Vous voulez contempler le visage du Diable ? Regardez plutôt les photos de ces mégères nazies arrivées tardivement au rang de gardiennes dans les camps de concentration.

Jusqu’en 1942, les gardes des camps de concentration de l’Empire d’Adolf Hitler étaient principalement des hommes. Tout a changé en 1942 lorsque les premières femmes gardiennes ont été nommées à Auschwitz et Majdanek.

Finalement, il y avait plus de 3 500 gardiennes dans les camps de concentration, une petite partie des quelque 55 000 gardes qui ont servi dans ces camps de la mort.

Les femmes qui occupaient ces rôles n’avaient souvent aucune expérience professionnelle pertinente et étaient souvent d’anciennes enseignantes, coiffeuses et autres postes féminins de l’époque.

Au début, les femmes se sont inscrites seules, mais cela a changé par la suite. Au fil du temps, les femmes ont été recrutées à partir d’annonces dans les journaux qui leur demandaient de montrer leur dévouement pour l’empire d’Hitler.

Les SS recherchaient des femmes célibataires âgées de 21 à 45 ans.


Beaucoup de gens pourraient croire que les femmes étaient plus indulgentes avec les prisonniers, mais ce n’est pas le cas. Les gardiennes étaient aussi corrompues, si ce n’est plus, que les hommes.

Les nouvelles recrues commenceraient leur formation au camp de Ravensbruck à l’extérieur de Berlin. La formation durait de un mois à six mois. Suite à cela, les femmes étaient envoyées dans l’un des camps. Au cours de leur formation, les recrues apprenaient à punir les prisonniers et à maintenir la vitesse de travail des ouvriers. Les recrues étaient enseignées dans des cours collectifs par les chefs de service.

Le rôle des femmes était limité à garder uniquement les femmes. Cela signifiait qu’il ne pouvait y avoir que de gardiennes là où il y avait des prisonnières. En tant que telles, les gardiennes surveillaient les femmes effectuant des travaux forcés, tout en s’assurant que tout le monde suivait les règles strictes des camps. Ces gardiennes étaient largement abusives, attaquant souvent les prisonnières pour des problèmes mineurs.

Les visages du Diable

Maria Mandl

La plus méchante de toutes les gardiennes, elle était surnommée : la bête.

Mandl est responsable de plus de 500 000 morts à Auschwitz où elle était haut fonctionnaire.


Elle a gagné son surnom en raison de ses multiples horribles exactions.

Elle demandait souvent à un juif de lui servir d’animal de compagnie, lui faisant effectuer des tâches fastidieuses jusqu’à ce qu’elle en ait assez. Ensuite, elle le faisait exécuter.

Quand c’était le moment que les prisonnières fassent la queue, elle attendait qu’on la regarde, puis elle faisait exécuter celles qui la regardaient.

Mandl au procès

Les préférés de Mandl pour l’exécution étaient les enfants.

Elle a tellement apprécié le processus de sélection pour l’exécution qu’elle a même créé un orchestre qui jouait lorsque les prisonniers venaient au camp, en route pour être exécutés.

Elle pensait que cela aiderait les prisonniers à faire face à ce qui allait se passer tout en facilitant son travail. En 1945, Mandl a été arrêtée par l’armée américaine pour ses actions. Elle a été pendue en 1948.

Irma Grese

Irma Grese et Josef Kramer en prison à Celle en août 1945.

D’autres gardiennes infâmes telles qu’Irma Grese ont connu le même sort. Irma Grese était connue sous le nom de La belle bête, ainsi que l’ange blond.

Comme Maria Mandl, elle a gagné son surnom grâce à ses exactions. De nombreuses détenues la trouvaient attirante, mais elle était l’une des gardiennes les plus brutales.

Grese avait un regard spécifique. Elle avait un pistolet et un fouet et portait toujours des bottes en cuir noir. Elle contrôlait environ 30 000 femmes et était la deuxième garde supérieure du camp.

Lorsque Grese a été jugée par les Britanniques, ses crimes de guerre ont été révélés par ceux dont elle avait abusé.

