lotissement au 3 Lower Queen Street.

Les squatters étaient un grand problème pour lui, car Montefiore devait souvent publier des avertissements dans la presse mettant en garde les intrus contre la construction sur les terres de ses clients. Il tenta également, avec quatre autres personnes, dont le géomètre général adjoint, le capitaine William Cornwallis Symonds, de créer un journal et une imprimerie, mais dans les douze mois qui suivirent, le nombre insuffisant de souscripteurs pour les 2 £ d’actions poussa les administrateurs à liquider la Auckland Newspaper and General Printing Company, comme on l’appelait.

Parmi les autres Juifs arrivés à Auckland avant la fin de 1843 figuraient Ralph Keesing et son père Henry – le chef de la grande famille Keesing -, Asher Asher et sa femme Hannah, et Samuel Brown. Une augmentation de la communauté juive d’Auckland a également eu lieu lorsque Sarah Nathan est née le 10 janvier 1843, de David et Rosetta Nathan, la première naissance juive enregistrée en Nouvelle-Zélande.

En tant que juif pratiquant, David Nathan a cherché la première occasion d’établir un culte public juif à Auckland, et dès que ses locaux à l’angle de Shortland Crescent et de High Street ont été achevés, la petite communauté juive s’est réunie, chaque fois que l’occasion l’exigeait, dans ses quartiers privés.

Lorsque la communauté s’est agrandie, il a aménagé une pièce spéciale dans son magasin pour servir de synagogue. Ralph Keesing y jouait le rôle de lecteur.


Des dispositions furent également prises pour acquérir un cimetière et le 12 juillet 1842, le gouverneur accorda une section de terrain dans la rue Symonds à David Nathan et John Israel Montefiore pour y enterrer les Juifs. Malheureusement pour David Nathan, la première personne qu’il dut enterrer sur ce terrain fut sa propre fille de six mois, Julia, qui mourut le 24 août 1844.

Un respect profond et sincère pour leur propre religion a inspiré les Juifs à vénérer la foi de leurs concitoyens.

Ils ont contribué à la pose des pierres de fondation de toutes les chapelles originales construites à Auckland. Nathan, Montefiore et Joseph ont fait des dons généreux à chacune des confessions qui ont érigé des lieux de culte dans la ville. Joseph a même recueilli des contributions chez lui au nom de l’église catholique romaine.

Nathan et Montefiore prirent tous deux une part importante aux affaires civiques de la ville, Nathan ajoutant dignité et poids à tout mouvement qu’il considérait comme méritoire et qui contribuait au progrès de la communauté, tandis que Montefiore, par son leadership actif et l’expression publique des croyances qui lui étaient chères, se distinguait comme un homme de principes.

Lorsque Hobson, quelques mois avant sa mort, ordonna la construction d’un nouveau poste de douane et d’une jetée qui ne plaisait pas à la section commerciale de la communauté, Montefiore aida à organiser une réunion de protestation à l’hôtel Royal de Wood. Il s’est prononcé de façon convaincante contre le projet et a déposé une motion de protestation contre le projet. Nathan et lui faisaient partie des délégués désignés pour rencontrer le gouverneur à ce sujet.


Bien que gravement malade, le gouverneur s’en tient à sa résolution, si bien que Montefiore et sept autres personnes écrivent au secrétaire d’État aux Colonies, Lord Stanley, pour exprimer leur dégoût pour Hobson et leur opposition au projet. Montefiore n’a pas oublié un vieil ami. À la mort du capitaine Symonds, il fut parmi les premiers à organiser l’érection d’un monument à sa mémoire.

Le nouveau gouverneur, le capitaine Robert FitzRoy, après sa nomination en décembre 1843, se montre aussi déterminé que Hobson, et plus impopulaire. Montefiore le découvrit à son grand embarras.

Pendant une période de dépression dans la colonie, FitzRoy imposa des taxes supplémentaires sur le pain et les vêtements, ce qui suscita la colère de la population. Lors d’une réunion publique de protestation, Montefiore, l’un des principaux orateurs, souligna la dureté et l’injustice de cette imposition, et il fut élu comme l’un des délégués pour rencontrer le gouverneur chez lui. Une foule de travailleurs et de spectateurs curieux a suivi la députation.

Mécontent de n’avoir pas été préalablement informé de la députation, le gouverneur a fait un exposé aux délégués sur leurs manières brusques et leur manquement à l’étiquette. Avant de leur permettre de se livrer à leurs contradictions, il demande si tous les délégués ont signé la pétition de protestation, et ceux qui ne l’ont pas fait en prennent note et s’empressent de partir. FitzRoy commença alors une nouvelle conférence cinglante aux autres délégués sur ses droits et ses devoirs.

Les représentants, peu habitués à être abordés de cette manière par un gouverneur colonial, se levèrent brusquement après avoir écouté avec étonnement, et battirent en retraite précipitée, sans cérémonie, en marmonnant et en menaçant d’envoyer des rapports fortement défavorables au gouvernement de la patrie.

Fin du chapitre 8


Vers le chapitre 9 : Le début de la communauté de Wellington

Dossier : HISTOIRE DES JUIFS EN NOUVELLE-ZÉLANDE – RABBI LAZARUS MORRIS GOLDMAN 1907–1960 – Rabbi de la congrégation hébraïque de Melbourne.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude.

Votre aide est importante pour continuer...


Terre Promise © Elishean/2009-2020


Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here