Dès son plus jeune âge, les racines de Bracha Avigad l’ont reliée à la Terre d’Israël et à sa flore.

« Avec moi, les choses vont très loin et je reste fidèle à ce que j’ai intériorisé quand j’était enfant. » Bracha Avigad,

Dans les premières années d’Israël, il y avait un danger très réel et actuel que les fleurs sauvages bien-aimées du pays disparaissent bientôt en raison de la sur-cueillette.

Une loi interdisant la loi a été adoptée en 1963, et une campagne de sensibilisation du public qui a été couronnée de succès a tout changé, car des affiches ordonnant au public de ne pas cueillir, déraciner, acheter ou vendre des fleurs sauvages sont apparues dans tout le jeune pays.

Un libellé simple et de belles illustrations ont fait de la campagne l’une des plus réussies du genre dans l’histoire d’Israël, garantissant que les fleurs sauvages qui parsèment le paysage biblique continuent de s’épanouir, ce qu’elles font jusqu’à aujourd’hui.

«Il est interdit de les cueillir! Ne choisissez pas! Ne déracinez pas! N’achetez pas! Ne vendez pas! » Affiche de la Société pour la protection de la nature avec des illustrations de Bracha Avigad, 1968 (Editeur: Levin Epstein). Tiré des archives de la Bibliothèque nationale d’Israël

Bracha Avigad était responsable de ces illustrations et bien que beaucoup n’aient jamais connu son nom ou son histoire, des générations ont grandi en connaissant le travail de Bracha à partir d’affiches, de livres, de cartes postales et même d’assiettes décoratives portant ses fleurs emblématiques.


Illustration de Bracha Avigad figurant dans le livre Flowers of the Carmel , 1958. Provenant de la collection de la Bibliothèque nationale d’Israël

Née Beatrix Guttman en Lettonie en 1919, Bracha a grandi dans un environnement urbain relativement bourgeois à Darmstadt, en Allemagne, mais certains de ses premiers souvenirs – racontés dans une interview réalisée en 2014 dans le cadre de l’ initiative Toldot Yisrael – révèlent des liens viscéraux avec trois passions destinées pour rester avec elle tout au long de sa longue vie: la Terre d’Israël, la nature et l’art.

Premières images de la nature

Du côté de son père, Bracha descendait d’une famille de vignerons français; du coté de sa mère, gardienne de domaines lettons appartenant à des propriétaires fonciers allemands absents.

L’Allemagne de son enfance a été caractérisée par une inflation exponentielle et une immense pauvreté, résultat de la défaite du pays lors de la Première Guerre mondiale et des réparations qui lui ont été imposées par les vainqueurs de la guerre. Néanmoins, Bracha a grandi dans un confort relatif.

Elle se souvient qu’elle se sentait mal à l’aise de porter un manteau de fourrure lorsqu’elle était enfant, sachant que les habitants pauvres de la ville recherchaient dans la campagne environnante des fraises et des champignons. Certains utiliseraient des glands pour créer un substitut au café qu’ils ne pouvaient pas se permettre.

Dessin de Bracha Avigad présenté à Henrietta Szold, années 1930. De la collection Bracha Avigad, Nadav Mann / Bitmuna; disponible via la collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

Bien qu’elle n’ait peut-être pas eu besoin de fouiller comme les autres, Bracha connaissait intimement la même campagne qu’elle visitait avec ses voisins, l’une des rares familles à posséder une voiture. Alors que les tendances «nationalistes» et la disposition «cruelle» des voisins mettaient le jeune Bracha mal à l’aise, l’attrait duel de l’automobile et de la campagne allemande se révéla irrésistible.

Graines artistiques

D’autres voisins de son immeuble ont gardé les enfants de la jeune Bracha pendant que ses parents étaient au travail. L’homme de la famille était un artiste professionnel – le premier Bracha rencontré – qui recevait un paiement de la ville de Darmstadt en échange de la soumission d’une œuvre d’art tous les trois mois. Alors que le cœur de son artiste en voulait à l’arrangement, il a payé les factures pendant ces années austères.


Dessin de Bracha Avigad présenté à Henrietta Szold, années 1930. De la collection Bracha Avigad, Nadav Mann / Bitmuna; disponible via la collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

Les souvenirs chaleureux de Bracha de beaucoup de temps passé dans leur maison ont sans aucun doute planté une graine artistique dans l’esprit de la jeune fille impressionnable.

Bien qu’elle ait certainement exprimé ses talents artistiques tout au long de son enfance, Bracha ne savait pas à quel point elle était une artiste douée jusqu’à ce qu’un professeur de sixième année, qui appartenait au parti hitlérien, lui ait pincé la joue et lui ait dit à quel point c’était dommage qu’elle soit née une Juif car sinon il l’aurait envoyée à la prestigieuse Académie des Beaux-Arts de Munich.