Ils ont affirmé que Grese avait ordonné des coups et des fusillades aléatoires sur des prisonniers. Grese aurait ordonné aux détenus de se réfugier dans des chambres à gaz les faisant attaquer par ses chiens affamés.


Celles qui ont témoigné contre elle pendant le procès ont déclaré qu’elles avaient l’impression qu’elle prenait plaisir dans tout le mal qu’elle faisait.

Mugshot de la garde de Bergen-Belsen Irma Grese (1923-1945) à Celle en attente de jugement, août 1945.

Plusieurs personnes ont même affirmé qu’elle avait des abat-jour dans sa hutte fabriqués à partir de peaux de prisonniers, mais cela a été contesté depuis.

Irma Grese a été pendue par les Britanniques en 1945 et était la plus jeune femme à mourir (22 ans) en raison de la loi britannique dans les années 1900.

La brutalité n’a épargné personne, et si c’était le cas, on s’assurait que le garde trop indulgent soit puni.

Un exemple de cela est Klara Kunig, qui était garde à Ravensbruck. Kunig a été informée par la gardienne en chef qu’elle n’était pas assez dure avec les prisonniers et, à cause de cela, elle a été relevée de son poste.


Camp de la mort de Ravensbruck. Détenues en 1939. Crédit photo .

Après la guerre

De nombreux gardes ont été capturés à l’extérieur des camps après la fin de la guerre.

L’armée américaine détenait entre 500 et 1 000 femmes au cours de cette période. Beaucoup ont été libérés par l’armée, car les gardes masculins étaient la priorité. Cependant, certaines gardiennes ont été punies sous la forme de pendaisons pour leurs crimes.

De plus, lorsque les Soviétiques sont entrés et ont pris le contrôle de la zone, de nombreuses gardiennes capturées ont été exécutées.

Luise Danz

Luise Danz en 1947.

Il se peut qu’il y ait encore des gardiennes en vie à ce jour.

Luise Danz était garde dans plusieurs camps en Pologne. Elle a été initialement condamnée à la prison à vie mais a été amnistiée plusieurs années plus tard.


Elle a été de nouveau arrêtée sur de nouvelles charges en 1996, mais les charges ont été abandonnées. On ne sait pas avec certitude si elle est toujours en vie.

Elfriede Lina Huth Rinkel

Elfriede Huth a quitté l’Allemagne pour les États-Unis et a été admise comme immigrante le 21 septembre 1959 ou vers cette date à San Francisco, Californie.

Dans un club germano-américain de San Francisco, elle a rencontré Fred William Rinkel, un juif allemand dont la famille avait été assassinée pendant l’Holocauste. Ils se sont mariés en 1962.

Elle n’a jamais dit à son mari juif qu’elle avait été une garde nazi au camp de concentration de Ravensbruck de juin 1944 jusqu’à sa fermeture en avril 1945, manipulant un chien de garde formé par les SS.

Son mari, Fred William Rinkel, est mort en 2004 sans savoir qu’il venait de passer 42 ans avec un monstre qui avait participé à la Solution Finale nazie pour éliminer son peuple de la surface de la Terre.

Preuve qu’il faut vraiment être une sacrée diablesse pour se cacher si longtemps de son propre compagnon de vie…!


Le 1er Septembre 2006 Elfriede Huth Rinkel a été expulsée en Allemagne en vertu d’ un accord de règlement signé en Juin 2006 après avoir été accusée par une loi fédérale exigeant le retrait des étrangers qui ont pris part à des actes de persécution parrainée par les nazis. Elle a passé du temps dans une ferme en Rhénanie avec des parents, puis elle a emménagé dans une maison de retraite à Willich , en Rhénanie du Nord-Westphalie , où elle est décédée en juillet 2018.

Au bout du compte, il n’y a pas eu de procès contre une gardienne de camp de concentration depuis 1996.


Que pensez-vous de cet article ? Rejoignez la discussion en laissant un commentaire et partagez sur vos réseaux sociaux...



Bonjour à tous. Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude.

Votre aide est importante pour continuer...


Terre Promise © Elishean/2009-2020


Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here