Dessin de Bracha Avigad présenté à Henrietta Szold, années 1930. De la collection Bracha Avigad, Nadav Mann / Bitmuna; disponible via la collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

Le père aventureux de Bracha avait parcouru le monde avant de revenir en Allemagne pour se battre pour la patrie pendant la Première Guerre mondiale. Peu de temps après son retour de guerre, il s’est vu refuser un emploi chez le géant pharmaceutique Merck en raison de sa «race», mais il est resté un Allemand très fier. 

En fait, la plupart de ses amis et beaucoup, sinon la totalité, des personnes avec lesquelles Bracha a interagi dans ses premières années n’étaient pas juifs. Ce n’est que lorsqu’elle est allée à l’école qu’elle a rencontré pour la première fois l’antisémitisme. Après qu’un camarade de classe l’a qualifiée de juive de façon dérogatoire, Bracha est retournée chez elle et a demandé à sa mère ce qu’était un «juif».


«Ils sont juste jaloux de toi», expliqua sa mère, «Tu vois, je t’achète des cerises… Ils ne peuvent pas l’acheter pour eux-mêmes, alors ils détestent…»

Elle a pendu les cerises aux des oreilles de sa fille – une image qui est restée gravée dans la mémoire de Bracha pour le reste de sa vie; une image botanique dans son l’esprit qui a certainement pu se frayer un chemin plus tard sur la toile sous une forme ou une autre.

S’épanouir en terre d’Israël

Quelques années seulement après que son professeur «découvre» les talents de la jeune artiste, Bracha a été expulsée de l’école parce qu’elle était juive. Elle a rapidement déménagé en Terre d’Israël où elle s’est inscrite dans la deuxième classe de New Bezalel, le successeur de la légendaire école d’art de Jérusalem de Boris Schatz qui a largement défini l’expression artistique de la culture sioniste.


Elle a reçu une bourse pour assister à Bezalel de nul autre qu’Henrietta Szold elle-même, après que Bracha eut présenté une collection de certains de ses travaux à Szold.

Des coquelicots comme celui-ci ( kalaniyot en hébreu), sont l’un des signes les plus répandus et les plus appréciés que le printemps arrive à travers Israël. Dessin de Bracha Avigad présenté à Henrietta Szold, années 1930. De la collection Bracha Avigad, Nadav Mann / Bitmuna; disponible via la collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

Bien que quitter l’Allemagne en 1935 soit manifestement le résultat d’un antisémitisme de plus en plus insupportable, le lien de Bracha avec la Terre d’Israël – et sa flore – avait des racines très profondes.

À l’approche de 100 ans, Bracha pouvait encore chanter une chanson préférée sur les orangers et les palmiers dattiers en Terre d’Israël, que sa mère lui avait chantée lorsqu’elle était petite.

Dessin de Bracha Avigad présenté à Henrietta Szold, années 1930. De la collection Bracha Avigad, Nadav Mann / Bitmuna; disponible via la collection numérique de la Bibliothèque nationale d’Israël

Vers l’âge de cinq ans, Bracha est allée avec sa famille rendre visite à ses grands-parents maternels en Lettonie. En voyant une grande canne dans leur maison – qu’elle a identifiée comme le type qui pourrait être utilisé pour punir les vilains enfants dans les contes de fées – elle a demandé à son grand-père à quoi cela servait.

Il a répondu: « Mon tout-petit, quand le Messie arrivera, je prendrai la canne dans ma main et nous marcherons tous vers la Terre d’Israël. »

Les enseignements de son grand-père, ainsi que sa boîte bleue tzedaka du Fonds national juif et les chansons de sa mère, imprégnaient en Bracha un sens très profond du sionisme, comme elle rêvait d’aller un jour en Terre d’Israël, mais pas nécessairement à pied.

Des plantes de câpres comme celle-ci poussent du Mur occidental à Jérusalem. Illustration de Bracha Avigad figurant dans le livre Flowers of the Carmel , 1958. Provenant de la collection de la Bibliothèque nationale d’Israël

Peu de temps avant que Bracha ne soit expulsée de l’école pour être juive, elle se souvint avoir été très impressionnée par une exposition de peintures de fleurs à l’aquarelle exposées dans une galerie allemande. En le voyant, elle s’est promis: «Si j’arrive en Terre d’Israël, je peindrai les fleurs de la Terre d’Israël!»

Pendant environ sept décennies, Bracha a tenu sa promesse d’enfance, non seulement en peignant les fleurs de la Terre d’Israël, mais en jouant également un rôle important pour les sauver de l’extinction.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. En faisant un don sécurisé sur Paypal.

Même 1€ est important !


Terre Promise © Elishean/2009-2020



Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here